Categories

7 au hasard 27 février 2013 : « Quartier français » au karé KTédral - 3 février 2014 : Le monopole triomphe sans combattre - 2 décembre 2014 : Thierry Robert : « Mi té veut brise la chaîne, la élimine amoin avant ! » - 20 mai 2013 : Patrons, encore un effort... - 5 septembre 2015 : Musique ! Avec le « Kombi Sound System » - 27 décembre 2014 : Chine : 18% des glaciers ont disparu en trente ans - 18 septembre 2014 : ÎLEECO vous expédie le monde illico ! - 11 décembre 2015 : « Les enfants de la Martinique deviennent lucides » - 5 juillet 2015 : Grèce : ils sont vivants… et nous ? - 1er juin 2014 : Jardin des Pamplemousses : l’enfer du décor -

Accueil > Le monde > USA : la reprise, c’est des jobs mal payés chez Mac Do et Starbucks

Sur fond d’austérité...

USA : la reprise, c’est des jobs mal payés chez Mac Do et Starbucks

30 avril 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Multiplication des emplois faiblement rémunérés, destruction des moyens et des hauts salaires, primat des jobs dans la restauration et les bars sur les emplois d’ouvriers traditionnels : c’est, à grands traits, le portrait de la « reprise à la mode USA » dressé dans un document statistique étudié par « 7 Lames la Mer ».

"Les bas salaires tuent". Les employés de la restauration rapide demandent que le salaire horaire soit porté à 15 dollars de l’heure. Photo : Fight for 15 / Lucha por 15.

« À la recherche de la reprise à bas salaire » : c’est sous ce titre évocateur que le rapport du National Employment Law Project (NELP), institution basée à New-York, établit le bilan statistique de 49 mois de création continue d’emplois aux États-Unis. Une reprise « concentrée sur les secteurs de l’industrie et des services où les rémunérations sont les plus faibles », estime l’étude, qui fait apparaître, en parallèle, une forte tendance à la destruction des emplois à moyenne et forte rétribution au cours de la même période.

En 2014, les États-Unis comptent ainsi 1,85 million de travailleurs à bas salaires de plus qu’en 2008, démontrent les experts du NELP. Dans le même temps, 958.000 emplois fortement rémunérés et 976.000 emplois à rémunération moyenne ont disparu. Seul le secteur privé est à l’origine du regain d’emplois, précise le rapport, qui rappelle que les coupes dans les budgets publics ont supprimé 627.000 postes publics, dont 44% dans l’éducation à l’échelon local.

Dans une optique comparative, le document constate que ces caractéristiques distinguent la reprise postérieure à la crise de 2008 du redémarrage des emplois après la dépression de 2001. Alimentée elle aussi par les créations d’emplois à bas salaires, la relance qui suivit la dépression du début de siècle avait toutefois vu une hausse des activités fortement rémunérées...

L’après-2008 voit quant à lui la multiplication des emplois dans la restauration, les bars et les cafés, et de la vente au détail, secteurs qui localisent à eux seuls 39% des activités issues de la reprise.

Autant d’activités où les rémunérations dépassent rarement les 13 dollars horaires, et se situent même souvent en deçà des 10,10 $ de l’heure, seuil auquel Barack Obama souhaite élever le salaire minimum fédéral.

Ainsi, de nombreux établissements de l’emblématique chaîne Starbucks, dont le dirigeant affirme pourtant soutenir le projet présidentiel, paient régulièrement leurs employés aux alentours de 9 dollars de l’heure...

L’emploi a en revanche durablement chuté dans le bâtiment et dans la production industrielle de biens durables, qui comptent 20% d’ouvriers de moins qu’en 2008.

Enfin, si les domaines de l’éducation privée et de l’aide à la personne semblent ne pas connaître la crise, l’essentiel de leurs effectifs, soit environ 6,5 millions de salariés, est constitué par les travailleurs sociaux, les aide à domicile et les métiers de l’enfance, toutes activités dont la rémunération n’excède pas les 13 $ horaires.

GGL
_

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter