Categories

7 au hasard 16 août 2013 : Anne Sinclair, l’épitaphe en forme de procès - 18 février 2014 : « Le Premier ministre est-il un reptile alien ? » - 31 janvier 2015 : Filière construction : « Pour un stater contre l’inertie administrative » - 11 août 2015 : Alain Peters : Bèf Séga ouvre le bal Caloubadia - 4 mai 2016 : Set à Sète pour « La Basse Tropicale », le 07/07 - 26 août 2014 : Beau temps à Ouessant pour La Réunion - 21 avril : Joseph Tafiki, l’oeuvre de sa vie pour Saint-Expédit (4) - 18 novembre 2013 : Au nom de la Reine, du Roi et du Guetteur... - 3 mai 2016 : Ravine des Lataniers : le choc et un profond dégoût - 8 septembre 2015 : Pour la photo, une journaliste tabasse des réfugiés... -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > Issa-grand-patte dann Pays-le-Mort

Zistoir déor, Sénégal

Issa-grand-patte dann Pays-le-Mort

23 décembre 2014
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Acoute in coup bonna, ma raconte azot in gaillard zistoire, zistoire Issa-grand-patte dann Pays-le-Mort. In zistoire i sorte dann pays Sénégal.

Issa té i resse dans inn ti village, deux-trois case seulement. Li té encore marmaille, li navé dix-an et li té misère, misère même. Navé cinq-an son manman té mort et sonn ti-mère té i fait passe ali la misère. Ali-même té i fait toute dans la case : li té sar rode zerbe pou lapin, li té sar rode de bois pou fait cuit mangé, li té charroye de l’eau depis en-bas là-bas dans la ravine jusqu’à son case en-l’air là-bas su le piton.

Li té rale la pioche, li té plante songe, patate, manioc, toute sa là, et té encore li-même té fait cuit mangé. Li té tout le temps habillé en casse-cassé, son chemise té in vieux cabaye son papa. Et cause pas son culotte !

Issa li-même té fait cuit mangé... (Image extraite de "Les Contes de la nuit", film d’animation de Michel Ocelot.)

Issa té in grand maigraille, in casse-papaye-sans-gaulette comme i dit, son patte té pareil baguette jazz. A cause sa même de moune té i gaspille ali, té i ravage ali depis grand matin jusqu’au soir, té criye ali : « Issa-grand-patte ». In jour Issa-grand-patte la parti rode de l’eau dans inn carafe en-bas dans la ravine, et alala son grand patte la maille dans inn racine pied-de-bois, le carafe la tonm à terre, la pète en fleur.

Sa té carafe sonn ti-mère. Li la rente son case, et là baisement la pété pou de bon. Mounoir, le ti-mère la baillé, la donne ali, la pluche ali coup de fouette, et pou finir la mette ali dehors et la dit comme sa :

Mounoir, le ti-mère la pluche ali coup de fouette ! (Source : martineangie.artblog.fr)

Allé, chappe, file aou, arvient pu, tant qu’ou rann pas moin inn carafe pareil sa qu’ou la cassé.

Issa-grand-patte la prend son chemin, li la parti dans la savane. Asteure le vrai zistoire Issa-grand-patte i commence.

Premier jour son cœur té clair, Issa té i envoye son grand patte en avant, li té marche, li té marche, li té marche, li té pense pas rien. Li té libe, li navé pu de travail pou fait, navé pu personne pou embête ali, té fini ec toute ce bann de moune massiaque. Sonn ti-mère té pu là, toute zaffaire li té oit té gaillard : ti zoiseau té i batte in zaile pou li, ti bébète té i saute en-l’air, pied de bois té i fait l’ombrage, de l’eau la ravine té frais, té i gaingne casse in bain.

Asteure le vrai zistoire Issa-grand-patte i commence... (Source : lewebpedagogique.com)

Li té mange mangue sauvage, li té boire l’eau de coco. Li té habitué travaille in bon peu et mange rien qu’inn ti guine. Issa la marché, li la marché, li la marché toute la journée sous gros soleil. Pou li, té comme la fête, li té oubliye toute son misère. Asteure té fait noir, Issa l’arrive su le bord inn grann rivière, navé point de chemin pou passé. Mais li té en fout, li la dort à-terre, sous in pied-de-bois et dans son sommeil li la rêve in tas de zaffaire gaillard. Grand matin té i fait frais, son rêve té fini. Li la deboute in coup et li té émerveillé.

La grann rivière té i roule dans la pente, té i brille pareil inn couleuve. Asteure, si li té gaingne pas passé, li té pou resse en place. Li la magine in coup comment li té sar fait pou artourne son case. Non va, i fallait li traverse. Seulement, malgré li navé grand patte, la rivière té profond, té i enterre ali. Issa-grand-patte la tourné, la viré, et dann milieu la rivière li la vu in l’espèce l’île té i flotte, té plein de ti zoiseau dessus. Li la bien guetté et li la compris l’île flottante té Léber, compère Lippopotame, cheval-de-l’eau : son rein té i sorte dehors, son trou de nez té carté pou li gaingne respiré. Bann zoiseau t’après tire son pou, son puce, toute-sa-là. Son peau té pareil bois dur, ti-zoiseau té i batte carré su son dos, té i tire bébète dans son zoreille, dans son zyeux.

Compère Lippopotame, cheval-de-l’eau : bann zoiseau t’après tire son pou, son puce, toute-sa-là... (Source : pinterest)

Issa-grand-patte la accosse ali comme sa :
— Oté compère Lippopotame, aou même grand chef i commann la rivière, ou veut pas mi lave aou in coup pou de bon ? Ou veut pas mi fait prann aou in grand bain ? Sera in peu mieux que toute ce bann zoiseau i connaît pas rien, mi peut assure aou. Ma brosse out rein, ma frotte out tête, ma tire toute ce bann ti bébète et ma tire la boue aussi. Ma mette aou prope même !

Compère Lippopotame la réponn :
— Ma dit aou in affaire, souvent-des-fois mi magine inn qualité grand bain comme sa qu’ou dit là. Ma dit aou pou vraiment, toute ce bann ti zoiseau-là i prend jusse sa que zot la envie, zot i travaille plus pou zot que pou moin.

Léber la plonge in coup dans la rivière, toute bann ti zoiseau la fané, et le gros Lippopotame l’arsorte su le bord. Issa-grand-patte la prend son l’élan, li la saute su le dos Léber, li té pas in capon, et li la commence fait le grand bain. Li la prend in gobe zerbe té fine séké ec in galet et li la raclé et li la frotté. Le rein compère Lippopotame té raide, son vieux peau té plein de limon ec la mousse, pareil su bann vieux canote bord de mer.

Quand Issa-grand-patte la fini son travail, son main té i saingne mais Léber té content. Li la demann le marmaille :
— Quo-sa ma fait pou ou, zenfant de moune ?
— Bin, moin t’après rode in moyen pou coupe la rivière, pou allé l’aute côté, Issa la réponn.
— Sa la pas inn ti gouyave ou demann amoin, là, la dit Lippopotame, assurément mi gaingne fait saute aou la rivière, seulement mi prévient aou, l’aute côté là-bas nana in pays personne i connaît pas kosa i lé. De moune i dit sa Pays-le-Mort. Sait pas si inn ti marmaille comme ou lé cabe allé l’aute côté, sa in pays dangereux même, sa !
— I fait rien, moin lé capabe moin, moin la pas capon ! la dit Issa.
— Lé bon, la dit Lippopotame, mi fait saute aou la rivière mais ou arvient pu. Là-bas, sa pays caïman : la point in moune, la point in zanimaux la gaingne revenir. Vitement, bonna i mange aou, la tripe, le zo, toute.
— I fait rien si mi gaingne pas revenir, la dit Issa, moin la tellement envie allé, m’en fout pas mal sa qui peut arrivé !

De moune i dit sa Pays-le-Mort. Sa in pays dangereux même, sa ! (Source : shiftedreality)

Léber la compris Issa té ostiné, alors li la prend le marmaille su son dos, li la traverse la rivière et li l’arrive su le bord l’aute côté. Bann caïman t’après dormir. Léber la passe côté de zot, caïman la pas bougé. Et ou n’aurait pas dit Léber té capabe, bin Léber la galope in coup jusqu’en-l’air là-bas dann zerbe et li la largue Issa-grand-patte à-terre. Les deux té i fini pu de dit merci l’inn et l’ote. Quand té fini, Léber la rente son case dans la rivière, mais quand li la passe côté bann caïman, bonna la dit :
— Oté compère Lippopotame, ou l’amène in bougue là-bas, dann Pays-le-Mort, ou rappelle noute l’accord ?
Le gros Lippopotame la réponn :
— Sûrement mi rappelle. Si le zenfant de moune i veut traversé, i faut li passe terre-là.
Compère Léber té i connaît kosa té i veut dire : jamais bann caïman la laisse in bougue coupe la rivière dans l’aute sens.

Dans la savane le grand patte Issa té i marche, té i marche, té i marche. Issa té tracassé :
— A cause compère Léber la dit sa Pays-le-Mort ?
Li té commence moude poive. Plusse que la journée té i avance, plusse que li lavé peur : li té entann pu rien, zoiseau té i chante pu, navé pu inn ti souffe la brise dann zerbe. Issa-grand-patte la commence regrette sonn ti village, quand soleil té i sar dodo, li la magine marmaille t’après joué bataille, li la entann calou dann pilon, tourterelle t’après roucoulé, toute sa là. Jusqu’à le cri sonn ti-mère noré dit té moin terribe que ce l’espèce silence té i fait peur, tellement que li té entann son cœur après batte.

La nuite l’arrivé : lavé point de zétoile, lavé point de lune. Issa la essaye dormir, li té gaingne pas. Quand li la gaingne sommeil, li la fait in mauvais rêve. Enfin grand matin, le marmaille la levé, li l’arcommence marché, li la marché, li la marché. Li té dans in l’espèce pays té i ressanm pas rien, lavé point rien, té i entann pas rien.

Navé jusse trois case casse-cassé, noré dit lavé point personne. (Source : drawin.fr)

Onze-heure de matin, Issa l’arrive dans inn ti village, navé jusse trois case casse-cassé, noré dit lavé point personne. Et oilà pas que li la tonm su trois vieux grand-mère ; zot té i marche sanm in baton et zot té sar rode l’ombrage sous in gros pied de bois.

Le trois gramoune la assise pou écoute Issa raconte son zistoire, toute son misère, toute son voyage. Pou finir, Issa la dit li t’après rode inn carafe pareil sa que li lavé cassé, pou artourne son case, pou artrouve son village. Bonna la dit :
— Premier coup ni oit in zenfant de moune na courage rente dann Pays-le-Mort. Na aide aou, Issa-grand-patte, seulement chemin lé dur pou artourne dann Pays-de-moune.

Le trois vieux grand-mère la donne ali in zassiette manger, la donne ali de l’eau pou boire. Quand té fini, zot la donne ali trois calebasse et zot la dit :
— Issa-grand-patte, prend ce trois calebasse pou rente out case, chaque calebasse va serve aou in coup, mais in coup seulement. Comme sa ou va gaingne finir oute voyage. Allé là-bas côté soleil i sar dormir. Quand sera fine passe sept jour, ou casse le ti calebasse. Après-là, ou suive ote destin.

Issa-grand-patte l’argaingne l’élan, bonna la donne ali deux-trois zaffaire pou mangé ec de l’eau pou boire. Li l’arcommence marché, li la marché, li la marché, côté soleil i sar dormir. Quand té fine passe sept jour, li navé pu rien pou mangé, li navé pu rien pou boire. Li lavé faim, li lavé soif. Li la attann soleil té sar dormir pou casse le ti calebasse, comme le trois vieux fanm lavé dit.

Alala li la vu son manman. La pas sonn ti-mère, non, son vrai manman ! Le cœur Issa té i batte fort, fort même. (Source : drawin.fr)

Issa la jette le ti calebasse à-terre, le calebasse la casse en mille morceau. Issa la vole en-l’air dann ciel. Li la volé, li la volé, li la volé, le jour ec la nuite la filé, la filé, la filé, noré dit inn instant té fine passe quate-cinq an. Issa-grand-patte l’artrouve ali dans inn place li té connaît pas. Et côté inn ti case à-terre là-même, alala li la vu son manman. La pas sonn ti-mère, non, son vrai manman, t’après fait cuit manger. Son manman la vu ali arrivé, elle té pas étonné du tout, comme si qu’Issa téi sorte rale la pioche dann carreau manioc à côté. Le cœur Issa té i batte fort, fort même. Li la pas gaingne dit rien. Son manman la donne ali in plat de manger, elle la monte ali son lit pou dormir, elle la écoute son zistoire, mais comme si que li té in zétranger. Issa té pas étonné, li la pas pleuré, li té fatigué. Li la tonm su son lit et li la gaingne sommeil tout-de-suite là-même.

Quand soleil la levé, son manman la réveille ali. Elle la mette deux-trois zaffaire dans son bertel et elle la dit :
— Issa, mon zenfant, i faut ou sava. Moin lé content ou la ni oir amoin, mais lé pas possibe garde aou terlà. Ala out deux calebasse ec inn carafe pareil sa qu’ou la cassé. Comme sa ou va fait pardonne aou, ou va ni à-bout artourne dans oute village, là-bas dann Pays-de-Moune.

Issa-grand-patte noré voulu resse là-même, côté son manman, mais li la compris i fallait faire comme elle lavé dit, i fallait li suive son destin. Li l’arprend son chemin côté soleil i sar dormir. Li la marché, li la marché, li la marché, jusqu’à-temps li té gaingne pu deboute. Li lavé soif, li lavé faim, li té fatigué. Ah ! si li té gaingne artrouve la grann rivière, où-sa que Pays-le-Mort i finit.

Issa-grand-patte la magine in coup le trois vieux fanm sanm zot calebasse sorcier. Li la trappe le deuxième calebasse, li la envoye su in pied de bois pou fait pété. Le calebasse la cassé, Issa la vole en-l’air dann ciel, li la volé, li la volé, li la volé, le jour ec la nuite la filé, la filé, la filé. Issa l’artonm à terre et kosa li la vu ? La lune té i éclaire et la grann rivière té i brille devant li comme inn couleuve. Li l’artrouve l’endroit où-sa que compère Lippopotame lavé dépose ali. Li la allonge à terre et li la dormi.

Grand matin Issa-grand-patte la levé, li la avance ti-doucement su le bord la rivière. Son figure té pencore présenté, alala in rempart de caïman la dresse devant li, la gueule grand rouvert. Issa la batte arrière, li la assise, li la commence pleuré. Li té rappelle causement Léber :
— Mi gaingne fait saute aou la rivière, mais ou arvient pu. La point in moune, la point in zanimaux, la ni à-bout revenir.

Té resse ali in dernier zaffaire pou fait : le troisième calebasse. Li la prend le calebasse, li la jette à terre : le calebasse la pas cassé. Li la prend l’élan, li la envoye encore in coup le calebasse à-terre, fort fort même : le calebasse la pas pété, mais alala la terre la rouve en deux. De l’eau la rente dann trou et le pauve marmaille la tonm dedans. Issa la calculé té fini pou li, li té mort. Bann caïman la plongé pou souque ali, mais oilà pas que le calebasse la grossi, la grossi, pareil inn ti canote. Issa-grand-patte la grimpe dans le canote. Bann caïman la rode morde ali, mais le canote té i nage, té i nage, té i nage dann courant. Enfin le canote l’arrive su l’aute bord.

Le canote l’arvenu comme inn calebasse, et li la pète en fleur pou de bon. Issa-grand-patte la envolé encore in coup en-l’air là-bas dann ciel, li la volé, li la volé, li la volé, le jour ec la nuite la filé, la filé, la filé et quand li la réveillé, li té sous in pied de bois noré dit li té connait. Li té pencore rouve son zyeux, li l’artrouve bann ti zoiseau té i chante, la brise té i souffe dann carreau de manioc, calou té i pile dann pilon. Jusqu’à bann fanm t’après pilé té i chante qualité de chanson li té connaît.

Mais quand Issa la rode deboute, son patte navé pu la force, li té gaingne pu plié comme dans son jeune temps. Là-même li la compris li té fine arrive in vieux gramoune. Li la compris toute : chaque coup li té casse inn calebasse, li té fait in voyage en-l’air là-bas dann ciel, sans qui parait, li t’après vive pou-de-bon.

Dernier calebasse la trappe ali depuis le temps li té in homme jusqu’à le temps li té fine arrive in vieux gramoune. (Source : no-miedo.blogspot.com)

Premier calebasse li lavé fait pété lavé amène ali depuis le temps li té inn ti marmaille jusqu’à le temps li té fine arrive in jeune homme. Deuxième calebasse la pris ali depuis le temps li té in jeune homme jusqu’à le temps li té fine arrive in homme. Dernier calebasse la trappe ali depuis le temps li té in homme jusqu’à le temps li té fine arrive in vieux gramoune.

Asteure Issa-grand-patte té trisse, li lavé artrouve son village, mais li té rode inn figure li té connait, lavé point. Li la demann de moune kosa la fait son famille, li la demann bann vieux gramoune, personne té i rappelle pu rien. De moune la emprète Issa inn case pou dormir. Té à croire li té fine arrive vieux même, personne té i connait pu ali. Issa la assise su inn saisie, le pauve bougue la magine kosa lavé arrive ali. Li la trappe dans son main le carafe té i serve pu rien, sa té le carafe son vrai manman lavé donne ali dann Pays-le-Mort. Son vieux main té fine gaingne la tremblade, alala le carafe la chappe dans son main, la roule à terre, la casse devant la porte.

Asteure bonna, fait entention : allé pas casse inn carafe quand zot vallé rode de l’eau en-bas la ravine. (Illustration de Maraja)

D’in seul coup Issa-grand-patte la senti li té arvient gaillard, son case té plein de pièce en or. Vitement li la rempli trois goni et li la parti rode inn place pou cachette son trésor.

Lannmain matin, Issa la sorte in coup dehors : li navé in gaillard linge neuve, de moune la dit sa sorcier, mais comme li té pas rapiang, li la donne azot trois pièce en or chaquinn. Li la pas perde le temps, li la monte inn case, in gaillard case, jusse côté le village. Comme sa même Issa-grand-patte, in zenfant la misère, lavé pas connu son jeune temps, la ni in vieux gramoune, mais té in bougue heureux, la vive longtemps, longtemps même.

Asteure bonna, fait entention : allé pas casse inn carafe quand zot vallé rode de l’eau en-bas la ravine. Ce zistoire-là, sa la pas moin i raconte sa, sa bann vieux gramoune dann temps longtemps, là-bas dann pays Sénégal. Moin mi rouve le calebasse, zot, zot i écoute.

Traduction : Jean-Claude Legros

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter