Categories

7 au hasard 29 janvier 2014 : Portez votre fœtus autour du cou... - 18 juillet 2014 : Crash : « deux chasseurs ukrainiens » derrière l’avion abattu ? - 16 février 2016 : Assassinat de Gandhi : le tableau prophétique - 15 mai 2015 : L’Empire du Milieu vire au vert - 24 janvier 2014 : Cryptomerias ou agriculture de subsistance ? - 7 mars 2013 : La journée internationale de l’infâme - 11 mars 2014 : Claude Hoarau inéligible pour 5 ans - 18 janvier 2016 : Mieux vaut avoir un gros camion que d’être un ti kaniki... - 15 novembre 2016 : « Paul Vergès, son maloya, son trans, son gayarsité » - 9 juillet 2015 : MargoZ : trésor de longévité ? -

Accueil > Le monde > Chili : la rue contre la « loi Monsanto »

Souveraineté alimentaire

Chili : la rue contre la « loi Monsanto »

1er septembre 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Collectifs citoyens, petits et moyens fermiers et communautés "indigènes" se mobilisent contre l’introduction de brevets sur les semences.

Manifestation contre la "loi Monsanto", le 17 août dernier.

Engagée par la Présidente de centre-gauche Michelle Bachelet, soutenue par l’administration Pineras (droite) en place depuis 2010, la loi relatives aux « obtenteurs de végétaux » (Obtentores de Vegetales) est vivement contestée par le rue chilienne. Baptisée « loi Monsanto » par les collectifs citoyens et les mouvements paysans, elle autorise les brevets sur une série de semences génétiquement modifiées. Une mesure qui « met en danger la souveraineté alimentaire du Chili  », estime Claudia Pailef, parlementaire de la région de Los Lagos. «  La loi réserve les semences à une poignée de multinationales, dont Monsanto  », déclare Yves Santandrea, porte-parole de l’association « Chili sans OGM » (Chile sin transgenicos), qui craint de voir ces entreprises utiliser leur position dominante pour imposer leurs propres produits.

Outre le monopole sur l’agriculture et la dépendance alimentaire qu’il laisse entrevoir, cette disposition fait craindre un endettement massif du monde paysan. Les petits et moyens agriculteurs et fermiers, en pointe dans la mobilisation, craignent que les firmes détentrices des droits de propriété sur les semences n’usent de leur position dominante pour extorquer des sommes exorbitantes aux paysans.

Les collectivités indigènes, qui représentent près de 5% de la population chilienne et dont l’économie repose sur l’agriculture traditionnelle, seraient les premières touchées par la fin du libre accès aux semences.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter