Categories

7 au hasard 28 septembre 2015 : Relooking extrême : des poupées à visage humain - 10 juillet 2015 : A spaceport for Reunion Island ? - 1er avril 2013 : Le réveil de Snake - 22 mai 2015 : Érik Murin : « La Réunion n’est plus une colonie » - 3 décembre 2015 : L’étrange courrier de soutien d’Alain Juppé à Didier Robert... - 16 août 2016 : Paris : le pavillon oublié de La Réunion - 19 avril 2015 : « Si une fille te dit « non », c’est celle-là qu’il te faut » - 6 août 2013 : Régler la précarité par la précarité ? - 18 janvier 2015 : Tendance : « Disque » fait bouger les lignes ! - 5 mars 2013 : Créolie, culture et identité -

Accueil > Le monde > La ballerine était en noir

Pointes

La ballerine était en noir

25 juillet 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les danseuses noires-américaines bouleversent les codes de la danse et dépoussièrent un univers qui manquait un peu de couleurs...

JPEG - 21.2 ko
Ashley Murphy photographiée par Rachel Neville. Quand la couleur des pointes s’accorde à celle de la peau pour sublimer la silhouette de la danseuse.

Faites le test : demandez autour de vous ce qu’est la « couleur chair ». Neuf fois sur dix, vous aurez pour réponse : « couleur beige rosé rappelant la couleur de la peau » [1]...

Pourtant, la couleur de la peau est multiple comme le démontre — si besoin était et ce n’est là qu’un exemple — de manière méthodique le recensement des différentes carnations, entamé, et toujours en cours, par l’artiste brésilienne Angélica Dass.

JPEG - 60 ko
Angélica Dass a présenté son travail "Humanae", sorte de catalogue des différentes couleurs de peau, au TED2016. Photo : Bret Hartman / TED

Cette « discrimination linguistique » qui consiste à ne considérer la couleur chair que dans sa déclinaison « beige rosé » — version réductrice de la palette épidermique — a pour corollaire une discrimination... sociale et culturelle.

Mais elle risque bien d’être bousculée... Et cela est particulièrement visible dans deux domaines : la mode et la danse (surtout la danse classique) pourtant réputées pour être des espaces teintés de colorisme.

Dans le milieu très conservateur — et souvent élitiste — de la danse, et particulièrement de la danse classique, certains codes demandent à être sérieusement dépoussiérés.

Le hashtag #dyeingtomatch (teindre pour réussir) a fait son apparition sur les réseaux sociaux et rallie toutes celles et ceux qui revendiquent la reconnaissance des différentes couleurs de peau par les créateurs et les fabricants d’accessoires de danse (justaucorps, tutus, collants, demi-pointes, pointes, etc.).

JPEG - 28.3 ko
Michaela DePrince

Créé en 2013, le mouvement influent de Takiyah Wallace, « Brown Girls Do Ballet » [2], milite activement en faveur de l’expression d’une véritable diversité à travers les arts et notamment la danse.

À lire aussi : « Dance is beautifull... »

Car les tenues et accessoires de danse sont encore presque exclusivement conçus pour des peaux blanches ; la fameuse « couleur chair »...

D’ailleurs l’imagerie populaire associe souvent — pour ne pas dire toujours — à la danse classique, tutus blancs, collants « crème » et chaussons roses... Une gamme chromatique sortie tout droit d’un « conte de fée ».

JPEG - 30.5 ko
Misty Copeland et ses chaussons/pointes de la même couleur que sa peau.

La couleur des tenues et des chaussons (pointes et demi-pointes) est un des ingrédients qui contribuent à sublimer le corps de la danseuse et du danseur.

C’est pourquoi, si les chaussons sont harmonisés avec la couleur de la peau, alors les jambes de la danseuse s’étirent jusqu’à l’« extrémité de la pointe », sans rupture, et paraissent plus effilées et plus longues.

Peu à peu, la poussière semble s’écarter du ballet. Et des lignes de justaucorps pour peaux brunes ou noires ont fait une apparition — relativement récente — principalement sur le marché américain.

JPEG - 44.9 ko
La compagnie "Dance Theatre of Harlem" : harmonie entre les matières, les couleurs, et les corps.

Mais, le chemin est encore long qui mènera à une offre pérenne de tenues et accessoires de danse représentatifs de la diversité ethnique.

La question de la couleur des justaucorps et collants est, semble-t-il, désormais entrée dans le programme de quelques fabricants et marques dont la démarche mérite d’être saluée : « Mahogany Blues », « Ballet Café Naturals », « Body Wrappers », « Fleshtone », « Kinetic Essentials », « Nude Barre », « Shades of Dance », etc.

À lire aussi : « Béjart : le sacre du moringue »

Les choses s’avèrent plus figées en ce qui concerne la couleur des chaussons, élément pourtant crucial dans la « finition de la silhouette » des danseurs, lesquels ont recours la plupart du temps à de la teinture ; certaines sociétés ont même vu là un marché fructueux puisqu’elles commercialisent une gamme de teintures dédiés aux accessoires de danse.

JPEG - 40.4 ko
Eric Underwood, danseur au "Royal Ballet", montre comment il "maquille" ses chaussons pour qu’ils soient d’une couleur proche de celle de sa peau. Il a lancé un appel aux créateurs et fabricants d’accessoires de danse pour que les différentes couleurs de peau soient prises en compte. La marque Bloch a relevé le défi : une ligne de chaussures de danse couleur "chair noire" sera fabriquée et baptisée "Eric Tan". Eric espère que d’autres fabricants entreront dans la danse...

Le fameux argument de l’offre correspondant à la demande n’est pas recevable. D’autant que l’on assiste à un véritable engouement pour la danse (classique, contemporaine, etc.) dans les communautés que le « politiquement correct » désigne par le label « diversité culturelle ».

Au cœur du 20ème siècle, la compagnie d’Alvin Ailey (1958) et le « Dance Theatre of Harlem » (1969) — pour ne citer que ces deux exemples — ont contribué à ouvrir la voie aux Afro-américains.

JPEG - 62 ko
Michaela DePrince

Aujourd’hui, des ballerines noires-américaines telles que Misty Copeland ou encore Michaela DePrince, Ashley Mayeux, Aesha Ash, Nardia Boodoo, Ashley Murphy, Alicia Graf Mack, etc. bouleversent les codes : elles suscitent une prise de conscience par rapport à la monochromie jusque là ambiante dans le milieu de la danse et aux carences que cela a inévitablement entraîné en ce qui concerne les tenues.

Ne doutons pas que l’engouement populaire et la fascination qu’inspire la charismatique Misty Copeland sont de nature à faire naître de nombreuses vocations. Véritable icône médiatique, elle est la première danseuse étoile noire de l’« American Ballet Theatre » à New York.

JPEG - 22.4 ko
La "couleur chair" de Misty Copeland. Photo : Nisian Hughes.
Ci-dessous, le chausson passé à l’épreuve de la teinture artisanale, une teinture "fait maison" la plupart du temps, par exemple avec du thé.

Et pourtant... à l’heure de l’imprimante 3D et de la sonde « New Horizons », les danseuses et danseurs noirs sont encore obligés de bricoler avec les moyens du bord pour teindre leurs chaussons (et parfois aussi leurs justaucorps et leurs collants) afin que leur tenue soit de la même couleur que leur peau...

Danse : sois noire et teins-toi...

7 Lames la Mer


JPEG - 26.9 ko
Pour teindre leurs tenues de danse (justaucorps, chaussons...) dans un ton proche de leur couleur de peau, les danseurs utilisent des colorants. Certains fabricants, comme "Kinetic essentials", commercialisent des teintures conçues spécialement pour cet usage.

JPEG - 24.6 ko
Misty Copeland, par Nisian Hughes.

JPEG - 56.3 ko
Ton sur ton pour "La petite danseuse de quatorze ans", Edgar Degas. Source : artspreview.net.


JPEG - 51 ko
« The colored girl compain », campagne lancée par Tori Elizabeth et Victory Jones autour d’une ligne de vêtements mettant en valeur les "caractéristiques de la femme de couleur". Photo : Joey Rosado.

JPEG - 31.5 ko
La marque "Nubian skin" (ci-dessus) et sa ligne de lingerie pour peaux noires.
La marque "Pendeza" (ci-dessous) commercialise des collants "couleur chair", pour les peaux noires.

PNG - 1.1 Mo
Chez "Björn Borg" aussi, on décline la "couleur chair" sur l’échelle des teints.

JPEG - 24 ko
Les "couleurs peau" de Christian Louboutin. Ci-dessus : les ballerines en 7 tons.
Ci-dessous : les escarpins en 5 tons.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Définition du Larousse en ligne. On trouve aussi la définition suivante sur Internet : « Qui se définit par un rose très pâle ».

[2Les filles noires dansent aussi.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter