Categories

7 au hasard 28 septembre 2017 : Maloya : kisa i koné zistoir « Dodo Siya ? » - 16 juin 2014 : Je t’ouvre ta carrière si tu me prends ma médiathèque ? - 1er mars 2019 : Le « Séga Doré » perd son Goulou - 17 avril 2016 : Un lac secret dans les hauts de La Réunion - 19 septembre 2016 : Papy fait de la résistance - 11 janvier 2016 : 30 secondes de maloya... du Sri Lanka - 27 avril 2014 : Un ancien dirigeant de Mobil Oil contre les gaz de schiste - 23 mai 2018 : Jean-Hugues Ratenon : un jour particulier pour l’abolition - 26 mai 2014 : Chagos : le câble de Wikileaks jugé recevable - 17 mars 2018 : Ranoumé : l’extravagante vie d’une danseuse créole -

Accueil > 7 au menu > 7 arrivé hier > « Tuer les noirs fugitifs dans les bois »

30 janvier 1725

« Tuer les noirs fugitifs dans les bois »

30 janvier 2020
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 30 janvier 1725, le Conseil Supérieur publie un arrêt ordonnant de « tuer les noirs fugitifs dans les bois, lorsqu’ils ne voudront pas s’arrêter ».

Illustration d’une scène de chasse, extraite du premier roman réunionnais : "Les marrons", de Louis Timagène Houat, édité à compte d’auteur en 1844.

30 livres le prix d’un esclave « mort ou vif »


C’est le 30 janvier 1725, que le Conseil Supérieur publie un arrêt ordonnant de « tuer les noirs fugitifs dans les bois, lorsqu’ils ne voudront pas s’arrêter ». L’année suivante, le Conseil fixe à 30 livres le prix d’un esclave « mort ou vif ».

Entre 1725 et 1765, sur les 784 « grands marrons » recensés comme « en fuite depuis plus de 6 mois », on en dénombre 270 « tués dans les bois », 438 capturés, 26 morts au bloc ou à l’hôpital et 50 mis à mort.

En 1844, le premier roman réunionnais, intitulé « Les marrons » [1] est publié à compte d’auteur par Louis Timagène Houat [2], né à Saint-Denis le 12 août 1809. On y trouve la description d’une scène de « chasse aux marrons » :

« Dans un ravin profond et boisé, non loin de là, venaient de se poster deux hommes basanés, misérablement vêtus, mais armés jusqu’aux dents, sans compter trois ou quatre dogues qui se tenaient près d’eux en manière d’avant-garde.
— Les as-tu bien vus ? — dit tout bas à son compagnon l’un de ces hommes qui s’étaient tous deux tapis dans la broussaille et lorgnaient d’un regard de chat tigre le creux sillon du ravin.
—  Pardi ? — répondit l’autre, — j’étais niché sur le grand palmiste ; et je crois que de là on pouvait bien pointer les gibiers, pas avec la carabine, bien entendu. Ils ont gagné le mamelon qui donne sur cette pente ; il n’y a pas de doute qu’ils descendent maintenant ???
— En ce cas, ils sont à nous, — reprit le premier, — car, à moins de faire la dégringolade comme celui de ce matin, ils n’ont pas d’autre escalier qu’ici... Mais chut ! j’ai comme entendu quelque chose ! — Tiens bien les chiens !… »

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1En 1988, soit 144 ans après la première édition, « Les marrons » — jusque là réputé introuvable — est enfin réédité aux éditions du CRI (Centre de recherche indianocéanique) grâce à la détermination de Raoul Lucas qui trouve enfin « par le plus miraculeux des hasards » et après de longues recherches, un exemplaire de ce premier roman réunionnais dans le fonds que la descendante du poète Raphaël Barquissau lègue à la ville de Saint-Pierre en 1986.

[2Louis Timagène Houat sera arrêté par les autorités coloniales qui lui reprochent d’être « l’épicentre d’un mouvement entretenant des relations, à l’extérieur avec des Libres de couleur des Antilles et des démocrates de France, dans l’île avec des blancs (pauvres ?), des Libres de couleur, des engagés indiens et des esclaves, débattant de l’abolition de l’esclavage et de l’avènement de la démocratie à Bourbon », écrit Raoul Lucas dans la réédition, en 1988, du premier roman réunionnais : « Les marrons ». Le 8 août 1836, le tribunal de Saint-Denis condamne Louis Timagène Houat « et consorts » à la déportation « dans un lieu à arrêter ». Malgré une amnistie royale promulguée par la suite, les autorités coloniales de Bourbon font exécuter la peine. Louis Timagène Houat et ses co-inculpés sont donc expulsés juridiquement pour 7 ans sur La France.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]