Categories

7 au hasard 13 août 2015 : L’humanité vit à crédit dès aujourd’hui - 18 avril 2013 : Mana - 29 juillet 2014 : Océan Indien : touristes bannis aux îles Nicobar ! - 12 février 2013 : Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche. - 24 février 2014 : La Possession : faux départ pour la candidate socialiste - 12 septembre 2013 : Deux routes comme vous ne les verrez plus ! - 3 juillet 2014 : Jean-Pierre Marchau : « l’incinération n’est pas une fatalité ! » - 23 août 2013 : Selon que vous serez puissant ou misérable... - 4 août 2014 : Route du Littoral : au bout du tunnel ? - 25 décembre 2015 : 20 décembre : un manger-cochon révisionniste -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > 7 écrit ici > Les derniers maloyas de Baptiste Zamgaïa

2017, année des poètes, Julien Nahingrin

Les derniers maloyas de Baptiste Zamgaïa

15 mars 2017
7 Lames la Mer, Gabriel Blanc, Julien Nahingrin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Baptiste Zamgaïa, « ce Portugais... du Mozambique, le plus âgé du camp » serait tombé dans l’oubli sans Julien Nahingrin qui assista à « ses derniers maloyas ». Hommage à celui qui « amusait les enfants du Blanc »...

Oeuvre du grand artiste plasticien brésilien Cau Gomez.

Maloyas


Ce Portugais... du Mozambique
Le plus âgé du camp
Amusait les enfants du Blanc
Qui lui faisaient la nique

Il nous contait qu’en un Grand Livre
Que lui ne lisait pas
Dieu notait la fin des combats
Aussi le temps de vivre

A gauche, extrait d’une œuvre de Cau Gomez. A droite, extrait d’une œuvre de Stan Miller.

C’était Baptiste Zamgaïa
Et je le vois encore
Dansant à nos paumes sonores
Ses derniers maloyas

Julien Nahingrin
« Contrerimes d’exil », 1979.



C’est sous le pseudonyme de « Julien Nahingrin » [1] — clin d’œil à la fois étrange et mutin — que Pierre Chassagne nous livre une poésie dont la puissance évocatrice mérite d’être mieux connue. Mieux partagée.

Ce vieux « Portugais ... du Mozambique » qu’il décrit avec tant de finesse est un personnage récurrent de la mythologie réunionnaise. Il plane comme une ombre sur nos mémoires enfouies et fragiles.

Pierre Chassagne, entre La Réunion et une province de France, entre « la Patrie inconsciente encor » et « la république qui [l]’enchante », nous restitue « ces souvenirs d’hier et d’avant / Du pays de l’enfance »... Dans un poème intitulé « Piton Sainte-Rose », il pose la question de l’identité en terre créole : « Ah ! se concevoir autrement / En ce pays de mangues »...

Il a signé trois recueils rythmés par le style de la contrerime :

  1. Contrerimes créoles, 1979
  2. Contrerimes d’exil, 1979
  3. Contrerimes en vacances, 1980.

En 1987, il publie « Chroniques » à l’ADER (Association des écrivains réunionnais) et participe en 1989 au « Ti Kabar 4 », d’Alain Gili.

Et désormais, Baptiste Zamgaïa, gardien légendaire des âmes de Gaïa, semble veiller sur nous.

7 Lames la Mer
Avec Gabriel Blanc

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1« Grand livre d’or de la poésie réunionnaise d’expression française, des origines à nos jours », Anthologie, Conseil général de La Réunion, 1990.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter