Frisson la passe dessus moin (5)

Où l’on découvre un arbre théâtre d’étranges phénomènes. Où l’on frissonne en croisant dans le fénoir la silhouette de Pa Zidore. Où l’on retrouve la célèbre «dame blanche». Où l’on se glisse par les portes dérobées d’une vieille case disparue… Frisson va passe dessus zot ! «La Réunion de tous les mystères», épisode 5…

capture_d_e_cran_2016-11-09_a_09.58.19_resultat.jpg


Le propre de la mythologie est de mailler, dans les récits constitutifs d’une culture et d’une identité, des faits avérés, des personnages réels, des héros «fantasmés», des allégories, des interprétations, des épisodes fantasmagoriques, des peurs ancestrales

Les mythologies créoles et réunionnaises n’échappent pas à la règle. Légendes, croyances, superstitions, traditions trouvent une dimension singulière dans la période de «deux ou trois mois avant Noël» : le temps des avents.

En voici quatre exemples : Alvina, morte à 16 ans dans d’étranges circonstances ; Pa Zidore dont le fantôme hante une falaise ; la «dame blanche»1 version réunionnaise ; le secret d’une vieille case créole aujourd’hui détruite. «La Réunion de tous les mystères», épisode 5…

À suivre…

7 Lames la Mer

Un banian, par James Forbes, 1781.
Un banian, par James Forbes, 1781.

«Kosa ou fé sou piédboi lo diab ?»


Sentinelle du bord de la route, le banian, énorme et antique, veille sur la chapelle-malbar de toute éternité.

«Kosa ou sar fé sou so piédboi lo diab ? Rès in pé trankil don !»

Chaque soir, Alvina, 16 ans, s’échappait. Aucune porte, même fermée à clé, ne lui résistait. Elle rentrait à chaque fois plus épuisée, haletante, couverte de zébrures et de bleus. Et totalement mutique.

Qui a tué Alvina ? Qui est responsable et pourquoi est-elle morte ? Lorsque son corps fut rendu à la terre, il ne pesait plus qu’une trentaine de kilos. Histoire vraie, vécue dans l’est de l’île de La Réunion, au milieu des années 30.

Pour en savoir plus : Le banian étrangleur

'Une forme humaine à deux pas de moi s’enfuyait'... Création © 7 Lames la Mer.
‘Une forme humaine à deux pas de moi s’enfuyait’… Création © 7 Lames la Mer.

Frisson la passe dessus moin…


«Une forme humaine à deux pas de moi s’enfuyait… Je crus voir l’homme se fondre dans la nuit, disparaître. Une sueur froide perlait à mes tempes car je venais de reconnaître les lieux. J’étais sur une falaise escarpée qui tombait en une muraille verticale sur une plage étroite et ma tête surplombait le vide».

«Frisson la passe dessus moin»… Cette silhouette dans le fénoir, c’était celle de Pa Zidore…

La fin de ce récit nous ramène à un passé plus récent, lorsque le cyclone Gamède nous a restitué les restes des esclaves ensevelis sur le bord de mer de Saint-Paul, nous confrontant à ce monde souterrain de l’histoire réunionnaise…

Pour en savoir plus : Vincendo : l’âme errante qui annonçait la mort


La dame blanche… en face de la tombe de Sitarane2


Universelle, la légende de la dame blanche a sa version créole…

Il paya les consommations et sortit dans la nuit. Il pleuvait. Il courut vers sa vieille Clio. Il se félicita d’avoir pensé à prendre sa veste et la jeta sur le siège arrière.

L’instant d’après, il roulait vers Saint-Louis. Soudain, il crut avoir rêvé. Dans la lumière des phares, sur le bas-côté, la fille était là sous la pluie. Il appuya sur le frein et réussit à se garer. Il ouvrit la portière : la fille entra et s’assit à son côté.

Pour en savoir plus : Dans la lumière des phares, la fille était là…

La maison de la rue Sainte-Marie et sa pièce cachée... Cette case créole a été rasée en 2013. © 7 Lames la Mer.
La maison de la rue Sainte-Marie et sa pièce cachée… Cette case créole a été rasée en 2013. © 7 Lames la Mer.

La pièce secrète avait des oreilles


Voici l’histoire d’une mystérieuse pièce secrète, nichée dans une maison créole de la rue Sainte-Marie. Construite au 19ème siècle, cette maison a traversé le 20ème siècle pour être détruite à coups de bulldozer au 21ème siècle. Et elle a emporté son secret avec elle. Mais, à «7 Lames la Mer», on sait le secret de cette case disparue…

À l’intérieur de la maison, un passage caché permettait, à partir de la salle à manger, de rejoindre l’étage par un système de «portes dérobées». On accédait ainsi à une pièce dissimulée et aveugle, située à mi-étage.

Un recoin de la salle à manger. © 7 Lames la Mer.
Un recoin de la salle à manger. © 7 Lames la Mer.

L’architecte prit soin de détruire ses plans pour éviter que son oeuvre ne soit reproduite. À La Réunion, de nombreux plans de maisons ont ainsi fini dans les flots de l’océan Indien ou en fumée…

Il se disait que cette pièce secrète avait autrefois servi de planque à un homme dont le fantôme hantait toujours les lieux.

Dans cette maison, les murs avaient donc des oreilles…

Pour en savoir plus sur l’histoire de cette maison :


Lire la suite : L’enfant qui attendait au royaume des morts (6)


À lire aussi :


Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.

  1. Cette légende universelle de la «dame blanche» a inspiré des écrivains réunionnais : Jean-Claude Thing Léo et Jules Bénard.
  2. Lire à ce sujet : Simicoundza Simicourba… Sitarane !.
  •