Categories

7 au hasard 14 octobre 2013 : Reconnaissez-vous cette femme ? - 10 septembre 2014 : Ces marionnettes dansent mieux le séga que vous ! - 4 mars 2013 : A propos des « spécialistes »… - 21 septembre 2014 : Plaine des Palmistes, terre d’avenir - 21 juillet 2015 : Baleines : dites-leur « bye bye… » - 13 mars 2014 : Sondages : « Tout simplement de l’escroquerie » - 18 novembre 2015 : Quand le terrorisme visait La Réunion... Et aujourd’hui ? - 25 mai 2015 : État Islamique : des documents déclassifiés pointent l’étonnante incurie de l’Administration Obama - 25 mai 2013 : Krab la pou bèk mon pié - 22 décembre 2013 : L’amour ou la folie... à quelques encablures du port -

Accueil > Lames de fond > Les mystères du grand océan > Une île portée disparue au Sud de La Réunion (suite)

Juan de Lisboa, une nouvelle pièce au dossier ? (2)

Une île portée disparue au Sud de La Réunion (suite)

13 mars 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le mystère de l’île Juan de Lisboa reste entier. Cette île fantôme généralement localisée au Sud de La Réunion n’a pas fini de nous faire rêver. La probabilité qu’elle ait existé puis disparu est mince et pourtant... voici l’histoire d’une "autre" île apparue puis disparue.

La Bibliothèque Nationale de France détient un document datant du 18ème siècle, que nous reproduisons ci-dessus,. Ce document fait état de la naissance d’une île le 31 décembre 1719 entre l’île Tercère et l’île Saint-Michel aux Açores. Dénommée « Ile Neuve » par les Portugais, cette île, née d’un tremblement de terre, mesurait approximativement une lieue de circonférence, soit un diamètre d’environ 1 km 500. L’île disparut quatre ans plus tard, le 17 novembre 1723, à la suite d’un nouveau tremblement de terre.

Le Dictionnaire de Trévoux (1771) signale l’évènement en ces termes : « En 1720, entre l’île Tercère & l’île de Saint-Michel, deux des îles Açores, il s’éleva deux rochers très considérables. »

Une description plus détaillée de cette naissance est donnée par un dénommé Tofino — qui au passage égratigne la tendance au sensationnel propre aux récits de voyageurs — dans l’ouvrage de Charles Philippe de Kerhallet intitulé : « Instruction pour remonter la côte du Brésil, depuis San-Luiz de Maranhaō » (1841).

Au sujet de l’île de Pic, Tofino déclare : « On trouve dans cette île les traces de quatre volcans qui y ont existé à diverses époques. L’un d’eux est la montagne du Pic, sur le sommet de laquelle est un cratère d’où il sort fréquemment de la fumée. En 1719, ce volcan, ou l’un des trois autres, vomit une prodigieuse quantité de pierres ponces que les courants transportèrent dans le canal qui sépare l’île Tercère de l’île Saint-Michel. Telle fut l’origine de la fable répandue parmi toutes les nations maritimes qu’une île très étendue, élevée de soixante toises, avait apparu en cet endroit et avait disparu ensuite : on ajoutait que les navires qui avaient voulu s’en approcher, avaient été forcés d’abandonner ce dessein, à cause de la chaleur excessive qu’ils éprouvèrent et qui faisait fondre le brai de leur calfatage. Beaucoup de voyageurs qui écrivent ont une propension remarquable autant que nuisible, à adopter sans examen des faits merveilleux, quelque incroyables qu’ils leur paraissent, et à en orner leurs récits, afin de se faire lire avec plus d’attrait. »

N’en déplaise à Tofino, de nombreux rapports de l’époque attestent de l’existence d’une vraie île à cet endroit et non seulement d’un amoncellement de pierres ponces flottant en surface. De même, les documents de l’époque relatent la disparition soudaine de l’île...

7 Lames la Mer

Dom Joao de Castro, à l’origine de l’île Neuve
Dom Joao de Castro, volcan sous-marin situé entre Terceira et Sao Miguel (Açores). Les terres émergées sont en vert.
Document "Mountains in the sea".

Cette image modélisée des fonds sous-marins retrace l’histoire de l’île Neuve. Le Dom Joao de Castro, volcan sous-marin situé entre les îles de Terceira et Sao Miguel, a donné naissance à l’île Neuve qui s’élevait jusqu’à 150 m. de hauteur. Le cône fut cependant érodé par l’océan atlantique et submergé en quelques mois.

• Lire aussi : « Océan Indien, Juan de Lisboa, une île portée disparue au Sud de la Réunion »

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter