Categories

7 au hasard 3 décembre 2017 : Nulle explosion ne peut anéantir Morvan le fort ni le bel Hilarion - 6 août 2013 : Régler la précarité par la précarité ? - 26 août 2013 : Un vortex dans le golfe d’Aden ? - 11 août 2019 : Le terroir réunionnais aura-t-il une place dans nos caddies ? - 14 avril 2015 : Lapèl : « Nous devons nous décoloniser ! » - 26 avril 2012 : « J’ai décidé de lutter sans concession contre les « monopoles » - 15 juin 2015 : Quand la NASA installait une station secrète à Sainte-Rose... - 19 décembre 2018 : Nosy Kayo : Cette île où je suis née, où j’ai enterré le lombri de ma fille - 3 janvier 2018 : Le mystérieux lac intérieur de La Réunion - 17 février 2013 : La Réunion renoue avec l’Union Africaine (ex-OUA) -

Accueil > Lames de fond > Péï oublié > Elise Volsan, la malédiction de la Chatte Noire

Galerie des ombres créoles (1)

Elise Volsan, la malédiction de la Chatte Noire

1er novembre 2020
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

Qui était Elise Volsan ? Connue sous le nom de Chatte Noire, elle écumait les grandes maisons dionysiennes et entassait son butin dans sa pauvre case délabrée du côté du Butor. Mais ce qui la rendit célèbre au début du 20ème siècle, c’est que l’on affirmait qu’elle était capable de disparaître « comme une ombre »...

Frida kahlo, autoportrait au Collier d’Épines et Colibri, 1940 (détail).

La misère lui collait à la peau


Dans les premières années du 20ème siècle, lorsque l’on évoquait la « Chatte Noire », c’était toujours avec une sorte de frisson. Elle s’appelait Elise. Elle avait épousé Victor Volsan mais la misère lui collait à la peau comme une malédiction et le mariage n’y avait rien changé. Le couple survivait dans une pauvre case délabrée, de l’autre côté du Butor, près de la Ravine à Verdure [1].

Elise Volsan était-elle dotée de l’agilité des félins ? Nimbée de cette aura mystérieuse et maléfique qui caractérise les chats noirs dans les croyances populaires, elle suscitait crainte et méfiance car il se disait qu’elle « grattait ti boi » [2] et qu’elle avait la capacité de disparaître d’un coup, comme par magie. Elle se volatilisait.

Chat rôdant, Eileen Mayo. 1938.

Elle disparaissait « comme une ombre »


Toujours est-il que la Chatte Noire était surtout réputée pour ses prouesses de cambrioleuse. Elle agissait en plein jour et disparaissait « comme une ombre ». Ses proies : les habitations de Saint-Denis, les grandes cases. Pendant que les familles étaient attablées pour le repas, la Chatte Noire se faufilait dans les maisons et dévalisait les chambres et les salons.

Un jour, le domestique d’une grande maison de la rue de Paris, aperçut la Chatte Noire s’enfuyant avec deux lampes à colonnes. Il se lança à sa poursuite, « mais la Chatte Noire avait disparu comme une ombre », rapporte la presse en février 1900.

Extrait d’un article. Février 1900.

La Chatte Noire en prison


La Chatte Noire aura moins de chance au grand marché quelques jours plus tard. Une bazardière venait de vendre un panier rempli d’œufs et l’avait mis de côté pour le client. Lorsque ce dernier vint récupérer son panier d’œufs, celui-ci avait disparu.

« Sur le champ, on fit des recherches dans le marché et un agent de police, en observation à la grille, arrêta Elise Volsan au moment où elle s’apprêtait à sortir avec le panier ». La Chatte Noire fut conduite directement à la prison municipale.

Lorsque la case de la Chatte Noire fut perquisitionnée, on y trouva « toutes sortes de bibelots de quoi charger une charrette » !

Le marché, rue du Grand Chemin.

4 mois de prison pour le vol d’un panier d’œufs


Pour le vol du panier d’œufs, la Chatte Noire, habituée du tribunal — elle avait à son actif 5 ou 6 condamnations dont 2 en cour d’assises —, écopa de 4 mois de prison.

Quelques jours plus tard, le mari de la Chatte Noire, Victor Volsan, âgé de 40 ans, fut retrouvé par un voisin, « étendu sans connaissance dans sa case, le corps paralysé, raide ». Transporté à l’hôpital communal, il y décéda le lendemain sans avoir repris conscience.

La rumeur populaire s’empara aussitôt de l’histoire, convaincue que c’était la malédiction de la Chatte Noire qui avait paralysé et tué Victoir Volsan — même si ladite Chatte Noire se trouvait alors toujours derrière les barreaux.

Extrait d’un article. Mars 1900.

Un jeune homme bien habillé s’éloignait seul dans la nuit...


Dès lors, tous les vols et larcins non élucidés à travers l’île furent attribués à la Chatte Noire qui devint une sorte d’Arlésienne créole.

Le temps accomplissant son œuvre, on n’entendit bientôt plus parler de la Chatte Noire. Enfin... presque. Bien des années plus tard, elle se rappela au bon souvenir des Dionysiens par l’intermédiaire du voisin.

Quelques heures avant de mourir, ledit voisin affirma être victime de la malédiction de la Chatte Noire. La veille au soir, il avait en effet aperçu la Chatte Noire au détour d’une rue, main dans la main avec un jeune homme bien habillé. Et lorsqu’il s’était retourné pour s’assurer que ses yeux ne lui jouaient pas un mauvais tour, la Chatte Noire avait disparu. Volatilisée.

Quant au jeune homme bien habillé, il s’éloignait seul dans la nuit.

Nathalie Valentine Legros

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

Notes

[1Au sujet de la Ravine dite « à Verdure », il a été établi que cette dénomination, telle qu’elle figure effectivement sur certaines cartes, procédait en fait, comme c’est souvent le cas, de la « francisation » de la « Ravine Laverdure », du nom du célèbre chef marron.

[2Grat ti boi : se livrer à la sorcellerie. « Dictionnaire Kréol rénioné/Français », Alain Armand, 1987.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]