7 Lames la Mer - À la une

Moringue 1920 : «Sors devant moi, sinon…»

Le moringue, cousin de la capoeira, est une pratique qui de nos jours a retrouvé sa vivacité. 7 Lames la Mer vous propose de découvrir une description de moringue, datant de la décennie 1920 et publiée une première fois en 1928 dans le livre de Jean-Valentin Payet «Au seuil des cases». Les «batailleurs» de l’époque — des héros — avaient pour noms «Gros Mimi», Latour dit «cafre rouge», Pierre-Maurice, Coat, Fanfan Jacquemont, Daniel Lescarteau, Valromeix dit «Profur», etc. La scène se déroule dans le sud de l’île, à Saint-Pierre.

  •  

Quand Béjart «rêvait» en maloya…

C’est bien le pas de base du maloya qui scande la chorégraphie du ballet de Maurice Béjart, «Le Boléro», sur la célèbre musique de Maurice Ravel. Quoi qu’en disent les puristes. Jugez-en par vous-mêmes avec Maïa Plissetskaïa, danseuse étoile classique, qui pour la circonstance, a raccroché ses pointes et interprète le maloya-boléro pieds nus, au milieu d’un cercle, autre code que l’on retrouve dans le maloya. Goutanou !

  •  

Minuit : la reine Ranavalona III pleure dans son palais Rova (1)

Dans la nuit du 27 au 28 février 1897, à minuit, l’administrateur des colonies mandaté par le général Galliéni, se présente au palais Rova de la reine Ranavalona III à Antananarivo. La reine pleure… À une heure et demie du matin, il lui donne le bras jusqu’au perron et l’aide à monter dans la chaise à porteur. La reine, sa famille, sa suite, les porteurs et l’escorte forment alors un convoi de plus de sept cents personnes. C’est le début d’un long voyage vers l’exil. À suivre…

  •  

Le «monstre» de Madagascar a-t-il existé ?

Ce «monstre au long cou» a-t-il existé ? Et venait-il de Madagascar ? Son image est arrivée jusqu’à nous, par delà les siècles : plus de 350 ans de distance. Des gravures et récits anciens nous renseignent sur son apparence, sa capture dans la grande île et son arrivée en France dans la ville de Nantes où plusieurs femmes l’auraient demandé en mariage. Puis l’on perd sa trace dans les méandres d’une légende fascinante. 7 Lames la Mer vous entraîne à la poursuite de ce personnage fabuleux.

  •  

L’enfant qui attendait au royaume des morts (6)

Une poupée pour se protéger du mauvais œil et tenir les âmes errantes à bonne distance. Une vieille dame qui est attendue de l’autre côté de la vie. Deux amants qui s’enfuient dans la montagne… Dans nos mondes créoles, le temps des avents est peuplé de légendes, de croyances, de superstitions… «La Réunion de tous les mystères», épisode 6.
À suivre…

  •  

Frisson la passe dessus moin (5)

Où l’on découvre un arbre théâtre d’étranges phénomènes. Où l’on frissonne en croisant dans le fénoir la silhouette de Pa Zidore. Où l’on retrouve la célèbre «dame blanche». Où l’on se glisse par les portes dérobées d’une vieille case disparue… Frisson va passe dessus zot ! «La Réunion de tous les mystères», épisode 5…

  •  

L’esprit des marrons est encore dans Mafate (4)

Où l’on apprend que 7 nœuds dans une cordelette autour du cou peuvent guérir un enfant. Où l’on découvre que le «Cap Bernard» est en fait le «Cap des Sorciers». Où l’on frissonne à l’évocation de Simicoundza Simicourba. Où l’on rêve devant les étranges visages cachés dans la montagne… C’est le temps des avents et son cortège de légendes. «La Réunion de tous les mystères», épisode 4…

  •  

Arnaud Dormeuil, sa té in moun kom nou !

En 20 ans de carrière, Arnaud Dormeuil aura joué 1.409 fois sur scène devant 328.000 spectateurs. Mais au diable les chiffres. Arnaud Dormeuil est à jamais gravé dans la mémoire populaire comme la figure emblématique du théâtre Vollard. Hommage à celui qui nous a quittés le 14 novembre 2008, à 44 ans.

  •