Categories

7 au hasard 13 mai 2013 : Dockers : « Ce n’est pas nous qui paralysons l’économie » - 30 décembre 2014 : Le monde du futur lé là... pour une politique du temps présent - 26 mai 2014 : Chagos : le câble de Wikileaks jugé recevable - 14 novembre 2013 : « Autonomie de transition » au Kurdistan syrien - 24 août 2012 : 2013 : je vous salue Marie - 20 avril 2015 : Kanyar exquis ! - 20 novembre 2013 : Viol colonial perpétué en peinture - 20 avril 2014 : Pour en finir une fois pour toutes avec l’illusion du tram-train - 14 juillet 2016 : Thank you Léo - 23 septembre : Chagos : nouvelle bataille malgré les pressions de la Grande-Bretagne -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Prison Juliette Dodu : « la pilule de la résignation ne passera pas (...)

Pétition en ligne

Prison Juliette Dodu : « la pilule de la résignation ne passera pas »

9 novembre 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Aux assassins du patrimoine, je dis publiquement ma colère et celle de mes ancêtres bafoués par vos projets immobiliers »… Nous gardons en mémoire ces paroles de Sudel Fuma qui, un mois à peine avant de disparaître tragiquement, avait lancé ce cri qui n’a pas fini de résonner contre la destruction programmée de la Prison Juliette Dodu. Un « crime culturel » qu’il dénonçait ! Une pétition est en ligne depuis 24 heures pour réclamer « un Musée pour la mémoire de la Prison Juliette-Dodu ». A vos claviers... et commentaires.

La geôle de la rue Juliette Dodu "où ont été exécutés des esclaves marrons, où ont été emprisonnés des engagés indiens et d’autres pauvres créoles du XIXe siècle !" (Sudel Fuma) - Illustration Lauren Luna

Difficile d’évoquer la prison Juliette Dodu et son devenir sans évoquer la mémoire de Sudel Fuma. Son dernier coup de gueule, il l’a consacré à ce bâtiment, l’un des plus anciens de l’île, « où ont été exécutés des esclaves marrons, où ont été emprisonnés des engagés indiens et d’autres pauvres créoles du XIXe siècle », précisait-il.

Depuis la mort de Sudel Fuma en juillet dernier, d’autres ont pris à cœur de poursuivre ce combat. Un « Collectif pour la mémoire de la prison Juliette Dodu » a récemment adressé à Christiane Taubira, Ministre de la Justice, une lettre à ce sujet : « regroupés au sein d’un collectif d’origines, d’identités et de générations différentes, nous avons décidé de nous mobiliser pour sauvegarder la mémoire de ces murs et de ces âmes emprisonnées qui y ont vécu. Par cette lettre, nous demandons votre soutien moral pour transformer ce lieu, propriété du ministère de la justice, en musée vivant de la mémoire des prisonniers de l’île, qu’ils aient été esclaves, engagés, hommes ou femmes libres ».

Suite à cette interpellation de la Ministre, le collectif marque une nouvelle étape en lançant une pétition en ligne : « Témoin de pierres et de souffrances d’une partie oubliée de l’histoire réunionnaise, cette prison est aujourd’hui sur le point d’être complètement transformée pour laisser place à des logements, des commerces et un parking, précise le texte qui accompagne la pétition. Sans votre soutien, aucun lieu de mémoire, si petit soit-il, ne verra le jour. Construite en 1718, (...) la prison Juliette Dodu (...) constitue l’héritage d’une partie de l’histoire réunionnaise et renferme aussi de nombreuses traces archéologiques. A ce titre elle constitue un véritable lieu de mémoire à préserver. »

Si Sudel Fuma avait dénoncé avec ardeur le projet immobilier prévu en lieu et place des murs historiques de la prison, il avait par ailleurs pris la peine de préciser qu’il n’était pas acceptable de se contenter de « quelques murs » pour la mémoire...

« On nous dira, écrivait-il le 4 juin dernier, qu’on protègera quelques murs pour faire passer la pilule de la résignation, mais l’essentiel des bâtiments sera rasé. (...) Comment les pauvres Rmistes des futurs logements sociaux pourront vivre tranquillement sur des terres souillées [1] ? et pourquoi eux ? »

Pour sa part, le collectif formule, à travers sa pétition en ligne, des revendications nettement moins exigeantes — ou plus réalistes diront certains — puisqu’il demande « sans contester les urgences du présent, notamment la création de logements sociaux » :

  • Qu’une partie de l’ancienne prison soit transformée en musée-forum ;
  • Que des fouilles archéologiques complètes soient effectuées, associant des chercheurs réunionnais ;
  • Que les objets trouvés soient conservés à La Réunion.

Prison de la rue Juliette Dodu. Photo Thierry Caro

Qui peut le plus peut le moins... devons-nous pour autant nous contenter du moins ? Ou faut-il considérer cette affaire en d’autres termes, à savoir : ce sera le moins ou rien du tout ? Cela n’est pas sans rappeler cette pratique cynique en matière d’urbanisme que nous avons déjà dénoncée et qui veut que lorsqu’on écrase une case créole — dont on a négligemment négligé l’entretien — on nous promet dans le même temps, en lot de consolation, une « reconstitution à l’identique » à quelques détails près...

On peut toujours argumenter pour démontrer que le projet d’aménagement de cet espace « prison Juliette Dodu » n’a pas omis d’intégrer une démarche mémorielle, mais il n’en demeure pas moins que Sudel Fuma, loin d’être naïf, n’avait pas omis non plus d’intégrer la notion de sacrilège dans sa diatribe : « Mon cri de cœur sera vite oublié par vous, vous allez même en rire et ironiser mais l’histoire ne vous oubliera, et les ancêtres ne vous pardonneront pas ce sacrilège…Ils vous attendent au tournant. »

Alors oui, nous vous invitons à soutenir cette pétition, à la signer, à la diffuser mais nous vous invitons aussi à laisser un commentaire en dessous pour que la protection de quelques murs seulement ne suffise pas à « faire passer la pilule de la résignation ».

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Sudel Fuma faisait là référence « aux murs qui ont vu le sang » (...) « couler au temps de l’esclavage »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter