Catégorie : Arts & Culture

Quand Béjart «rêvait» en maloya…

C’est bien le pas de base du maloya qui scande la chorégraphie du ballet de Maurice Béjart, «Le Boléro», sur la célèbre musique de Maurice Ravel. Quoi qu’en disent les puristes. Jugez-en par vous-mêmes avec Maïa Plissetskaïa, danseuse étoile classique, qui pour la circonstance, a raccroché ses pointes et interprète le maloya-boléro pieds nus, au milieu d’un cercle, autre code que l’on retrouve dans le maloya. Goutanou !

  •  

Arnaud Dormeuil, sa té in moun kom nou !

En 20 ans de carrière, Arnaud Dormeuil aura joué 1.409 fois sur scène devant 328.000 spectateurs. Mais au diable les chiffres. Arnaud Dormeuil est à jamais gravé dans la mémoire populaire comme la figure emblématique du théâtre Vollard. Hommage à celui qui nous a quittés le 14 novembre 2008, à 44 ans.

  •  

Amrita Sher-Gil, l’étrange vie de la Frida Kahlo indienne

Amrita Sher-Gil est une femme hors du temps. Elle meurt mystérieusement à 28 ans, le 5 décembre 1941. Sa courte vie bouscule tous les préceptes de la société dans laquelle elle évolue. Émancipée, indépendantiste, féministe, bisexuelle et mariée à un cousin germain, elle laisse en héritage une centaine d’oeuvres pionnières de l’art moderne en Inde. Étrange destin… De l’autre côté des océans, une autre femme peintre, la Mexicaine Frida Kahlo. Troublantes similitudes entre ces deux femmes libres.

  •  

Marie Dessembre ou l’énigme de la Joconde réunionnaise

Octobre 1981, Saint-Denis, rue de Paris, 22 heures. Deux ombres se glissent dans le musée Léon-Dierx plongé dans le noir. Une heure plus tard, les deux silhouettes quittent les lieux an misouk et disparaissent dans la nuit. À l’intérieur, aucun tableau ne manque à l’appel. L’objet de cette expédition nocturne était pourtant bien un tableau, devenu depuis le plus célèbre de La Réunion. Histoire vraie de la mystérieuse « Joconde réunionnaise », estampillée « reproduction interdite » mais dont l’image a fleuri sur les murs de Saint-Denis à la veille du 20 décembre 1981.

  •  

Saint-Denis «au cœur des vieux jardins»… et l’ombre de Robert-Edward Hart

Son corps repose au cimetière de Souillac et son cœur est conservé au «Mauritius Institute Museum». Robert-Edward Hart, poète mauricien fasciné par le mythe lémurien, a découvert son propre profil forgé par le fracas des vagues et du vent dans une falaise basaltique, non loin de «La Nef», sa petite maison de corail. Dans son œuvre s’est glissé un poème sur Saint-Denis de La Réunion. Hommage.

  •  

Les âmes cachées du boulevard du Crime

De grandes avenues vides, immobiles. C’est l’image insolite qui caractérise la période de confinement traversée par la planète [2020, 2021…] pour cause de pandémie de coronavirus. Auparavant, l’art — visionnaire — a exploré cette étrange séquence du désert urbain. En voici deux exemples avec un fascinant daguerréotype du boulevard du Temple réalisé à Paris en 1838 et la série «Silent world» de Lucie&Simon créée en 2013… Et si nous n’étions que des ombres que le temps efface ?

  •  

«Oté Commandeur» : maloya-dalon rue du Dragon

Une vieille photo oubliée dans un album de Pierrot Vidot. Et tout à coup le roulèr remonte du passé. «Commandeur oté commandeur !» Pierrot Vidot et Jean Albany communient en créolie, au 7 de la rue du Dragon, Paris. 1978. Une photo, une histoire, une émotion. «Adié zangoun»… et hommage au poète réunionnais Jean Albany, mort le 26 octobre 1984.

  •