Categories

7 au hasard 17 janvier 2016 : Andains : les Réunionnais bientôt pris en otage ? - 1er décembre 2015 : 21 signatures... ça fait cher le clic - 12 octobre 2013 : Avantage au Progrès… - 16 mai 2014 : Star Wars, épisode 8 : « La Menace Barkhane » - 1er septembre 2014 : Calle 13 : Tu ne peux pas acheter ma vie ! - 3 novembre 2013 : Celle qui n’était pas une femme de l’ombre - 13 août 2017 : La mystérieuse aventure malgache d’Alfred Hitchcock - 20 décembre 2015 : Gayar fèt kaf ! - 2 novembre 2013 : "Nous ne servons pas les SDF" - 27 septembre 2013 : 70.000 Mauriciens refusent la carte d’identité biométrique -

Accueil > 7 au menu > 7 en photos > La femme poussière vivait dans la peur depuis le 11 septembre

Histoire d’une photo

La femme poussière vivait dans la peur depuis le 11 septembre

26 août 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

11 septembre 2001. Cette silhouette recouverte d’une épaisse couche de poussière, figée dans son élan sous une étrange lumière jaune par le photographe de l’AFP, Stan Honda, vous l’avez vue et revue. Ses yeux hagards disent l’effroi. Telle une statue de cendre. Vous ne connaissez ni son nom, ni son âge, ni son histoire. Marcy Borders est morte le 24 août 2015 à 42 ans, « sans soutien psychologique ni financier ».

Marcy Borders, 28 ans, rescapée, le 11 septembre 2001. Cette photo prise par Stan Honda (AFP) symbolise les attentats du World Trade Center.

Marcy Borders est telle une statue


C’est la photo la plus emblématique des attentats du 11 septembre 2001, à part les images des avions percutant les tours. Vous l’avez vue cette photo. La photo de Marcy Borders recouverte d’une épaisse couche de poussière jaune alors qu’elle vient d’échapper à l’enfer du World Trade Center.

C’est une photo mystérieuse qui incarne la violence et la terreur pour les transcender en une oeuvre artistique dont la beauté est à couper le souffle. Comment mettre des mots sur cet instant volé ? Marcy Borders est telle une statue. Hors du temps. Debout. Une statue de sel...

Elle avance mais ne sait plus où aller. Sa main gauche se tend comme pour demander quelque chose, figée dans son mouvement. Sa bouche est ouverte pour tenter de trouver la surface de l’air. Respirer. Elle ne voit pas le photographe même si elle regarde dans sa direction. Elle ne sait pas qu’elle est photographiée. Quelques jours plus tard, sa mère lui montre la photo publiée dans la presse. Marcy Borders découvre alors la « Dust Lady » [1], cette image d’elle-même qui la poursuivra jusqu’à la mort... Elle ne voulait pas être cette Dust Lady. Elle voulait être juste Marcy Borders.


Visage de poussière à jamais gravé dans les mémoires


Mais, dans sa tête, elle savait qu’il y avait toujours cette pelle de poussière qui ne la quittait pas...

Cette photo fait le tour du monde et sort Marcy Bordes — qui a alors 28 ans — de l’anonymat. Mais Marcy ne devient pas pour autant « célèbre » : son vrai visage est inconnu du grand public ; son nom et son histoire aussi. C’est son visage de poussière qui est désormais à jamais gravé dans les mémoires.

Marcy, quant à elle, retournera dans son anonymat et plongera dans la dépression : chômage, alcool, drogue, psychose. Jusqu’à la mort qui l’a rattrapée, le 24 août 2015, sous la forme d’un cancer de l’estomac dont elle pensait qu’il était la conséquence directe des poussières et émanations toxiques qu’elle avait respirées ce 11 septembre 2001.

Marcy Borders, telle que vous ne l’aviez jamais vue... Source : News Limited

La « Dust Lady » vivait dans la peur


Elle s’appelait Marcy Borders et avait 28 ans le 11 septembre 2001 lorsque deux avions percutent les Twin Towers du World Trade Center à New York. Marcy est une rescapée. Elle travaille depuis un mois pour la Bank Of America dans une des deux tours. Ce jour-là, elle est au 81ème étage, devant la photocopieuse lorsque l’avion percute la tour. Elle réussit à s’enfuir. Puis guidée par un inconnu, elle trouve refuge dans un immeuble voisin et c’est là que le photographe Stan Honda réalise cet incroyable cliché.

La « Dust Lady », telle qu’elle était surnommée, vivait depuis dans la peur et sortait peu de chez elle. Un modeste appartement situé non loin de Ground Zero. En 2012, elle déclarait à un journaliste essayer de s’en sortir « sans soutien psychologique ni financier ».

Mais quel est ce pays qui a abandonné ainsi une femme rescapée de l’horreur ?

7 Lames la Mer


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1femme poussière

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter