Categories

7 au hasard 30 juin 2014 : Jera, chef Guarani : « nous écrivons l’histoire » - 24 mai 2016 : Bœuf d’enfer dans un train : 75 millions de vues - 28 avril 2014 : Na poin « sentinelle » isi Larénion ? - 1er octobre 2017 : Les trois couleurs de la haine ont eu la peau de Féline - 22 novembre : North Sentinel island : personne ne sortira vivant d’ici ! - 10 décembre 2015 : Régionales : tous les coups de pub sont permis... - 1er mai 2013 : Perle : « Me voici enfin LIBRE ! La lutte est nécessaire ! » - 28 octobre 2017 : Chagossiens, nos sœurs et nos frères créoles - 12 juin 2015 : SPEC-TA-CU-LAI-RE ! - 14 avril : Nouvel an Tamoul : six saveurs pour rappeler les joies et les peines -

Accueil > 7 au menu > 7 à voir > Danse contemporaine : Je suis Kanyar !

Konpani Soul City - Didier Boutiana

Danse contemporaine : Je suis Kanyar !

22 mars 2018
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Didier Boutiana de la « Compagnie Soul City » ouvre de nouveaux horizons à la danse contemporaine réunionnaise. C’est dans son parcours personnel atypique qu’il puise l’énergie pour sublimer et dépasser son art. Il présente « Kanyar », un solo de 55 minutes. Une performance physique qui abolit les frontières tant sociales qu’artistiques. Coup de cœur de « 7 Lames la Mer ».

"Kanyar", Didier Boutiana. Photo : page facebook.

« Kanyar »... un être de chair et de sang


« Kanyar ». Un mot aux accents péjoratifs avec une charge particulière dans l’imaginaire réunionnais. Didier Boutiana a décidé d’assumer le stigmate et de le transformer en emblème : « Je suis Kanyar » !

Mais derrière cette étiquette — par nature réductrice —, derrière cette posture dont l’aspect « provocation » est une réponse aux inégalités et aux injustices, il y a un homme avec ses faiblesses, ses blessures, ses espoirs, ses rêves, son fonnkèr. Son talent !

Un être de chair et de sang. Un être tout en émotion, tendu vers la lumière. Puiser la force aux sources de l’histoire. De son histoire personnelle.

"Kanyar", Didier Boutiana. Photo : dossier de presse.

Un océan de béton et de savane


Didier Boutiana est né dans la cité RN4 du Port. Petites cases à terre alignées le long de ruelles enchevêtrées, à deux pas de la prison. Un océan de béton et de savane.

C’est en fréquentant la « Maison de quartier » qu’il se découvre un don pour une discipline empruntant tant à l’athlétisme qu’à la musique/danse : la culture urbaine et populaire du hip hop et le style acrobatique du « break dance ».

Une vraie « discipline », dans tous les sens du terme, qui ouvrira la voie à de nombreux « marmay la kour », leur permettant d’exceller et de démontrer leurs talents, leur « gayar ».

"Kanyar", Didier Boutiana. Photo : Jean-Noël Enilorac.

Un véritable langage au delà de la performance


Du talent, Didier Boutiana n’en manque pas. Mais il ne se contente pas d’arpenter les podiums des battle [1], il voit au delà. Et franchit naturellement la fluctuante frontière entre « break dance » et « danse contemporaine ».

Ne reniant ni ses origines ni son histoire, il ne quitte pas l’un pour l’autre mais, au contraire, trace une voie médiane qui lui permet d’intégrer dans la danse contemporaine la force physique et spirituelle héritée du « hip hop ».

La danse qu’il pratique devient alors un véritable langage au delà de la performance. Et Didier Boutiana voit encore au delà. De danseur, il devint chorégraphe ! Créateur.

"Kanyar", Didier Boutiana. Photo : Jean-Noël Enilorac.

Enrichir le registre de la danse contemporaine


Il a 17 ans lorsqu’il fonde, avec le danseur portois Shany Arzeux, la « Compagnie Soul City », premier « crew » [2] réunionnais de « break dance » et de danse contemporaine.

Leur travail consistera à enrichir le registre de la danse contemporaine avec les techniques particulières au hip hop. Sacré deux fois « meilleur danseur de La Réunion » [2009 et 2010], Didier Boutiana crée en 2011 le ballet « Body of knewledge » avec la compagnie sud-africaine « Dusi Dance Company » ; puis viennent « Reflex » [2013], « Tir pa karte » [2014], « Héva » [2014], « Priyèr’ Sï Priyèr’ » [2015]... Et la dernière création : « Kanyar » [2017].

"Kanyar", Didier Boutiana. Photo : Jean-Noël Enilorac.

« Brèche dans le paysage chorégraphique de l’océan Indien »


« Avec “Kanyar”, Didier Boutiana signe un premier solo marqué par son histoire sociale et interroge une figure majeure de l’imaginaire urbain à La Réunion, précisent les responsables des Théâtres départementaux de La Réunion [3]. Emergence d’un auteur qui compte ! Accompagné du dramaturge Vincent Fontano à la mise en scène, ce danseur-chorégraphe athlétique passe ici l’épreuve décisive du premier solo. (...)

(...) Il choisit pour l’exercice de retourner aux sources de sa danse très physique, engagée et rythmée, qui tape comme les semelles d’un b-boy sur le bitume des trottoirs. Conçu en partie au contact de jeunes détenus fréquentés lors d’ateliers en centre pénitencier, “Kanyar” explore les postures et l’histoire de ces durs de la rue. Entre enquête dansée sur une génération et réflexion personnelle sur son propre parcours, Didier Boutiana ouvre une brèche nouvelle dans le paysage chorégraphique de l’océan Indien ».

7 Lames la Mer



« Kanyar » : TEAT Champ Fleuri, Saint-Denis, 30 mars | 20h.
Soirée partagée avec Ligne D’R - compagnie Danses en L’R.

Autres dates :

  • 6 avril, Théâtre Lucet Langenier, Saint Pierre.
  • 3 mai, Théâtre Vladimir Canter, Saint Denis.
  • 17 août, Festival Summer Dance Forever, Pays-Bas.
  • 29 août / 1er septembre, Internationale Tanzmesse, Allemagne.
  • 21 septembre, Fanal Cité des Arts, Saint Denis.


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Mot anglais signifiant « bataille » et désignant par extension les combats de Break dance.

[2Terme emprunté au vocabulaire de la culture hip hop, qui signifie « équipe ».

[3Didier est artiste associé des TEAT Champ Fleuri | TEAT Plein Air, Théâtres départementaux de La Réunion.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter