Seggae : Berger Agathe, mort sur le bitume, après Kaya…

Ce 22 février 1999, au lendemain de la mort suspecte de Kaya en prison, son ami, Berger Agathe — lui aussi chanteur de seggae — marche en direction du rond-point du Port Franc, en brandissant sa chemise blanche au milieu de scènes d’émeutes. Un policier au visage masqué met un genou à terre, vise et tire. Berger Agathe s’effondre sur le macadam ; il ne se relèvera jamais…


capture_d_e_cran_2018-02-22_a_14.56.23_resultat.jpg


Berger Agathe tombé sous une pluie de balles


Berger Agathe [1962-1999] était un chanteur de seggae, originaire de l’île Rodrigues. Leader du groupe «Ovajaho», il vivait dans le quartier défavorisé de Roche-Bois et était un ami proche de Kaya.

Le 22 février 1999 [bloody monday…], Berger Agathe est tombé sous une pluie de balles [62 billes de plomb] lors des émeutes qui éclatèrent suite à la mort brutale en cellule de Kaya, la veille, 21 février 1999, «bloody Sunday».
capture_d_e_cran_2018-02-22_a_15.11.22_resultat.jpg


Berger Agathe chantait la paix


«Une heure auparavant, nous nous sommes parlés devant un barrage d’émeutiers à Roche-Bois, partageant notre grosse colère et notre profonde tristesse suite à la mort scandaleuse de Kaya en prison, raconte Percy Yip Tong. Dure fin pour ce grand artiste dont la chanson phare s’intitulait «Non lavyolans»1. Contrairement à la famille de Kaya, la famille de Berger Agathe n’a reçu aucune “compensation”».

Considéré comme un digne disciple de Kaya, Berger Agathe chantait la paix (…). Ils sont tous deux partis dans des circonstances pénibles, l’un tabassé et tombé sur le sol d’une cellule d’Alcatraz et, l’autre, le berger de Roche-Bois, sur le bitume au rond-point de son quartier.

Berger Agathe emboîtait ainsi le pas à son ami, dans la tragédie ; laissant derrière lui les siens… et des chansons qui ont marqué le passage de cet artiste que l’on disait «discret mais talentueux».

Nu Ravann/7 Lames la Mer



Lire aussi :


Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.

  1. Non à la violence.
  •