Categories

7 au hasard 30 novembre 2015 : Marie Dessembre ou l’énigme de la Joconde réunionnaise - 8 novembre 2014 : Sita jeté aux lions…et après ? - 13 juillet 2015 : Monorails : Didier Robert s’est trompé sur toute la ligne ! - 21 septembre 2013 : La Friche de la Belle de Mai entre en transe - 20 août 2014 : Route du Littoral : l’urgence d’une solution terrestre et écologique - 20 avril 2013 : Nouveaux soutiens à Perle Zafinandro-Fourquet - 19 juin 2014 : Ensorcelantes bibliothèques : livres, livres, libres ! - 19 février 2014 : La nécessité du deuil de ce monde - 13 mai 2016 : Le rhinocéros de Sumatra en voie de... conservation - 16 décembre 2013 : A380 à Maurice...La Réunion reste à terre ? -

Accueil > Lames de fond > Témoins d’hier et d’aujourd’hui > Arnaud Dormeuil, sa té in moun kom nou !

8 ans déjà...

Arnaud Dormeuil, sa té in moun kom nou !

17 novembre 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

En 20 ans, Arnaud Dormeuil aura joué 1.409 fois sur scène devant 328.000 spectateurs. Mais au diable les chiffres. Arnaud Dormeuil est à jamais gravé dans la mémoire populaire, comme la figure emblématique du théâtre Vollard. Hommage à celui qui nous a quittés il y a 8 ans, le 14 novembre 2008, à 44 ans.

20 décembre 2008. Arnaud Dormeuil est mort depuis un mois. La source des hommages et réactions émues commence à se tarir. Pourtant... l’un des plus beaux hommages va lui être rendu. Dans un quartier populaire d’une commune réunionnaise, on se prépare à fêter les 160 ans de l’abolition de l’esclavage. Le maire et quelques élus vont de kabar en kabar...

La conversation s’engage avec un groupe d’habitants autour d’un grand feu, dans l’odeur des poulets grillés. « Monsieur le maire, moin néna in nafèr pou di aou : i fo ou done lo nom Arnaud Dormeuil pou nout sité. »

Celui qui vient de parler, chapeau sur la tête, les yeux humides et le regard déjà embrumé par le rhum, a la cinquantaine bien entamée. Il n’en démord pas et argumente en frappant sur sa poitrine : « Arnaud Dormeuil, sa té in moun kom nou ! ».

7 Lames la Mer

1992. Arnaud Dormeuil tourne sous la direction du réalisateur, Sandro Agénor (à droite). Le court-métrage (9 minutes) s’intitule : "Un simple oubli". Avec Fiona Gélin.

  • Si je grandis aujourd’hui, tout est perdu - je suis le Sganarelle du système. Appelez-moi Arnold ! (Quotidien, 19 avril 1992)
  • Grâce au théâtre, j’ai eu la chance de vivre la vie d’un médecin, d’un avocat, d’un tuteur, d’un valet et même celle d’un clochard. (L’Express, février 91)
  • Cela fait tout drôle de voir sa figure sur les colonnes Morris dans tout Paris. (Journal de l’île de La Réunion, février 2001)
  • Dans ma famille, néna kaf, chinois, malgache, comore, guadeloupéen, guadeloupédeux, guadeloupétrois. (Journal de l’île de La Réunion, 21 novembre 2008)
    Arnaud Dormeuil et Fiona Gélin. 1992. Sur le tournage du court-métrage de Sandro Agénor, "Un simple oubli".

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter