Categories

7 au hasard 23 août 2014 : Banques américaines : l’amende, prolongement de l’impunité ? - 28 décembre 2014 : Ci-gît « l’imposte remarquable » sur le trottoir - 21 janvier 2014 : Où est l’intérêt supérieur des élèves ? - 29 juillet 2014 : Océan Indien : touristes bannis aux îles Nicobar ! - 21 janvier 2015 : Un paradis pour une minorité, un enfer pour tous les autres - 18 juin 2016 : Viv an kréol... Vivre en créole - 11 août 2013 : Cette maison n’existe plus ! - 2 mars 2016 : Elle réalise le dessin prémonitoire de son agression - 12 mars 2015 : Air Austral : attitude anti démocratique à la Région ? - 11 novembre 2016 : Leonard Cohen a pris son dernier train -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Saint-Expédit : l’île aux statues (3)

Saint-Expédit (3)

Saint-Expédit : l’île aux statues (3)

21 avril 2017
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le culte de Saint-Expédit se porte bien ! Plus de 400 autels lui sont dédiés et jalonnent les paysages réunionnais. Mais on trouve aussi la statue du légionnaire romain décapité en l’an 303 dans la plupart des églises de France et dans de nombreux pays : Maurice, Italie, Portugal, Belgique, Canada, Amérique du Sud, etc.

Saint-Expédit malgache sur la route de la Ravine à Malheur. Photo JCL.

Saint-Expédit : un « culte carrefour »


Le culte de Saint-Expédit se porte bien. Les statues du légionnaire romain se trouvent dans la plupart des églises de France.

Pour ne citer que les plus connues : Bordeaux, Clermont-Ferrand, Vichy, Brest, Blois, Bastia, Boulogne, Paris, Carcassonne, Montpellier, Perpignan, Toulouse, Lille, Caen, Honfleur, Lisieux, Nice, Marseille, Saint-Etienne.

À La Réunion, outre l’église de la Délivrance à Saint-Denis, et celle de Saint-Leu, plus de 400 édicules, oratoires ou chapelles jalonnent les routes et les carrefours.


Nombre croissant de bougies


Selon Monseigneur Gilbert Aubry, évêque de La Réunion [1], « le culte de Saint-Expédit à La Réunion est un « culte carrefour » où viennent se rencontrer diverses traditions ethnoculturelles et religieuses. Ce filon véhicule du meilleur au pire sur une iconographie chrétienne où est mise en avant la figure du fantassin romain martyre pour sa foi. »

Le curé de la paroisse de Notre-Dame de la Délivrance, le père Lilian Payet, se félicite pour sa part de la ferveur que suscite le saint [2] : « si l’on en juge par le nombre croissant de bougies et de personnes venant le prier, la fréquentation de Saint-Expédit n’a pas diminué. J’essaie alors de faire réfléchir les gens sur le sens de cette dévotion. Je rappelle que Saint-Expédit est quelqu’un qui a aimé le Christ, et qui est mort en martyre en refusant de renoncer à sa foi. »

©7 Lames la Mer

Maurice, Italie, Portugal, Belgique, Canada, Amérique du Sud...


À l’île Maurice, aux entrées de l’hôpital de Pamplemousse, une quinzaine de petits autels se répartissent entre ceux dédiés au culte hindou de Shiva (le principe mâle) et de Parvati (le principe femelle) et ceux dédiés à Saint-Expédit (le culte de Saint-Expédit suscitant le plus de dévotion).

Phénomène à rapprocher de l’étude menée par Marie-Christine Pouchelle, « Les stratégies de l’expédient à l’hôpital. Tours et détours » [3]

Les statues de Saint-Expédit se trouvent également en Italie, au Portugal, en Belgique, au Canada et surtout en Amérique du Sud.

SAint-Expédit dans l’église de Honfleur.

Saint-Expédit à Honfleur


L’église Sainte-Catherine (d’Alexandrie) à Honfleur, dans le Calvados, est construite en bois et recouverte de bardeaux. Les deux nefs représentent deux coques de bateau renversées, et pour des raisons de sécurité, tenant au risque d’incendie par la foudre, le clocher (également en bois) est séparé de l’église.

Sur le flanc droit (en regardant l’autel) se trouve la statue de Saint-Expédit (le nom du saint est sur le socle en bois) : jupe verte, carapace brune, manteau rouge, il tient la croix dans sa main droite repliée sur sa poitrine. A ses pieds le casque romain, et c’est de son pied gauche qu’il écrase le corbeau.

Sur le flanc gauche de l’église, un mur est recouvert d’ex-voto de remerciements à la Vierge Marie, à Sainte-Anne, à Saint-Antoine de Padoue, à N.D. de Lourdes et à Saint-Expédit. A l’entrée de l’église se tient un stand où l’on peut acheter des livrets de prières à Saint-Expédit, ainsi que des médailles du saint.

Ex voto by SUDOR (extrait).

Saint-Expédit à la Madeleine


Dans le stand dédié aux touristes à l’entrée de l’église de la Madeleine à Paris, des statuettes de Saint-Expédit sont en vente. Dans l’église proprement dite, il n’y a pas de statue du saint.

La statue de Saint-Expédit se trouve en fait à l’entrée de la chapelle, située en sous-sol et qui n’est ouverte que le soir, à partir de 18h30 (les personnes préposées à la vente des statuettes ne savent d’ailleurs pas qu’il y a une statue du saint dans l’église).

En revanche dans l’église est aménagé un petit oratoire dédié à une sainte bien connue à la Réunion, Sainte Rita (de Cascia) : le tableau qui la représente porte la mention « Avocate des Causes désespérées ». L’oratoire est fleuri et fait apparemment l’objet d’une dévotion constante.

Saint-Expédit, dans l’église de la Madeleine.

L’emblématique manteau rouge


La statue de Saint-Expédit se trouve dans la chapelle au sous-sol (on y accède soit de l’intérieur par une petite porte sur le flanc gauche de l’église, ne portant aucune indication, soit de l’extérieur par une petite porte donnant sur le trottoir et portant l’inscription chapelle).

On peut passer à côté de la statue sans la remarquer, car elle placée dans le coin à droite en entrant. Qui plus est, elle est toute blanche. À tel point que les autorités religieuses ont cru bon (à juste titre) de placer une minuscule statuette du saint aux pieds de la statue, la statuette étant surtout identifiable grâce à l’emblématique manteau rouge du légionnaire.

La croix que porte le saint dans sa main droite a dû se casser : elle a été remplacée par une croix en bois. La statue est blanche des pieds à la tête, et comme à Honfleur, c’est du pied gauche que le saint écrase le corbeau.

A suivre...

Jean-Claude Legros


Saint-Expédit malgache


Dans la galerie dédiée à l’artisanat malgache, à l’intérieur du Grand Marché à Saint-Denis, un stand offre à la vente des statuettes de « Saint-Expédit malgache ».

La commerçante, réunionnaise originaire de la Grande Ile, explique que ces statuettes ont été fabriquées à sa demande à Madagascar (par manque de sculpteurs à La Réunion), non pas pour le public malgache (le culte du légionnaire romain n’étant pas connu à Madagascar), mais pour le public réunionnais, dont une partie est sensible à l’apparence malgache donnée au saint.

Sur l’une des trois statuettes, le saint tient dans sa main gauche la palme du martyre et dans sa main droite la croix portant dans la traverse la mention latine « hodie » (aujourd’hui). En revanche, sur les deux autres statuettes, la palme du martyre n’apparaît pas.

JCL


À lire aussi :


Notes

[1Stéphanie Buttard, in Le Quotidien de La Réunion, 6 février 2011

[2Stéphanie Buttard, in Le Quotidien de La Réunion, 6 février 2011

[3La méthode de l’expédient, Ed. Kimé, (2006).

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter