Categories

7 au hasard 21 mars 2013 : Maurice : partenariat technologique avec l’Ouganda - 13 avril 2014 : Barachois et route en Corniche : vieilles photos inédites - 25 mai 2013 : Krab la pou bèk mon pié - 4 juin 2014 : Prison J. Dodu : « nous dénonçons un crime culturel » - 27 avril 2013 : Préférence à l’embauche : le critère de la langue - 28 octobre 2014 : Kat’ ti mo pour Joseph Varondin… - 21 janvier 2014 : Où est l’intérêt supérieur des élèves ? - 4 juillet 2016 : In Réyoné lé for : la pi lèr po douté ! - 5 mars 2016 : Route du littoral : risque de chutes de kaz ? - 27 juillet 2016 : Maldives : un troisième homme dans le couloir de la mort -

Accueil > Perle & Fagnomba : le combat continue ! > Liberté refusée pour Perle Zafinandro Fourquet

Madagascar, Fort Dauphin (suite)

Liberté refusée pour Perle Zafinandro Fourquet

24 mars 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La demande de mise en liberté provisoire de Perle Zafinandro Fourquet, emprisonnée à Fort-Dauphin depuis le 11 mars, a été rejetée, ce vendredi 22 mars. Impliquée dans le combat des villageois à Fort-Dauphin contre la société minière QMM, cette franco-malgache, porte-parole de l’association Fagnomba, a été arrêtée — ainsi qu’une quinzaine de membres de l’association — suite au « saccage d’un bureau de la Commission électorale indépendante » et à un vol de matériel, notamment des disques durs. Fagnomba dément toute participation aux dégradations et au vol. Sur les 16 militants emprisonnés, 5 ont été libérés. Perle Zafinandro Fourquet et une dizaine de membres, sont toujours en prison.

Le port d’Ehoala.
Souce : afritramp

Perle Zafinandro Fourquet

« Je suis métis malgache/français, le fils de Perle, a déclaré Jean-Yves Etiemble sur le site « Sud Planète ». (…) Ma mère est une Malgache dévouée à son pays. C’est une femme engagée qui se bat pour les siens et pour le respect de notre pays, de notre nature. » Perle Zafinandro Fourquet, 46 ans et mère de 4 enfants, est la porte-parole de l’association Fagnomba. Cette association « revendique depuis 2010 une juste indemnisation pour les personnes dépossédées de leurs terres utilisées par QMM, Qit Minerals Madagascar, filiale de Rio Tinto, dans le cadre de l’extraction de l’ilménite à Fort-Dauphin, dans le Sud-Est de Madagascar. »

Sur le site enqueteprod.com, société de production qui a réalisé un documentaire [1] sur le bras de fer entre la société minière et les villageois, Martin Fourquet, le mari de Perle, a lancé un appel il y a quelques jours afin de sensibiliser l’opinion à « l’arrestation d’une ressortissante française, en l’occurence ma femme, Perle Zafinandro Fourquet, (…) porte-parole depuis 3 ans d’une association, « Fagnomba », qui regroupe les petits habitants de Fort-Dauphin qui se sont faits en partie spoliés par le trust minier QMM. (…) Dernièrement, des bureaux et du matériel informatique ont été saccagés et le juge semble mettre tout cela sur le dos de Fagnomba. (...)  »

QIT Madagascar Minerals (QMM) est détenue à 80% par Rio Tinto, groupe minier multinational anglo-australien, et à 20% par l’Etat malgache. L’ilménite est une espèce minérale. Celle de Madagascar est recherchée pour sa teneur en bioxyde de titane de 60%, qui lui confère une qualité supérieure à celle de la plupart des autres gisements dans le monde.

Ilménite

L’installation de Qit Minerals Madagascar, filiale de Rio Tinto, à Fort-Dauphin a changé la physionomie de la région. Ainsi, l’approvisionnement en électricité de la ville dépend de la société minière. Autre exemple et non des moindres, le port de Fort-Dauphin n’étant pas adapté aux navires nécessitant un fort tirant d’eau, un port moderne en eaux profondes, a été construit non loin, à Ehoala, dans le cadre du Projet Ilménite de Fort-Dauphin. Cette infrasctructure moderne a été financée par un partenariat public/privé, « à hauteur de 110 millions de dollars US par Rio Tinto tandis que le Gouvernement a décaissé 35 millions de dollars à travers le Projet « Pôles Intégrés de Croissance » de l’Anosy en utilisant les fonds de la Banque Mondiale », précise le site riotintomadagascar.com. Ce port qui permet d’exporter l’ilménite de Rio Tinto QMM, accueille également « des navires de croisière, des navires porte-conteneurs, des navires frigorifiques, offrant un certain nombre d’opportunités à la collectivité locale », poursuit riotintomadagascar.com.

Le 17 février 2012, Rio Tinto QMM signe par ailleurs un Protocole de Sécurité avec les Forces Armées. Par exemple, dans le cadre de ce protocole, en septembre dernier, la société minière a remis un véhicule Nissan pick-up 4X4 au 2ème Régiment de la Région Militaire n°5. Rio Tinto multiplie par ailleurs les interventions pour lisser son image : financement de clubs de foot, attribution de bourses d’études supérieures pour des étudiants, etc.

Face à ce géant industriel et aux intérêts qu’il représente, l’association Fagnomba a mené des actions militantes réprimées par l’armée appelée en renfort : manifestations, barrages de routes, etc. L’arrestation des membres de Fagnomba survient dans un climat tendu où les enjeux politiques sont exacerbés à quelques mois de l’élection présidentielle. Contacté ce 23 mars par « 7 Lames la Mer », Martin Fourquet retournera dans quelques jours à Madagascar. Il espère obtenir des soutiens pour aboutir à la libération de Perle et de ses codétenus.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1« Je veux ma part de terre », réalisé par Frédéric Lambolèz et jean-Marie Pernelle, http://www.enqueteprod.com/

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter