Categories

7 au hasard 21 décembre 2015 : Dodard ou la force du Noir - 7 décembre 2013 : Nitin Chinien et Jameel Peerally : enfin libres ! - 25 août 2015 : Putain, qu’elle est belle, cette photo ! - 16 janvier : Les lataniers dressés avec des bruits d’armure - 13 octobre 2013 : Edward Snowden distingué pour son « intégrité » - 17 avril 2014 : Perle manifeste à Londres contre Rio Tinto - 20 février 2011 : Ti Bang : "Ce sont les fous qui ont construit le monde" - 27 mai 2014 : Présence sur Internet : Université de La Réunion en pâle position ! - 26 avril 2015 : Tourisme : temps de Serveaux disponible... - 7 octobre 2014 : Geeks : X-Prize lance un défi à 12 millions contre l’illettrisme -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > La guerre Cilaos, pareil inn guerre de cent-an

Zistoir dedan

La guerre Cilaos, pareil inn guerre de cent-an

19 septembre 2014
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La guerre Cilaos aussi st’n zistoire vrai. Jules Hermann la raconté dans in live i appelle : « La prise Cilaos ». Après la guerre de Saint-Leu, « 7 Lames la Mer » vous restitue le récit détaillé de la guerre de Cilaos, publié pour la première fois en 1969 dans le supplément N°4 de « Réalités et perspectives réunionnaises ».

PNG - 655.5 ko
Fresque à Cilaos. Source : mi-aime-a-ou.com

En 1663, deux français té i sorte Madagascar la débarque la Réunion sanm dix zesclave malgache, sept bouge ec trois femme. Les dix zesclave la parti marron. Là-même marronnage la commencé la Réunion. La dure 166-an, jusqu’en 1829, semanqué inn ti peu plus tard encore.

Ni peut découpe zistoire marronnage en trois période :

  • premier période, 1663-1744 : dès que la Réunion i commence peuplé, marronnage i commence. En 1663 navé la Réunion 2 blanc pou 10 zesclave la parti marron. En 1740, navé 2.134 blanc ec 8.849 zesclave.
  • deuxième période, 1744-1753 : « la prise Cilaos » la dure dix-an. En 1751, navé 5.000 blanc pou 13 000 zesclave.
  • dernier période, 1753-1829 : la fin de marronnage. En 1789, l’année la Révolution française, navé la Réunion 8.000 blanc, 37.000 zesclave, et en 1818 navé 15.000 blanc pou 52.000 zesclave.

Nou la fine oir dans « La guerre Saint-Leu » kosa té i fait ec zesclave té i sava marron : premier coup, té i coupe zot deux zoreille et té i marque azot sanm « fleur-de-lys ». Deuxième coup, « fleur-de-lys » et té i coupe zot pied. Troisième coup, té la mort.

Té i paye de moune pou tué bann marron. Té i donne 100 franc pou in marron vivant, 50 franc pou in marron mort, conte la main droite coupé. L’année 1775, Parny i raconte navé de moune té i fait rien que sa-même comme métier. Zot té i sar tué marron, comme si zot té i sar la chasse merle. Zot té « chasseur de marron ».

PNG - 1.9 Mo
"L’évasion", illustration extraite de "Les marrons", de Louis Timagène Houat

Jules Hermann la raconté : par-là l’année 1700, quand bann blanc la monte Cilaos premier coup, navé tellement de marron, zot té i gaingne pas allé partout. Cilaos navé plus de marron que navé de zabitant. Jules Hermann la dit comme sa : « la prise Cilaos té pareil inn “guerre de cent-an” ». La Plaine-des-Cafres aussi navé bon peu de marron, à-cause sa-même la appelle ali comme sa. Partout dans les-hauts, piton, montagne, ravine, rivière, navé rien que le nom malgache. Cilaos même st’in nom malgache, « tsilaosana », inn place té tellement gaillard, ou té veut pu quitté.

Dans les-haust, navé bon peu de village marron, té i appelle « camp ». Mais bann marron té i resse pas en place. Zot té i bouge tout-le-temps, pou qui gaingne pas trape azot. Temps-en-temps zot té i tsann en bas, su le littoral, pou vole fusil. Par-là l’année 1750, bann grand chef marron té i appelle Laverdure, Simandare, Mafa, Dimitile, Saramenane, Fiague, Sylvestre, Rico, Sarcemate, Dianamoise, Fanga, Latoine, Jalle, Cotte, Bare. I raconte bann marron té i transporte zot chef su inn coque tortue té i appelle « carosse ». Na deux marron toute créole i connait, Anchain ec Cimendef. Lacaussade la fait in poème su Anchain. La dit li té deboute en l’air su la montagne et li té criye : « Au moins moin lé libe ! »

Par-là l’année 1742-1743, Dimitile la fait inn descente su le littoral, li la souque inn femme zesclave, té i appelle Jeanneton. Li l’amène Jeanneton sanm li. Mais le 21 mars 1743, Jeanneton la vole chemin et la parti raconte bann blanc toute sa qu’elle lavé vu : la dit la bann Dimitile navé 22 marron té i vive en famille et zot navé jusqu’à 50 case. Zot navé deux-trois fusil et zot té i fabrique zot balle dann zassiète en étain. Zot té i voyage tout le temps. Zot té i mange songe que zot té fait séké, zot té i découpe en rondelle et zot té i enfile su inn baguette de bois. Zot té i mange tortue ec cabri marron. Zot té i plante maïs, patate, zaricot, toute sa là.

PNG - 615.8 ko
Fresque à Cilaos. Source : mi-aime-a-ou.com

Mussard la prend dix-an pou tué bann marron Cilaos. Dann premier temps, jusqu’en 1740, bann marron té prudent, zot té i fait attention. Mais nouvel génération, bann jeune marron, té imprudent : zot té i fait la fête, zot té i boire la raque. Comme sa même la fait la bataille l’Ilet-à-corde : navé in bougue, té i appelle Fanor, bann blanc lavé trape ali. Fanor té i connaît la fille in chef marron té i sar marié, deuxième jour après la pleine lune. Fanor l’amène bann blanc l’Ilet-à-corde, toute marron t’après mangé, boire, fait la musique. Zot t’après dansé. Bann blanc l’arrive su zot en missouque, la gaingne trape toute la bann.

Mussard té in tireur-d’élite, son seul métier té chasse marron. Avant Mussard, dann temps Labourdonnais, bann blanc té i prend inn troupe deux-cent, trois-cent soldat, zot té i monte dans les-hauts, pou trape zesclave marron. Mais bann marron navé le chien. Le chien té i entann soldat monté, zot té i sent zot l’odeur et marron navé le temps sauvé. Comme sa même la fait le 20 mars 1739 : quand la troupe soldat l’arrive en l’air la Plaine-des-Cafres, zot la trouve in village navé 36 case, toute té vide. Bougue, femme ec zenfant té fine chappé, té i resse jusse 40 chien.

- Février 1740 : bann soldat i tué Marianne, la femme Fanga.

- 1743 : Jeanneton la dit la bann Dimitile la regroupé sanm la bann Mafa, Saramenane, Simitave ec Latouve. Zot navé in plan : tsann Boucan Laleu, pou vole fusil, balle ec la poude. Mais Jean, in zesclave le Gol, la ni prévenu azot : le blanc té i sar monte dans les-hauts pou rode azot. Là-même Dimitile la dit i faut pas zot i resse en place, i faut zot i bouge tout-le-temps.

- 1744 : Mussard i décide monte Cilaos. Mais li fait pas comme dann temps Labourdonnais, li rassanm inn ti l’équipe 10-12 bougue maximum, in lespèce commando, i marche plus vite, et i fait pas désorde.

- Avril 1744 : Mussard i monte la Rivière Saint-Etienne jusqu’à Bras-de-Cilaos.

- 14 avril : l’équipe Mussard i tonm su in marron l’après chasse cabri, zot i tué le bougue.

- 15 avril : en l’air dans in l’ilet, zot i trouve in village navé 6 case, toute té vide. Na rien qu’inn femme lavé resse là. Quand elle la rode chappé, zot la tué aelle.

- Octobre 1744 : zot i arrive l’Ilet-à-corde, zot i oit deux femme l’après sauvé, zot i criye « arrête ! », mais bonna i écoute pas, le deux femme i file dans la pente. Bann soldat la gaingne trape inn vivant, l’aute zot la tué.

PNG - 2 Mo
"L’embuscade", illustration extraite de "Les marrons", de Louis Timagène Houat

L’Ilet Apère zot i tué in marron, zot i trape in ote, i appelle Marianne. Zot i promet Marianne i tuera pas li, si li amène azot camp de Pitse. Mais quand zot i arrive là-bas, na in marron en-l’air in cap i empêche azot monté : li fait déboule su zot in paquet de gros galet. Quand zot i vient à bout arrive en-l’air, na pu personne.

- 1744-1751 : dann cirque Mafate, Mussard i passe soit par la Rivière-des-Galets, soit par le col Taïbit. Li trouve deux-trois camps l’îlet Roche-Plate, mais lé vide.

- Septanm 1751 : Mussard i tué Mafa, ou Mafate, ec sa femme Rahariane.

- Octobe 1751 : Mussard ec son bann chasseur i remonte la Rivière Saint-Etienne, li passe l’Ilet-à-Corde, Bras-de-Saint-Paul, Ti-Bénare. Li trouve in l’îlet nana 3 bougue sanm inn femme ec in marmaille huit-an. Bonna i rode chappé. Zot i tué la femme, té i appelle Souya, ec deux bougue, Jean-Baptiste ec Grégoire.

Avant de mort, Grégoire i dit Mussard l’ote côté là-bas na encore deux camp, inn na 30 case, l’ote na 17. Na 70 marron i resse terlà sanm zot famille. Mais quand la bann Mussard i arrive, toute la fine sauvé, le chien lavé senti l’odeur.

- 7 mai 1752 : Mussard i arrive l’Ilet-à-Corde, mais encore in coup le chien la senti. Bann marron té pu là. Té i resse jusse in chef, té i appelle Londi. Mussard la tué ali.

- 27 juin : dans les-hauts la Rivière Saint-Etienne, Mussard i trouve deux-trois camp, toute lé vide. Li tué deux femme té i rode chappé.

- 31 juillet : Mussard i passe par la Gueule Bras-de-Patate, li monte par Bras-du-Gol, li trouve in camp, té vide.

- Août 1752 : Mussard i monte par la Rivière-des-Galets sanm 7 soldat.

- 30 août : zot i arrive Ti-Serré, encore in coup le chien la senti azot. Bann marron la sauvé, mais Mussard i gaingne tué Matié ec inn femme.

PNG - 861.7 ko
"Le marronnage", illustration extraite de "Les marrons", de Louis Timagène Houat

- Déssanm 1752 : Mussard i passe par Mafate, li contourne la Rivière-des-Galets, li prend sentier Côteau Maïdo, li passe par Brûlé-de-Saint-Paul, l’Ilet-à-Corde, sentier Ti-Bénare, l’Ilet Latanier. Li trape Sanson ec deux femme. Li arpasse par le Fond-de-Sanson, Ti-Bénare, Zoranger, Zirondelle ec l’Ilet-à-Corde dann cirque Mafate. Pou qui tué pas li, Sanson i amonte azot chemin pou allé dann camp Laverdure. Zot i passe par la Rivière-Saint-Etienne, zot i trouve le camp de Rara ec le camp de Pire. Zot i gaingne trape deux femme. Mais zot na pu de munition, alors zot i artsann.

- 28 déssanm : Mussard ec son l’équipe i remonte. Rente Bras-de-la-Plaine ec l’Ilet Marron, zot i trouve deux village, jusse quand na in cyclone i arrive. Deux côté, personne i bouge pu, pou empare cyclone. Quate jour aprè-là, na pu le vent, le chien i sent pas rien. A terre na la boue, i entend pas rien. La nuite, Mussard ec son bann i entoure le camp, sans fait désorde. Mais grand matin, la brise i lève. Le chien i sent l’odeur, zot i aboye. Marron i rode chemin pou sauvé. Bann chef i resse en place pou bataille. Treize i mort là-même : dann tas, Laverdure, Sarcemate, Fiague, Sylvestre, Démalé, Raphaël, Barre, Sarlave, Isabelle, Marianne ec Vave.

- Février 1753 : Mussard i monte par la Rivière-Saint-Etienne.

- 6 février : zot i trouve le camp Dimitile ec Simitave. Navé 23 marron. Zot i tué 6 marron. Dimitile ec Simitave i gaingne chappé.

- 27 février : su le plateau Brûlé-Marron zot i entoure in camp : marron i gaingne pas sauvé, zot lé épuisé. Zot i laisse Mussard ec son bann trappe azot. Dann tas, navé Sicile, Dianamoise, Paul, Rabefin, Manonga. I connaît pas kosa la fait Dimitile ec Simitave.

PNG - 197 ko

Comme sa même la fini la guerre Cilaos. Mais marronnage té pencore fini :

- En 1775, Parny i dit bann blanc té fine tué toute marron, té resse jusse deux-trois par-là. Mais dans in zistoire i appelle « Sacatove », Leconte-de-Lisle i raconte navé encore in bon peu de marron en 1820, dans les-hauts de Saint-Paul. Zot té vive dans inn caverne. Temps-en-temps zot té i tsann Bernica pou vole fusil, sabre-à-canne, barrique le lard, goni de riz, café, suc, linge, marmite, casserole, toute sa là. Dans zot caverne zot navé la chaise, fauteuil, divan, la tabe.

Navé par-là cent marron té i resse terre-là sanm zot famille. Bann blanc té i passe devant la caverne, té i oit pas rien. Le chef té Sacatove, navé quatre-an li té la Réunion. Li té aime Maria, la fille son maite. In jour li la tsann Bernica, la case son maite, li la trappe Maria, li l’amène aelle en-l’air là-bas dans la caverne. Mais Maria té i veut pas ête la femme Sacatove. Alors Sacatove la ramène Maria la case son papa. In jour, le frère de Maria t’après chassé dann bois sanm son fusil, alala tout-d’in-coup Sacatove la présente devant li, sans fusil, sans couteau, sans rien. Le frère de Maria la tire in coup de fusil, Sacatove lé mort.

- Par-là 1828-1829, bann blanc la trouve in village marron l’Ilet-à-Malheur, dann Bras-de-Cilaos. Navé 40 marron té resse là en famille. La pète inn bataille terribe, bann marron la tué 2 blanc, la blesse inn ote. Bann blanc la tué 25 marron, la blesse deux-trois, le resse té prisonnier. De moune i raconte té oit encore la tonm en 1849.

Vingt après le bataille l’Ilet-à-Malheur, en 1848, mois de désanm, le 20 au soir, à minuit, l’esclavage té aboli la Réunion.

Jean-Claude Legros
1969, article publié à l’origine dans le supplément N°4 de « Réalités et perspectives réunionnaises »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter