Categories

7 au hasard 1er avril : Document : « Maloya pour la liberté » - 2 octobre 2013 : Vers un avis favorable du Gouvernement ? - 24 juillet 2015 : À Messieurs les voleurs de mémoire - 22 août 2014 : Premier prix pour les Editions du Boucan ! - 22 juillet : Les sources réunionnaises du « Bateau ivre » (2) - 17 avril 2014 : Perle manifeste à Londres contre Rio Tinto - 2 juillet 2014 : Etats-Unis : recul historique du droit à l’avortement - 22 janvier 2015 : Thierry Robert hors d’affaire - 13 septembre 2013 : Les singes, Monsieur, vous emmerdent - 19 février 2016 : Les fourberies de Couapel -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Point de répit pour une journée urticante...

Femme et 8 mars

Point de répit pour une journée urticante...

6 mars 2015
Alinta
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ah, le 8 mars… Une journée à provoquer chaque année des crises d’urticaires à toute féministe qui se respecte. C’est sans doute pour cela que sont prévus ce jour là des ateliers bien être et maquillage.

"Militant women", by Philip Stein

Le 8 mars, c’est la journée internationale des droits des femmes, et une occasion de plus pour les femmes de s’affliger sur leur condition.

En effet, lorsqu’on lit le programme des « festivités », on voit d’abord que le 8 mars s’est transformé en simple « Journée de la femme ». Exit les droits des femmes ; malgré le constat d’une situation toujours affligeante pour un 21e siècle, ils semblent devenus un accessoire inutile.

Ainsi donc, au lieu, comme à l’origine, d’être une journée de revendications et de réflexions sur la condition féminine, le 8 mars sera une journée festive qui met la « féminité » à l’honneur.

Le 8 mars et sa cohorte de stéréotypes féminins : les ouvrières et suffragettes du début XXe siècle à l’origine de cette journée doivent se retourner dans leurs tombes !

Défilés de mode, ateliers diététique, maquillage, bijoux, fitness, tout est là pour rappeler aux femmes les injonctions qui leur sont assénées tout le reste de l’année de se conformer aux standards inatteignables de beauté, et de cultiver des activités centrées sur l’intérieur domestique.

Point de répit pour ce 8 mars, il ne faudrait pas qu’elles aient l’idée de réfléchir, mince ! Non mesdames, concentrez-vous sur votre taille toujours trop pesante, sur vos cheveux trop frisés, sur vos casseroles, vos bambins, et j’en passe. Mais c’est pour votre bien ! Pour votre « bien-être » (ou plutôt bien paraître…). Et puis c’est vrai, vous avez tellement de raisons d’être en proie au mal être !

Deviant art, by Katukoira

Et en effet, les sujets ne manquent pas. Il y aurait tellement de thèmes à aborder en ce jour de manifestation féministe : violences faites aux femmes, droit à l’IVG, déficit des politiques publiques de la petite enfance, précarité financière chez les femmes, inégalités salariales, représentations sociales de la féminité, personnages historiques féminins réunionnais, les femmes dans l’esclavage, place des femmes dans les médias, etc.

Car nous les femmes, attendons autre chose de nos collectivités publiques qu’une tentative d’acheter des électrices en leur faisant miroiter, le temps d’une journée, des activités auxquelles beaucoup d’administrées n’ont pas ou peu accès, par manque d’argent.

Alinta

Les suffragettes... bien avant l’avènement des réseaux sociaux !

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter