Categories

7 au hasard 12 juin 2015 : SPEC-TA-CU-LAI-RE ! - 27 janvier 2015 : « Les islamistes sont hyper-minoritaires au Niger » - 21 janvier 2015 : NRL : rien n’est irréversible - 12 décembre 2015 : Pierrefonds : investir dans l’art de s’envoyer en l’air ! - 4 mai 2016 : Set à Sète pour « La Basse Tropicale », le 07/07 - 1er avril 2018 : Le mystère Adèle Ferrand, identification d’une artiste réunionnaise - 25 juillet 2018 : Valet de carreau, prête-moi ton fusil... - 22 octobre 2018 : Les petites histoires du grand Leconte de Lisle - 28 octobre 2015 : « Jeunes, instruites, libres… et diabolisées » - 6 novembre 2014 : Cinéma : du cheval crevé... au lait sacré -

Accueil > Le monde > Bon Dimanche de Quasimodo... pour les retardataires !

Histoire

Bon Dimanche de Quasimodo... pour les retardataires !

8 avril 2018
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Quasimodo de « Notre Dame de Paris » est une figure fascinante qui s’inscrit dans la culture populaire, au delà de l’œuvre de Victor Hugo. Interprété à l’écran par de nombreux acteurs dont Anthony Quinn, le personnage de Quasimodo, bossu défiguré, est devenu, à l’instar d’Esmeralda (incarnée par Gina Lollobrigida), un symbole. Symbole d’une mystérieuse alchimie : attirance/répulsion. Mais pourquoi Victor Hugo a-t-il choisi de nommer ce personnage « Quasimodo » ?

Esmeralda et Quasimodo. "Une larme pour une goutte d’eau", Luc-Olivier Merson, 1903.

« Comme des enfants nouveau-nés... »


« La perfection de la laideur ». C’est ainsi — après avoir décrit les difformités de Quasimodo — que Victor Hugo résume l’impression générale qui se dégage de son personnage. Emblématique de « Notre Dame de Paris » [publié en 1831], Quasimodo a été abandonné à l’âge de 4 ans par ses parents et recueilli le « dimanche après Pâques », jour où l’office religieux démarre par ces paroles : « Quasi modo geniti infantes, alleluia : rationabile, sine dolo lac concupiscite », ce qui signifie « Comme des enfants nouveau-nés, alleluia : désirez ardemment le pur lait spirituel ». Voilà donc pourquoi Victor Hugo baptisa l’enfant trouvé le « dimanche après Pâques » du nom de « Quasimodo ».

Dans la tradition chrétienne, Pâques — le dimanche après la pleine lune de printemps — s’impose comme la célébration la plus importante, sur laquelle se greffe une dimension consumériste dépassant le simple cadre religieux. En revanche le « Dimanche de Quasimodo » — premier dimanche après Pâques — ne bénéficie pas de la même mise en lumière, même si les pratiquants le célèbrent aussi.

Quasimodo [Lon Chaney] et Esmeralda [Patsy Ruth Miller]. Image extraite du film "Le bossu de Notre Dame", 1923.

« Si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous... »


« Autrefois le dimanche qui suit celui de Pâques était placé sous le vocable de « deuxième dimanche après Pâques » et intitulé également « Dimanche Quasimodo » ou « Dimanche In albis » [1], explique le père Roger Gomis sur le site africa.la-croix. Mais depuis le Concile Vatican II, on parle du 2e, 3e, 4e « Dimanche de Pâques ». Avant Vatican II, la solennité de Pâques était clôturée au dimanche suivant. Voilà pourquoi on parlait de « Dimanche après Pâques ». Le premier dimanche après Pâques était appelé dimanche de « Quasimodo ». Un mot formé à partir des deux premiers mots latins de l’Antienne d’ouverture de la messe du jour. Un nom qui a, bien sûr, disparu avec la traduction française de l’Antienne ».

Le « Dimanche de Quasimodo » est aussi le jour où l’on lit le récit de l’apôtre Thomas — l’incrédule — refusant de croire à la Résurrection. « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt à l’endroit des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

"L’incrédulité de Saint Thomas".
Le Caravage. 1601–1602.

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu »


Jésus lui répondra : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant ». Puis viendra la célèbre phrase : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ».

Le « Dimanche de Quasimodo » est aussi connu sous l’expression de « Pâques closes », parce qu’il marque la fin de la semaine de Pâques. Il a été institué « pour que les pèlerins venant de loin et arrivés à Rome en retard après les fêtes de Pâques, participent à cette messe de la même façon [en latin « quasi modo »] qu’à la messe de Pâques ».

Si vous attendez quelque chose de quelqu’un, il est à souhaiter qu’il ne vous renverra pas à la Quasimodo... [2]

7 Lames la Mer


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Le « Dimanche de Quasimodo » est aussi appelée « in Albis » [en blanc], car les néophytes, adultes baptisés durant la vigile pascale, ont quitté la veille le vêtement de couleur blanche qu’ils portaient depuis leur baptême.

[2« Renvoyer quelqu’un à la Quasimodo » : Le renvoyer au delà de l’époque assignée pour le payement d’une dette, pour l’accomplissement d’une chose promise, d’une parole donnée, et, par extension, les forcer à attendre plus qu’ils ne voudraient. L’expression est fondée sur ce que, le terme des paiements étant autrefois généralement fixé à Pâques, les débiteurs qui ne pouvaient s’acquitter alors avaient un délai jusqu’à la Quasimodo, qui devenait assez fréquemment une échéance illusoire. [Source : "notrefamille"].

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter