Categories

7 au hasard 17 octobre 2015 : Sors la pelle, Amina : on va aménager le territoire ! - 2 mai 2015 : Ombres sur Roches Noires et Rivière Noire - 24 août 2013 : Trois vols de guitares et... un anniversaire ! - 15 décembre 2015 : 20 décembre : sens de la fête et sens interdit de l’histoire - 11 mai 2017 : Les Chagossiens ont besoin de vous ! - 27 avril 2012 : L’effet « présidentielles », et comment aller au-delà… - 2 mai 2017 : Ségas zélèksion : de « papa Giscard » au « président la ruine » - 17 mars 2015 : NRL : les baleines iront-elles se faire voir ailleurs ? - 28 août 2013 : Contre la guerre en Syrie - 3 février 2014 : « Nous sommes pour le calendrier climatique, M. le Recteur ! » -

Accueil > Lames de fond > Péï oublié > Séga inédit : Trois jours, trois nuits avec Célimène

Muse noire

Séga inédit : Trois jours, trois nuits avec Célimène

13 juillet 2018
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Petit » miracle ! La partition d’une chanson « inconnue » — oubliée — de Célimène (1807-1864) nous « tombe » entre les mains : « Trois jours, trois nuits », (ou les amours de Guistine), chansonnette créole, paroles de Célimène. Fidèle à sa réputation, Célimène nous offre, par de-là les siècles, un texte... pimenté !

Célimène Gaudieux, ancêtre de l’esprit rap.
Variation à partir d’une œuvre de Tim Okamura.

La « belle panthère noire »


Certains la nommaient la « muse noire », la « muse de Trois Bassins » ou la « muse créole ». Muse, elle l’était et aussi rimailleuse sans complaisance, chanteuse sans complexe, musicienne sans contraintes. Libre ! Son aura influence encore les artistes de ce 21ème siècle [Jim Fortuné, Daniel Vabois, Ziskakan, etc.]. En 1934, le journaliste Danyl-Helm, n’hésitait pas à la qualifier de « belle panthère noire ».

Fille d’une esclave, elle aimait à rappeler son lien de parenté — par le biais de sa grand-mère esclave malgache — avec le poète Evariste de Parny [1]. Elle a 4 ans lorsqu’elle est affranchie en même temps que sa mère, le 14 novembre 1811.

Célimène est connue pour avoir tenu « cour littéraire au comptoir de son cabaret-boutique » — « aubergiste cantinière » —, s’accompagnant d’une guitare et rimant « à tort et à travers » [2].

Danyl-Helm qualifait Célimène de « belle panthère noire »... ("Panthère noire", par Merab Abramishvili).

Imbéciles, passez votre chemin


« Hôtel des hommes d’esprit, les imbéciles doivent passer sans s’y arrêter » était la devise de son modeste établissement — qui servait également de relais postal. Mulâtresse. De sang mêlé dans une société esclavagiste, elle rétorquait aux grincheux et aux aigris, avec sa légendaire impertinence : « J’ai un mari de race blanche » [3].

L’insolence était son credo et la postérité a retenu d’elle quelques rares textes où elle manie avec esprit paroles licencieuses, sarcasmes et éreintements [4] mais aussi de la poésie : « Dans mes plus grands fonds de douleurs / Les mains de toutes les couleurs / Sont venu[e]s essuyer mes pleurs »... Son style d’écriture débridé, acéré et mordant — rebelle — ferait aujourd’hui de Célimène une vraie rappeuse.

« A Bourbon, la mulâtresse Célimène, qui tenait une sorte de cabaret fort bien fréquenté, régalait ses clients de chansons de sa composition, avec accompagnement de guitare, écrit Armand Corré [1841-1908] en 1890 [5]. Elle a rimé son portrait : le français et la prosodie sont en faute mais l’entrain le fait oublier ».

Célimène Gaudieux. Variation d’après la lithographie d’Antoine Roussin.

« Ces grands yeux en amande, sa bouche sensuelle... »


Célimène meurt à 57 ans le 13 juillet 1864, léguant au Dr Jean Milhet Fontarabie un véritable trésor : son précieux « cahier de chansons »... Ironie de l’histoire, ce célèbre cahier est porté disparu — jusqu’à preuve du contraire.

Et il ne nous reste en héritage de la « belle panthère noire » que trois ou quatre chansons [ou textes], deux lithographies d’Antoine Roussin et sa guitare conservée au musée de Villèle.

Voilà donc une chanson de plus, un séga : « Trois jours, trois nuits » avec la muse noire, « ses grands yeux en amande, sa bouche sensuelle, son port de tête royal » telle que l’a décrite le poète Jean Albany.

7 Lames la Mer


A lire aussi :
Ici vécut un phénomène : Célimène !
Langue créole : Célimène devant

Séga "Trois jours, trois nuit" (ou les amours de Guistine). Chansonnette créole.
Paroles de Célimène (muse de Trois Bassins).

(Fici : fichu)


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Les travaux de Robert Merlo ont mis en lumière l’ascendance de Célimène. Le poète Evariste de Parny eut une liaison avec une jeune fille, Léda, esclave d’ascendance malgache née à Saint-Paul, qui travaillait chez son père, Paul de Forges-Parny.

De cette liaison naquit une fille, Valère, qui épousa, à l’âge de 14 ans, Auguste, esclave affranchi. Valère et Auguste eurent trois enfants, dont Marie-Thérèse Candide, mère de Célimène.

Marie-Thérèse Candide était employée chez Louis-Edmond Jean [variantes Jans, Jeance ou Gence] qui en fit sa concubine. De cette relation naquirent deux filles : Marie-Monique, dite « Célimène » et Marie-Céline [ou Marie Céliste]. Célimène, fille de Marie-Thérèse Candide, petite-fille de Valère, et arrière-petite-fille de Léda, était ainsi l’arrière-petite-fille du poète.

[2Je suis cette vieille Célimène,
Très laide, mais non pas vilaine.
Je suis une pauvre créole,
Qui n’a pu aller à l’école,
Légère en conversation,
Mais pas du tout en action ;
J’ai la tête remplie de vers,
Que je fais a tort et à travers.
Trop froissée, je satirise
L’impoli qui me ridiculise.
Et jamais je [ne] me déguise.
Je fais connaître le ridicule,
Aux bigots je fais sauter la bascule,
Il faut que celui qui avance recule,
Reste honteux, gobe la pilule.
Je respecte les vrais dévots,
Mais je crains beaucoup les bigots.
Avec les fous je fais la folle,
Avec les sots, je fais la sotte ;
Et jamais ne perds la boussole ;
Pour éviter les avari[e]s,
Les grandes, les gros et les petits,
Blancs, noirs ou gris sont mes amis.
J’admire l’aristocratie,
J’aime et plains la démocratie,
Car j’appartiens à la dernière,
Mais je respecte la première,
Car ma vie n’a pas été que fleurs ;
Dans mes plus grands fonds de douleurs,
Les mains de toutes les couleurs
Sont venu[e]s essuyer mes pleurs.

[3La citation complète est : « Je suis une mulâtresse, c’est vrai, mais mon mari est de race blanche, et il est de règle que le cheval anoblit la jument » [« Le tour du monde », Louis Simonin, ingénieur des mines, géologue, voyageur et journaliste, 1861]. A 32 ans, Célimène épouse un ex-gendarme originaire de la Dordogne, Pierre Gaudieux, le 3 octobre 1839 à Saint-Paul. Ils ont cinq enfants. Pierre Gaudieux meurt en 1852.

[4Missié L. et blanc malhonnête
Na na figure comme bébête
Na na le quer comme galet
Na na la langue comme zandouillette
Na na li dents comme foursettes
Na na tas de contes comme gazette
Toujours il est dans la guinguette
En goguette... et en goguette. [Extrait].

[5« Nos créoles ».

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter