Categories

7 au hasard 30 mai 2015 : Carrières : des transporteurs visionnaires, ou très au courant ? - 25 mai 2013 : Krab la pou bèk mon pié - 19 juillet 2014 : Un festival pour mettre « La Réunion en lèr » - 10 mai 2015 : Sergio Grondin, le talent des écorchés vifs - 11 avril 2016 : Le dernier voyage de « Koung Koung » - 10 mai 2013 : Danio Ricquebourg : « A qui profite cette provocation ? » - 4 août 2013 : Dimanche dernier, une petite révolution sur le Barachois... - 14 octobre 2017 : La reine Betty, l’une des plus belles femmes qu’on pût voir - 11 novembre 2016 : Leonard Cohen a pris son dernier train - 17 avril 2013 : L’hommage de Victorin Lurel aux esclaves naufragés de « l’Utile » -

Accueil > Le monde > 2018 : on confond encore femme et tabouret !

Journée internationale des droits des femmes

2018 : on confond encore femme et tabouret !

7 mars 2018
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour vendre des tabourets de bar, pas besoin de tabourets : une blonde à l’épaule dénudée fait l’affaire !

Vu en 2018 sur le site d’une célèbre chaine TV d’information en continu.

Comme disait ma grand-mère : « tabouret de chiasse ! »


Voilà une pub qui en dit long sur l’image de la femme : réduite à hanter les bars, perchée sur un tabouret, décoiffée comme si une main avait farfouillé dans sa chevelure blonde ; la même main s’est attardée sur l’épaule faisant tomber la chemise pour découvrir un soutien-gorge.

Les créateurs de publicité ont opté ici pour une formule minimaliste : l’objet vendu n’apparaît pas à l’image, seule la femme-objet est présente, « exposée » comme si elle attendait le client. Sa seule présence suffit à incarner le tabouret.

Comme disait ma grand-mère lorsque la colère la prenait : « tabouret de chiasse ! »

Vu en 2018 sur le site d’une célèbre chaine TV d’information en continu.

What else ?


Autre exemple de publicité sexiste : la rousse incandescente qui s’apprête à porter une tasse de café à ses lèvres. Si l’on n’y prend garde, cette publicité est tout ce qu’il y a de plus commun.

Encore une femme pour vendre un produit qui ne concerne pas que les femmes ; rien de nouveau. Mais passée cette première impression de banalité, l’image révèle autre chose : la femme ne porte pas d’habits ; ses épaules sont nues, ce qui suggère qu’elle est nue jusqu’aux pieds.

What else ? [Notons au passage le « wednesday » qui arrive comme un cheveu sur le café ainsi qu’une faute d’accord...]


Femmes/hommes, y a encore du boulot !


Coup d’œil dans le rétroviseur : en 2013, la marque de motos Ducati accusée d’avoir mené une campagne sexiste en faisant poser des femmes en petites tenues devant ses bolides a répliqué en remplaçant les femmes par des hommes. Finalement, cette démonstration par l’absurde n’a fait que souligner — si besoin était — la vulgarité des attitudes corporelles.

Femmes/hommes, y a encore du boulot ! Mais ça, on le savait déjà. Simplement, on en remet un petit coup sur la tête histoire de montrer qu’en 2018, on confond [encore...] une femme et un tabouret.

7 Lames la Mer


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter