Categories

7 au hasard 29 novembre 2016 : L’émouvante vidéo de la reine Ranavalona III (5) - 29 septembre 2013 : Hécatombe de dauphins... à cause d’un sonar ? - 8 avril 2016 : Chagos : Olivier Bancoult interpelle David Cameron - 16 juillet 2013 : Quand « Marianne » insulte les Musulmans… - 2 décembre 2015 : Culture : « On ne savait pas, on était chez Jawad ! » - 17 août : Saint-Denis « au cœur des vieux jardins »... et l’ombre de Robert-Edward Hart - 29 septembre : 1929 : la plage où l’on ne craignait pas les requins - 26 novembre 2014 : Sebastião Salgado : « Le sel de la Terre »... et de La Réunion - 7 novembre 2013 : L’incroyable histoire de la route du Littoral - 6 décembre 2014 : Yab... Du grand « Pardon ! » ? Mais okilé lo zorèy ? -

Accueil > Le monde > Pour mettre la chanson québecoise en l’air...

Planète Francophone : Québec

Pour mettre la chanson québecoise en l’air...

27 mars 2013
Albert Weber
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Comment l’expérience québécoise peut-elle nous inspirer ici dans l’océan Indien, à l’île de La Réunion ? Un exemple concret avec le ministre québécois de la culture et des communications, Maka Kotto, qui lance un programme ambitieux de soutien à huit nouveaux diffuseurs pluridisciplinaires en arts de la scène. Objectif : "renforcer l’accessibilité aux arts de la scène partout en province..." Un article d’Albert Weber dans le cadre du partenariat entre 7 Lames la Mer et Planète Francophone.

Favoriser la diffusion de la chanson québécoise : c’est l’un des temps forts de l’intervention du ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, durant la 26e édition de la « bourse Rideau ». D’où l’annonce d’un soutien à huit nouveaux diffuseurs pluridisciplinaires en arts de la scène à compter de 2013-2014. Explications.

Maka Kotto, ministre québécois de la Culture et des Communications.
Photo : Albert Weber.

En plus de jouer un rôle de premier plan dans le maillage des œuvres avec les publics de toutes les régions du Québec, ces diffuseurs représentent l’un des plus puissants outils de circulation de la chanson québécoise sur l’ensemble du territoire.

« Il s’agit d’une action que je veux rendre tangible à la suite du Forum sur la chanson québécoise, une tribune qui a suscité différentes réactions de la part des acteurs du milieu de la chanson, a déclaré le ministre Kotto. Ces nouveaux diffuseurs se distinguent par l’importance qu’ils accordent à la chanson québécoise. Cette aide financière leur permettra, d’une part, de consolider puis d’élargir leur programmation et, d’autre part, de poursuivre leur mission de développement des publics et de stimulation de leur intérêt pour les arts de la scène. En bout de ligne, ce sont les créateurs de chez nous qui profiteront de cet appui ».

Cet investissement supplémentaire s’élève à près de 150 000 $ par année. Rappelons qu’en décembre dernier, le ministre annonçait que l’enveloppe pour les ententes relatives au programme Aide au fonctionnement pour les diffuseurs pluridisciplinaires en arts de la scène serait de 16,5 M$ sur trois ans, soit une augmentation de près de 1 M$ pour renforcer l’accessibilité aux arts de la scène partout en province.

La chanson francophone « marginalisée »

À la suite de l’ajout de ces huit organismes (voir encadré), le Ministère soutiendra un total de 104 diffuseurs pluridisciplinaires répartis dans les 17 régions administratives du Québec. De son côté, le Conseil des arts et des lettres du Québec accorde un soutien financier de plus de 5,1 M$ par année à 62 diffuseurs spécialisés en théâtre, en danse et en musique.

La chanson francophone fait partie des priorités du ministre selon une dépêche de l’agence de presse québécoise à lire ici.

« La chanson francophone est « marginalisée » dans les radios privées, estime le ministre Maka Kotto. Si le Québec récupérait les pouvoirs en matière de Culture, la notion de quotas de chanson francophone serait débattue. De nombreux artistes québécois qui connaissent une grande popularité sont peu présents sur les ondes des radios commerciales. Un phénomène qui ne date pas d’hier », a soutenu le ministre de la Culture, au cours d’un bref entretien.

« Pour quelles raisons ce choix est-il fait ? La question devrait être posée aux lignes éditoriales de ces radios. Pourquoi marginaliser, consciemment ou inconsciemment, la chanson francophone et la chanson française ? » a-t-il questionné.

Le quota de musique francophone imposé aux radios doit atteindre 65 % sur une semaine de diffusion. L’Association québécoise de l’industrie du disque a dénoncé à plusieurs reprises le non-respect des quotas par certaines stations de radio de Montréal et de Québec. A suivre…

Albert Weber

Huit nouveaux diffuseurs pluridisciplinaires soutenus par le Ministère

- Corporation du Vieux Théâtre de Saint-Fabien, dans le Bas-Saint-Laurent
- Corporation du Bedeau (Vieux-Couvent de Saint-Prime), au Saguenay-Lac-Saint-Jean
- Théâtre Granada, à Sherbrooke
- Société de la salle Jean-Grimaldi (Salle Desjardins, arrondissement de La Salle)
- Corporation du Théâtre Outremont, Montréal
- Diffusion Avant-Scène (Vieux Bureau de Poste de Saint-Romuald, à Lévis)
- Café culturel de la Chasse-Galerie, à Lavaltrie
- Théâtre le Patriote, à Sainte-Agathe-des-Monts

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec

Planète Francophone

• A lire aussi  : « 7 i yème - 7 aime, Planète Francophone : du Québec à l’Océan Indien »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter