Categories

7 au hasard 15 octobre 2014 : Prison Juliette Dodu : la mémoire des pierres ou le béton ? - 26 octobre 2014 : Danyèl, nou lé pa fatigué ! - 11 janvier 2014 : Thierry Gauliris, dans sa tête un royaume... - 3 septembre 2014 : Nouvelle route du Littoral : la piste sud-africaine - 12 mai 2015 : NRL et roches : « La Région doit dire la vérité » - 17 décembre 2013 : Professeurs : l’appel du grand froid - 30 juin 2015 : Eddy Louiss est mort : les anges noirs vont swinguer ! - 27 septembre 2015 : « Lonbraz Kann » : le son du succès - 14 janvier 2014 : Énergie solaire : juteux contrat à La Réunion - 12 août 2013 : Ceci n’est pas un navire de guerre -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Présence sur Internet : Université de La Réunion en pâle position (...)

Enseignement supérieur

Présence sur Internet : Université de La Réunion en pâle position !

27 mai 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La Réunion décroche la 28ème place au classement des universités africaines présentes sur la toile.

JPEG - 161.2 ko
Vue partielle du campus de l’Université de La réunion. Photo : Thierry Caro

Le site non commercial « 4icu.org » établit chaque année un classement mondial des Universités en fonction de leur présence sur la toile.

Très commentée, cette nomenclature est obtenue en utilisant un algorithme qui combine les classements Alexa, GooglePage Rank et Majestic Seo.

Grâce à ces indicateurs, les statisticiens de « 4ciu.org » déterminent au niveau global et par ensembles géographiques l’activité internet liée à une université, via notamment son site web.

Pour être pris en compte, les établissements doivent être homologués par les ministères des États considérés, délivrer un enseignement requérant la présence physique des étudiants et des enseignants, et intégrer des cursus quatre années et/ ou post-licence.

L’Université de La Réunion apparaît à la 28eme place du palmarès établi pour 2014, très largement dominée par les universités sud-africaines et égyptiennes. L’Université du Caire arrive en tête du classement, suivie par les Université de Capetown, Pretoria, Stellenbosch, l’University of South Africa et les établissements de Witwatersrand et de Western Cape.

Les universités égyptiennes de Ain Shams, Alexandrie et Mansoura clôturent le groupe de tête, tandis que l’Université sud-africaine du Kwazulu Natal s’attribue la 11ème place, précédant l’Université tanzanienne de Dar-Es-Salaam.

À la 15ème place, l’Université marocaine Mohammed V-Agdal, est le premier établissement francophone de ce « top 100 », suivie par l’Université de Ouagadougou au Burkina-Faso, qui se classe en 17ème position et par l’Université algérienne Mentouri de Constantine, qui, à la 27ème place, devance directement l’Université de La Réunion.

Discuté car discutable, ce classement mesure la présence sur internet des établissements d’enseignement supérieur et non point la qualité des diplômes et des formations.

De plus, les structures francophones sont structurellement désavantagées par la circonscription de cette étude à l’internet, très majoritairement anglophone.

JPEG - 181.2 ko
Malgré de fortes contraintes financières et un effectif étudiant pléthorique, l’Université de Ouagadougou talonne la prestigieuse université marocaine Mohammed V et surclasse l’Université de La Réunion dans l’univers numérique. Photo : lefaso.net

Néanmoins, on notera le bon résultat de l’Université de Ouagadougou, dont le budget s’élevait en 2012 à un peu plus de 6 millions d’euros (43 milliards de francs CFA) pour environ 40.000 étudiants (dont un grand nombre d’étudiants étrangers)... À comparer avec avec la performance en demi-teinte de l’Université de La Réunion, dont la subvention pour 2014 dépasse les 86 millions d’euros pour 12.000 étudiants.

Il est à noter qu’aucune université française ne figure dans le palmarès mondiale des 200 premières universités les plus présentes sur la toile.

Dominé par les Etats-Unis d’Amérique et, sans surprise, par les prestigieuses Universités de la Yvy League, de la Californie et du Texas, ce classement intègre néanmoins, outre l’inévitable tandem britannique Oxford-Cambridge, des établissements mexicains, suisses, allemands, japonais, italiens, coréens, brésiliens, chinois, belges, indiens, norvégiens, russes, hongrois, slovènes, taïwanais, espagnols, danois, australiens, hollandais, autrichiens, tchèques et séoudiens. Aucune université africaine n’y figure.

7 Lames la Mer

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter