Categories

7 au hasard 28 avril 2014 : Danse Péi, le festival qui bouz’ en corps ! - 16 juin 2014 : « Alternance politique : avancer en arrière » - 22 août 2013 : La couleur retrouvée - 28 décembre 2014 : Ci-gît « l’imposte remarquable » sur le trottoir - 3 juillet 2015 : Qui peut lire ce message ? - 9 mars 2013 : Vers une nouvelle politique des cadres ? - 30 avril : Phare d’écologie entre prison et paradis - 11 décembre 2013 : « Contre lanprofitasion » - 16 février 2016 : Qui se cache derrière l’esclave Furcy ? - 26 février 2016 : Caroupaye a peut-être plus raison qu’il ne pense... -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Aude-Emmanuelle Hoareau, de l’autre côté de la vie

Hommage

Aude-Emmanuelle Hoareau, de l’autre côté de la vie

14 octobre 2017
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Aude-Emmanuelle Hoareau est passée de l’autre côté du miroir. Elle a « dé-sauté » la vie, à 39 ans. Elle nous laisse en héritage l’image d’une Réunionnaise engagée pour la « pensée créole réunionnaise », une « pensée créole », une « pensée an galé ». Docteur en philosophie, poète, écrivain (lauréate du Prix de la Nouvelle de l’Océan Indien et Prix du Roman du Grand Océan 2004), elle enseignait l’Esthétique à l’école supérieure d’art de La Réunion. « 7 Lames la Mer » lui rend hommage en publiant des extraits de sa contribution au « Manifeste pour une pensée créole réunionnaise » qu’elle avait dirigé en 2011. « Nou lé kapab majine, kalkil, viv an Rényoné ».


Esclavage : « souffrances enfouies, névroses collectives »


Plonger au cœur de la pensée créole réunionnaise, c’est d’abord explorer les tréfonds d’une histoire marquée par l’esclavage, l’engagisme et la colonisation, et dont on peut tirer de multiples enseignements. (...)

Nous sommes tous, en tant que Réunionnais, concernés par l’histoire de l’esclavage, qui fut trop longtemps étouffée, que nous avons refoulée et qui nous a gangrénés, conduits parfois à la névrose identitaire. Cette occultation a aussi empêché la société réunionanise de dépasser un de ses plus profonds tabous : la mise au ban du Kaf et son maintien au bas de l’échelle sociale. (...)

Quelles traces reste-t-il de l’esclavage dans notre société... et dans l’humanité d’aujourd’hui ? Selon nous, il reste de l’esclavage des souffrances enfouies, des névroses collectives comme déni d’une histoire douloureuse et qui ressort sous forme de mal-être et parfois de violences, ou encore des inégalités sociales qui persiste. C’est ce que nous considérons comme la part sombre de la batarsité, constitutive de l’être réunionnais. (...)


Pensée créole, pensée an galé...


Oser la pensée créole, une pensée an galé... La pensée créole, qui s’incarne dans un plongeon vers une réalité lourde de sens, n’en est pas moins source de créativité. L’envol est aussi possible, pour peu que l’on ose penser. Or, penser, n’est-ce pas un interdit qui pèse depuis toujours sur les membres de la société réunionnaise ? (...)

La pensée créole réunionnaise, c’est aussi un regard décalé, posé sur le réel, un regard enchanteur, empreint de magie, de mystère, qui ressaisit les grands événements de son histoire, pour en tirer la substance fabuleuse. N’ayons pas peur des morts : il existe une mythologie créole. (...)

La langue créole réunionnaise est ici plus qu’un simple moyen de communication. Elle traduit l’âme d’un peuple toujours en alerte, un peuple qui ne se repose jamais. (...)

Sommes-nous à La Réunion des protecteurs de la différence, ou simplement un emblème folklorique de « diversité bien digérée » ? L’idéal ne serait-il pas, qu’en tant que Créoles Réunionnais, nous prenions en main la différence, que nous la cultivions, la protégions, en fassions un joyau ? (...)


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter