Categories

7 au hasard 4 mai 2016 : « Le maloya est d’abord un séga » - 10 septembre : Un séga venu... du Paraguay - 10 juillet 2013 : Cette obstination à rêver... - 18 juin 2013 : Le banian étrangleur - 16 juillet 2015 : Europe-Grèce : refuser de participer à la farce - 24 mars 2013 : Liberté refusée pour Perle Zafinandro Fourquet - 14 août 2013 : « Reefa » tué pour une lettre - 30 avril 2014 : Mode à Bourbon : les élégantes té kass larmoir ! - 19 juin 2017 : James Baldwin : « Je ne suis pas votre nègre » - 18 mai 2015 : « Égalité et émancipation pour une école du peuple ! » -

Accueil > La Réunion > Economie et société > La mère de Talon Bishop lance un appel à la solidarité

Crise requin

La mère de Talon Bishop lance un appel à la solidarité

10 mai 2019
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La mère de Talon Bishop — décédée en 2015 suite à une attaque de requin à l’Etang-Salé — lance un appel à la solidarité. Une cagnotte a été mise en ligne : « ce combat nous concerne tous. Je n’ai d’autre choix aujourd’hui que de faire appel à votre compréhension et à votre générosité ».

Danielle Austin et sa fille, Talon Bishop, victime en 2015 d’une attaque de requin.

Talon avait 22 ans


Le 14 février 2015, la jeune Talon Bishop a été victime d’une attaque de requin au lieu-dit Ravine du Pont Mulla, sur la plage de l’Etang-Salé. Elle n’a pas survécu. Elle n’était dans l’île que depuis trois mois. Elle avait 22 ans.

Aucun signalisation adaptée et conforme à la loi informant d’une quelconque interdiction de baignade n’était implantée sur le site où Talon Bishop a été attaquée par le squale.

« Comment pouvait-elle savoir que la “baignade était interdite” en l’absence de panneau ? », interroge Danielle Austin, la mère de Talon, engagée dans un bras de fer avec la Justice. La plupart des usagers de la plage accèdent alors effectivement à Pont Mulla, au bord de la mer, sans passer devant un seul panneau.

Plage de l’Etang-Salé, au niveau du pont Mulla.

Plus jamais ça !


Quatre ans et demi plus tard, la famille de Talon se bat toujours pour tenter de trouver des réponses à des questionnements simples et légitimes : pourquoi aucune signalisation explicite n’était installée sur site ? Pourquoi les secours ont-ils pris 40 minutes pour arriver et prodiguer les premiers soins ? Talon aurait-elle pu être sauvée si elle avait été prise en charge plus rapidement par les secours ?

Les réponses, quelles qu’elles soient, ne ramèneront pas Talon, en revanche la famille espère que cette tragédie contribuera à faire bouger les choses et à les changer : plus jamais ça ! Malheureusement, à intervalle régulier, l’actualité nous replonge inexorablement dans la même horreur : La Réunion n’a toujours pas apporté les réponses adaptées à la « crise requin » et la liste des victimes s’allonge. La dernière victime en date : Kim Mabhouli, 27 ans, attaqué à Saint-Leu ce 9 mai 2019. Il n’a pas survécu.

Depuis 2011, la « crise requin » et le déficit de mesures efficaces se soldent par un terrible bilan : 11 morts, 5 rescapés atrocement mutilés. Des victimes stigmatisées ! Car il est finalement plus simple de se retrancher derrière la « responsabilité individuelle des victimes », comme on pousse un tas de poussière sous le tapis.

Mémorial éphémère pour Talon Bishop.

« Nous continuons de nous battre »


« Talon n’a non seulement jamais été défendue mais au contraire stigmatisée pour s’être baignée dans une zone soit disant interdite alors même que la loi dit clairement que là où il n’y a pas de panneau d’interdiction de baignade, il n’y a pas d’interdiction », répète Danielle Austin, la mère.

Il y a bientôt un an, la famille de Talon a choisi de quitter La Réunion pour s’installer en France. Pour autant, le combat que mènent les proches de Talon n’est pas terminé. « En dépit du fait que nous ayons eu à quitter l’île, je tiens à ajouter que nous continuons de nous battre afin d’obtenir justice pour Talon mais aussi pour toutes les autres victimes et pour l’avenir de La Réunion », précise Danielle Austin.

C’est pourquoi Danielle Austin et ses proches font appel à la solidarité par le biais d’une cagnotte en ligne.

Portrait de Talon Bishop par Tal Isham.

« Ce combat nous concerne tous »


« Depuis 4 ans, j’enquête seule pour comprendre les responsabilités dans la mort tragique de ma fille qui a grandi dans la campagne du Nord de la France. Talon ne connaissait rien de l’océan et de ses dangers. Comment pouvait-elle savoir que la “baignade était interdite” en l’absence de panneau ? En février de cette année, la juge d’instruction a prononcé un non-lieu concernant notre plainte contre le maire Jean-Claude Lacouture pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d’autrui concernant l’absence de signalisation adaptée et conforme à la loi. Ce combat nous concerne tous, car un jour vous aurez peut-être besoin d’une ambulance en urgence, pour secourir un être cher ou être informé d’un danger imminent. Je suis dans une situation financière délicate, je n’ai d’autre choix aujourd’hui que de faire appel à votre compréhension et à votre générosité afin de payer les honoraires de l’avocat ».

7 Lames la Mer

Appel à la solidarité

Pour apporter votre contribution : Cagnotte en ligne : Talon Bishop, dommage collatéral de la Crise Requin à La Réunion

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter