Categories

7 au hasard 16 juillet 2015 : Europe-Grèce : refuser de participer à la farce - 1er octobre 2013 : La longue marche du maloya - 8 juillet 2014 : « .io » : Londres empoche la manne de l’Internet, au détriment des Chagossiens - 4 mai : Le racisme s’affiche sur nos murs... - 5 juillet 2014 : Les mercantis incultes - 24 juillet 2014 : Parc national : les 7 plus mauvaises raisons de soutenir le C.mac - 11 juin 2014 : De l’insidieuse chasse aux sorcières - 24 janvier 2014 : Cryptomerias ou agriculture de subsistance ? - 5 février 2016 : La première Miss noire de La Réunion - 27 mai 2014 : Rio : ceci n’est pas une cathédrale -

Accueil > Le monde > Compay Segundo : hommage à un artiste créole

Cuba, il y a 13 ans...

Compay Segundo : hommage à un artiste créole

13 juillet 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Il est l’inventeur de l’Armónico, petite guitare à 7 cordes. Mais il est surtout connu comme l’une des figures emblématiques du mythique « Buena Vista Social Club », avec notamment Ibrahim Ferrer. Il nous a quittés il y a 13 ans, un 13 juillet. Hommage à cet immense artiste cubain, Compay Segundo.

Il est né au bord de la mer, près de Santiago de Cuba, dans un milieu ouvrier, le 18 novembre 1907. Très jeune, il s’initie à la musique, au solfège et à la guitare. Et compose sa première chanson à 15 ans : « Yo vengo aquí ».

En 1924, il a 17 ans et il imagine un nouvel instrument de musique : une petite guitare, dérivée du « tres », à laquelle il ajoute une corde. Avec ses 7 cordes, l’Armónico est né grâce à Máximo Francisco Repilado Muñoz que tout le monde connaissait sous le nom de Compay Segundo.

Ce monument de la musique cubaine, guitariste et chanteur à la renommée internationale, qui fut aussi ouvrier dans une fabrique de cigares, est mort à La Havane à 95 ans, il y a 13 ans, le 13 juillet 2003.

Il avait construit sa popularité sur son immense talent de musicien-chanteur mais aussi sur son pouvoir de séduction et son humour.

Sa carrière artistique n’a pas manqué de panache — tournées à l’international, plusieurs disques d’or, Orden Félix Varela, la plus haute distinction honorifique du monde des arts à Cuba — pour atteindre son apogée en 1997 avec la sortie du mythique album « Buena Vista Social Club » produit par Ry Cooder et celle, deux ans plus tard, du film documentaire du même nom « Buena Vista Social Club » de Wim Wenders.

Hommage à celui qui pensait vivre jusqu’à 115 ans tout en fumant un cigare par jour.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter