Categories

7 au hasard 13 juillet 2016 : Compay Segundo : hommage à un artiste créole - 4 juin 2013 : La légende des pionniers du désert - 26 novembre 2013 : « Free Gandia » réclament les Rastas - 10 janvier : Benoite Boulard, première blueswoman créole - 4 février 2015 : 4 février 1794 : une première abolition... avortée - 29 septembre : 1929 : la plage où l’on ne craignait pas les requins - 29 mars : 1947 : Madagascar, île sanglante - 12 janvier 2014 : Bois-Ozoux : touche pas à mon spot ! - 3 février 2014 : Le monopole triomphe sans combattre - 27 janvier 2014 : SIB : les salariés flairent la « magouille »… -

Accueil > Océan Indien > Le champ magnétique terrestre s’intensifie sur l’océan Indien

Planète Terre

Le champ magnétique terrestre s’intensifie sur l’océan Indien

10 juillet 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis le mois de janvier 2014, le champ magnétique, produit par le noyau terrestre et qui sert de protection à notre planète, se concentre particulièrement au dessus de l’océan Indien. Cette tendance s’accompagne d’un déclin spectaculaire du champ magnétique sur l’hémisphère occidental et notamment en Amérique du Nord et d’une dérive du pôle Nord magnétique vers la Sibérie. Ces mesures récentes ont été réalisées grâce à un dispositif de trois satellites Swarm de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Images et explications...

Variations du champ magnétique terrestre mesurées par la flottille de satellites Swarm (Esa) entre janvier et juin 2014. Les taches rouges soulignent les régions où les signaux sont les plus forts, en l’occurrence l’océan Indien, tandis que le bleu marque les parties les plus faibles (moitié ouest du globe terrestre). © Esa, DTU Space

Lancé dans l’espace le 22 novembre 2013 par une fusée russe « Rockot », le trio de satellites européens « Swarm » (pour « essaim » en français) commence à livrer les premières données récoltées. La masse abondante d’informations analysées par l’Agence spatiale européenne (Esa) a été rendue publique récemment lors des troisièmes rencontres scientifiques, à Copenhague.

Selon l’Agence spatiale européenne, « Swarm fournit un aperçu sans précédent des rouages complexes du champ magnétique terrestre, qui nous protège des rayons cosmiques et des particules chargées qui nous bombardent. »

Les scientifiques ont ainsi relevé, sur les six derniers mois écoulés, une baisse significative de l’intensité du champ magnétique terrestre dans toute la moitié ouest de la planète et, à l’inverse, une augmentation dans certaines régions à l’est, notamment au niveau de Madagascar et de l’océan Indien, précise le site Futura-sciences.com…

« Selon l’Institut national des sciences de l’univers, l’intensité du champ magnétique terrestre actuel diminue en moyenne de 5% par siècle, rapporte « Notre planète info ». Or, cette diminution s’est accélérée brusquement depuis 1840 au point qu’à ce rythme le dipôle magnétique devrait s’annuler dans environ 1500 ans ! »

Au cours des prochains mois, les chercheurs prévoient de démêler les différentes sources magnétiques (noyau, croûte terrestre, manteau, ionosphère, etc.) afin de mieux déterminer leurs rôles et impacts sur notre écosystème pour, éventuellement, à terme, prédire leurs fluctuations.

Les conséquences d’une inversion du champ magnétique terrestre seraient significatives sur le vivant et nos technologies, puisque la surface de la Terre ne serait alors plus protégée des radiations solaires. Toutefois, l’ampleur des dégâts reste incertaine et la continuité de la vie après de tels évènements (aucune extinction massive ne semble liée à une inversion magnétique) témoigne de sa formidable capacité d’adaptation, ce qui est bien moins évident dans le cas de nos sociétés. L’IPGP [1] énumère les conséquences d’une perte d’intensité du champ magnétique terrestre : avaries des satellites, perturbations des systèmes de télécommunication (satellites, câbles sous marins…), dégradation ou interruption des services de positionnements par satellites, augmentation des radiations reçues par les passagers des avions et les astronautes, courants induits dans les oléoducs, accélérant leur usure, courants parasites dans les réseaux électriques, qui peuvent provoquer des pannes de courant sur des vastes régions.
Source : Notre planète info

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Institut de Physique du Globe de Paris

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter