Categories

7 au hasard 11 janvier 2015 : Anita Ekberg : mort de la douceur de vivre - 8 février 2015 : André Brink : l’arme de l’écriture contre l’apartheid - 18 mars 2014 : Kharkov veut aussi son referendum - 28 avril 2013 : Université : Kréol... dehors ? - 22 mai 2015 : Érik Murin : « La Réunion n’est plus une colonie » - 7 mai 2015 : « Européens et fiers de l’être au coeur de l’océan Indien » - 20 juillet 2016 : « Vous n’aurez pas ma haine, il faut s’aimer à tort et à travers » - 22 janvier : Coup-de-poing américain... pour enfant - 13 octobre 2013 : Convention sur les élections municipales et européennes du Parti de Gauche - 16 février 2016 : Qui se cache derrière l’esclave Furcy ? -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Siya, une Indienne au cœur du maloya ?

Racines

Siya, une Indienne au cœur du maloya ?

5 janvier 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un des personnages les plus emblématiques du maloya traditionnel serait une... Indienne. À La Réunion, tout le monde la connaît sous le nom « Monmon Siya », celle qui ne dort pas dans la maison d’autrui. Du chant sacré de l’hindouisme au maloya, Siya, une même femme pour deux rituels. Une chose est certaine : « Monmon Siya » est depuis longtemps devenue Réunionnaise.

L’exil de Siya, by Raja Ravi Varma (1848 - 1906).

Siya est le personnage central de l’épopée hindoue « Râmâyana », composée par le grand poète indien, Vâlmîki.

Le « Râmâyana » est un long poème, daté du début de l’ère chrétienne et qui est aujourd’hui toujours chanté avec dévotion. Considéré comme une œuvre fondamentale de l’hindouisme, il comprend vingt-quatre mille strophes de quatre vers et retrace l’histoire mythologique de Râma et de Sītā (allias Siya). « Il raconte la naissance et l’éducation du prince Râma, septième avatar du dieu Vishnou, la conquête de Sītā et son union avec elle. L’œuvre raconte également l’exil de Râma, l’enlèvement de Sītā, sa délivrance et le retour de Rama sur le trône ».

Rama et Sita (Siya). Photo : Ayan Gupta

Comment le personnage de Siya est-il arrivé jusqu’à notre maloya ? Jusqu’à en être une figure emblématique qui marque l’imaginaire réunionnais, avec une empreinte certes moins répandue que Granmèrkal mais tout aussi mystérieuse et entêtante ? L’esclavage et l’engagisme sont bien évidemment passés par là.

Dans le maloya « Kafé griyé » interprété par Firmin Viry et enregistré en 1976 au cours du IVème congrès du Parti Communiste Réunionnais, « Monmon Siya » est qualifiée de « belle indienne » : « O Siya zindyène zoli - Ô Siya, belle Indienne ». Cependant, une autre version met en évidence un refrain tout à fait différent : « Robe Siya zindyène zoli » ; comprenez : la robe de Siya est faite d’une belle toile indienne (Source : La Maison du Maloya). Alors, notre « monmon Siya » est-elle la même que la Siya du« Râmâyana » ?

Rama

« Dans le « Kafé griyé » de Firmin Viry, Siya, l’héroïne des versions populaires tamoules du « Râmâyana » s’incarne en une ouvrière des plantations à La Réunion, dont Viry a indiqué, dans une interview, qu’elle devait être perçue comme étant d’origine mozambicaine » [1].

Voilà donc une Siya indienne, mozambicaine... Réunionnaise ! En attendant de découvrir le fin mot de cette affaire, « 7 Lames la Mer » vous invite à (re)découvrir le magnifique « Ram Siya Ram... Siya Ram Jai Jai Ram » (voir vidéo ci-dessous). Long chant lancinant, envoutant, entêtant.

Ram Siya Ram, Siya Ram Jai Jai Ram...

7 Lames la Mer
Merci à Jean-Régis Ramsamy, journaliste, écrivain, qui nous a fait découvrir : « Ram Siya Ram, Siya Ram Jai Jai Ram »

Graphie et traduction inspirées de « Viry 1976 », MCUR, page 16, 2005. Une autre version, tout à fait plausible, évoque un refrain différent : "O Siya donne ma gété, Robe Siya zindyène zoli". La robe de Siya est faite d’une belle toile indienne. Source : La Maison du Maloya.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1« Viry 1976 », MCUR, page 9, Françoise Vergès, Carpanin Marimoutou, 2005

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter