Categories

7 au hasard 20 février 2014 : Les ouvriers étrangers mangent-ils notre « gazon d’riz » ? - 15 avril 2013 : Et il vint un jour, un jour comme nul autre… - 31 juillet 2017 : Quand le séga faisait danser Paris... et Jeanne Moreau - 20 février 2011 : Ti Bang : "Ce sont les fous qui ont construit le monde" - 9 septembre 2014 : Étranges sculptures géantes et... vivantes - 9 juin 2016 : Béjart : le sacre du moringue - 1er novembre 2013 : Beatbox : Votez « Kist » ! - 17 avril 2013 : L’hommage de Victorin Lurel aux esclaves naufragés de « l’Utile » - 4 août 2015 : Film : La Réunion qu’on a oubliée... il y a 37 ans - 21 décembre 2017 : L’île de La Réunion comme un mirage à l’horizon -

Accueil > La Réunion > Economie et société > « Vollard : on regrettera, un peu tard, d’avoir fait mourir ses créateurs (...)

Quelle culture

« Vollard : on regrettera, un peu tard, d’avoir fait mourir ses créateurs »

22 janvier 2016
Emmanuel Genvrin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le seul Réunionnais capable de diriger un orchestre symphonique, Jean-Luc Trulès, est aujourd’hui au pôle emploi. On l’a prié d’aller « jouer du tambour dans les quartiers ».

Jean-Luc Trulès. Source vollard.com

Avec, conservatoire compris, une quinzaine d’écoles de musique et de cours de chant privés, quatre harmonies et orchestres, quatre formations musicales scolaires, une douzaine de chœurs et chorales, en comptabilisant anciens élèves et spectateurs habituels, uniquement à Saint-Denis, on peut chiffrer à neuf mille personnes le public concerné par une musique dite « classique ».

On peut doubler ce chiffre pour l’ensemble de l’île. Soit vingt mille. À la recherche d’un second souffle après vingt ans de théâtre et répondant à cette demande en constante progression, Vollard s’est engagé dans la création d’œuvres de musique réunionnaise écrite et d’opéras originaux. Il est bon, par comparaison, de rappeler qu’il n’y a pas de conservatoire aux Antilles et que les écritures d’opéra contemporain en métropole sont confidentielles.

Jean-Luc Trulès, chef d’orchestre. Photo : Fédération Musicale de La Réunion.

Est-il sensé que les autorités, tournant le dos à leur pays, aient supprimé le seul festival de musique classique de l’île – parti à Maurice –, supprimé toute création lyrique à Champ Fleuri, coupé les subventions, régionales comprises, au théâtre Vollard ?

Le seul Réunionnais capable de diriger un orchestre symphonique, Jean-Luc Trulès, est aujourd’hui au pôle emploi. On l’a prié d’aller « jouer du tambour dans les quartiers ».

Aujourd’hui, on se félicite du répertoire de théâtre populaire réunionnais. Merci Vollard. Demain on se félicitera des trois opéras « Maraina », « Chin » et « Fridom ». On regrettera, un peu tard, d’avoir fait mourir ses créateurs.

Emmanuel Genvrin

Danse de "Maraina" (Aurore Ugolin) et les Antanosy, credit Ph. Moulin. Source vollard.com

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter