Catégorie : Société

Chronique clandestine d’un mythique «Rideau de Cannes»

«Nous sommes entrés en résistance passive / Nous nous sommes clandestinisés / Cela nous a collé à la peau»… Paris 1959 : un groupe d’étudiants réunionnais s’engage dans la lutte identitaire et anticolonialiste avec pour objectif : faire émerger une conscience réunionnaise. Les débats qu’ils mènent alors hantent toujours — pour la plupart — la société réunionnaise d’aujourd’hui. Voici l’histoire de ces précurseurs du «Rideau de Cannes», «qui ont fouillé défriché cherché rodé», ces «clandestins qui se sont taché les mains à l’encre des ronéos».
Où donc est le soleil ? Derrière «Le Rideau de Cannes»…

  •  

Ras Ti-Lang, histoire d’un chanteur à la langue coupée

Les circonstances de la mort de l’artiste mauricien Ras Ti-Lang, le 18 juillet 2004, restent troubles. Perçu comme l’héritier de Kaya, il est passé par la case prison avant de rendre l’âme. Hommage à ce chanteur/musicien de seggae à qui le destin avait réservé une bien étrange épreuve.

  •  

Qui a tué Rico Carpaye ?

«Tu es pauvre. Ils sont puissants», déclare Paul Vergès dans un cimetière, au milieu d’une foule prise entre colère et chagrin alors que tombe la nuit, ce 16 mars 1978. Deux jours auparavant, le 14 mars 1978, Rico Carpaye, Portois de 17 ans, trouvait la mort au carrefour du Sacré-Cœur sous les roues d’une camionnette conduite par un nervi. Ses assassins n’ont pas été poursuivis par la Justice.

  •  

Seggae : Berger Agathe, mort sur le bitume, après Kaya…

Ce 22 février 1999, au lendemain de la mort suspecte de Kaya en prison, son ami, Berger Agathe — lui aussi chanteur de seggae — marche en direction du rond-point du Port Franc, en brandissant sa chemise blanche au milieu de scènes d’émeutes. Un policier au visage masqué met un genou à terre, vise et tire. Berger Agathe s’effondre sur le macadam ; il ne se relèvera jamais…

  •  

Ti-Quatorze, té falé pa kalkil aèl !

Son étrange histoire l’a propulsée au rang de légende. Léone Claire Lagarigue, plus connue sous le ti’nom de «Ti-Quatorze», hante la mémoire de nombreux Réunionnais. «Vierge noire statue devant la cathédrale, Madame Ti-Quatorze est sur son trente-et-un», écrivait Jean-Claude Legros dans un long poème dédié à Saint-Denis.

  •  

Chagos : Rita Bancoult, morte avec son rêve

«Le jour où je reposerai sur mon lit de mort, ce jour-là mourra aussi le rêve que j’ai porté dans mon cœur depuis que j’ai quitté ma patrie : le rêve d’y retourner». Rita Bancoult, 91 ans, figure emblématique de la lutte des Chagossiens, a fermé les yeux pour la dernière fois, le 19 décembre 2016, loin de la terre de ses ancêtres. Hommage à cette grande dame qui, à 91 ans, n’avait jamais renoncé.

  •  

Nella Larsen, être noire en société raciste

Née à Chicago [États-Unis] en 1891, Nella Larsen est déclarée «fille de couleur». Quand elle prenait le bus, elle ne pouvait s’asseoir à côté de sa maman qui était blanche… Dans les années 1920/1930, Nella Larsen se fera une place dans la communauté littéraire et artistique interraciale, à travers la vague d’Harlem Renaissance.

  •  

I joué pas dann canne !

Du temps que j’étais écolier, comme disait Alfred1, je jouais aux cartes pendant les vacances. C’était à l’Etang-Salé-les-Hauts, entre ravine et butte de sable [butte qui entre-temps a été comblée, arasée, bitumée, bétonnée] : on jouait à la fouille, à la menterie, n’importe où, dans la case, ou dehors assis sur un galet, sur le sable ou dans les cannes.

  •  

Le Boogaloo ? C’est New York, Spanish Harlem, la nuit…

1966, Spanish Harlem, New York. Une révolution se prépare… «Bang ! Bang !». Le Boogaloo est né ! Tambourin et claps de mains sur le 3ème temps. Cuivres, percussions, riffs de piano, basse hypnotique. La fièvre Boogaloo déferle sur la planète. Après cette vague euphorique et fulgurante, la salsa reprendra son envol. Mais pendant 3 ans [1966-1969], les «King of the Boogaloo» sont… les rois ! Hommage à ces musiciens de génie avec un mix spécial boogaloo concocté par DJ KonsöLe : «Ritmo Moderno !»

  •