Categories

7 au hasard 31 décembre 2012 : "Justice et équité" : la Bolivie nationalise - 25 mars 2013 : Chine en Afrique : vent d’Est et vent d’Ouest - 10 août 2015 : L’œil d’Omer Resic va-t-il nous ouvrir les yeux ? - 1er avril 2013 : Le réveil de Snake - 20 juillet 2019 : « Chez Marcel », dernier maloya ruelle Chinois - 3 janvier 2016 : Réunionnais de la Creuse : un passé coincé dans le gosier - 10 septembre 2015 : Cacao : une filière d’avenir pour La Réunion ? - 29 mars 2015 : Clotilde, la femme qui a vu Sarda - 16 novembre 2014 : Miss CINOR : Cafrine, ousa oulé ? - 7 novembre 2013 : Jean-Paul Virapoullé et Davila Verdun se restaurent... -

Accueil > La Réunion > Economie et société > 2016 : Larousse amarre et bâche en créole

Dictionnaire

2016 : Larousse amarre et bâche en créole

15 mai 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Amarrer » et « Bâcher »... Les définitions « créoles » (La Réunion et les Antilles [sic]) de ces deux verbes font leur entrée dans le Larousse. Et, cerise sur le gâteau, en 2016, les Éditions Larousse fêtent un anniversaire : cela fait 160 ans qu’elles publient des dictionnaires.

« Allons bâcher ! » Cette invitation à déserter les bancs de l’école, du collège ou du lycée, est un classique que tous les Réunionnais ont entendu durant leur scolarité. Une formule bien créole qui peut se traduire par : « faire l’école buissonnière ».

Nouveauté 2016 : le « Petit Larousse illustré » a complété la définition du verbe bâcher [1] par sa variante réunionnaise : « Bâcher les cours (La Réunion), ne pas y assister, les manquer volontairement ».

"Petit Larousse Illustré", édition 1924.

Dans son « P’tit glossaire, le piment des mots créoles » publié en 1974, Jean Albany précise : « Bâcher : de bâcler, certainement. Expression lycéenne : ne pas aller à un cours. “Nous l’a bâch’ pou’ aller mange mangues la Providence [2].” »

Dans son « Dictionnaire Kréol rénioné / Français » (1987), Alain Armand apporte un complément avec une autre définition : « laisser tomber quelqu’un ; ne pas tenir ses engagements ; tromper l’attente de quelqu’un. “Moin té kont si ou po dar moin in koudmin, ou la « bas » amoin : Je comptais sur toi pour m’aider mais tu m’as laissé tomber” ».

"Petit Larousse Illustré", édition 1924.

Quant au verbe « amarrer », il figure lui aussi dans les nouveautés 2016 avec des définitions créoles de « La Réunion » et des « Antilles ». C’est ainsi que l’on apprend qu’à La Réunion « amarrer » signifierait selon le « Petit Larousse illustré » : « séduire quelqu’un, le conquérir ; retenir quelqu’un sentimentalement, se l’attacher affectivement ». La définition « antillaise » nous semble plus familière et donc plus proche de la réalité réunionnaise : « envoûter, ensorceler quelqu’un ».

Si l’on se réfère à Jean Albany concernant ce verbe « amarrer », on ne trouve aucune allusion à la séduction mais bien à la sorcellerie : « on amarre la bouch’ cabri (on jette un mauvais sort) ».

"Petit Larousse Illustré", édition 1924.

Même son de cloche du côté d’Alain Armand :

  • « Attacher ; ligoter ; nouer ».
  • « Faire prisonnier ».
  • « Ensorceler ».

Quant à l’expression « Amar lo kèr » (amarrer le cœur), Alain Armand la traduit et l’explique ainsi :

  • « Etre obsédé (par quelque chose) ; désirer ; convoiter ».
  • « Souhaiter le malheur de quelqu’un (par envie) ».

Tout est dans la nuance ; mais la confusion risque bien de s’installer dans le glissement progressif du désir à la domination. Désirer, convoiter, séduire, conquérir, ensorceler, attacher, ligoter, faire prisonnier.

7 Lames la Mer

"Petit Larousse Illustré", édition 1924.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1« Couvrir d’une bâche : Bâcher une voiture, des colis. »

[2« Nous avons bâché pour aller manger des mangues à La Providence »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]