Author: Nathalie Valentine Legros

Diva/Nina Simone : Sinnerman, chemin lé long

«Sinnerman» est un chant hypnotique, initiatique. Quatre notes entêtantes, échevelées, qui tournent en boucle et montent comme la fièvre jusqu’à la transe. «Sinnerman» est une chanson culte, sanctuarisée par une pasionaria : Nina Simone. Voici l’histoire de «Sinnerman». Voici l’histoire de la diva Nina Simone. Et voici «Sinnerman» en créole réunionnais.

Fragments de l’intimité d’une case créole disparue (4)

Cette maison d’architecture créole a connu trois siècles ! Construite au 19ème, elle a traversé le 20ème siècle pour être détruite au début du 21ème siècle [en 2013]. La bêtise et la spéculation n’ont pas de limites mais les militants du patrimoine ont de la ressource. Nous avons donc reconstitué, par fragments, l’intimité de cette case créole qui n’existe plus.

«Oté Commandeur» : maloya-dalon rue du Dragon

Une vieille photo oubliée dans un album de Pierrot Vidot. Et tout à coup le roulèr remonte du passé. «Commandeur oté commandeur !» Pierrot Vidot et Jean Albany communient en créolie, au 7 de la rue du Dragon, Paris. 1978. Une photo, une histoire, une émotion. «Adié zangoun»… et hommage au poète réunionnais Jean Albany, mort le 26 octobre 1984.

Marc Mirault : Kaf kafrine i veut pas danser

En 1961, Marc Mirault chante «20 décembre» sur un air de séga chaloupé, accompagné par Loulou Pitou et son orchestre [A écouter : lien à la fin de l’article]. Un 45 tours au son délicieusement désuet. «Le 20 décembre, c’est la liberté / Kaf kafrine i veut pas danser / kaf kafrine i veut pas fêter»… Autres temps, autres mœurs !

Chansons-lontan : ségas pas sages ! (1)

Mi aime pas danse la polka / Quand mi danse, mi danse maloya / Quand mi chante, mi chante kabaré / C’est moin même cavalier bridé… Ségas, maloyas, romances, ballades… Plongez dans l’univers des chansons-lontan, à la découverte d’une culture populaire, riche et complexe, sur les traces d’expressions oubliées, par des chemin de traverse, des sentiers marrons, en mode fantaisie, et parfois même en mode «contrebande» !

Les secrets de Toune dévoilés par un vieil album-photos

La belle Toune est née le 1er juin 1905 à Saint-Pierre de La Réunion. Elle fut l’une des premières femmes réunionnaises à obtenir le permis de conduire. Son destin extraordinaire la conduit jusqu’aux salons parisiens où elle sera mannequin pour le grand couturier Jean Patou. À travers un vieil album-photos retrouvé au fond d’un tiroir, voici l’histoire de celle que les intimes surnommaient Toune et qui est morte le 4 septembre 1997.

Le chaînon manquant du séga-maloya ?

«Imitez le bobre à la basse, imitez le kaiambe à la basse». C’est ce que l’on peut lire entre les portées d’une partition datant de 1880 et intitulée : «Souvenir de l’île de La Réunion, quadrille créole pour piano». La référence ainsi faite à des instruments de musique typiques des anciens esclaves, sur une partition pour piano éditée à Paris, montre que le processus de créolisation de la musique réunionnaise s’est opéré dans les deux sens.

Léon Dierx, sage de la tribu du «Dragon bleu» (1)

Il partageait sa réserve de piment avec ses «potes poètes» dans des gargotes de Paris. Généreux et d’une discrétion raffinée, Léon Dierx garde intacte sa part de mystère. Mais que cachait donc, derrière ses «yeux si beaux», celui qui «traversa la vie en Parnassien» ? Un amour de jeunesse perdu… et une réalité loin des clichés classiques auxquels la postérité semble l’avoir assigné. À suivre…