Categories

7 au hasard 15 juin 2013 : Le visage du gouffre de l’Etang-Salé - 3 juin 2013 : Peuplement ? Au secours, fuyons ! - 9 mars 2013 : Lurel rend hommage à Chavez - 16 juillet 2014 : Cachez ce vagin que je ne saurais voir - 2 octobre 2013 : Vers un avis favorable du Gouvernement ? - 2 octobre 2016 : Le dernier foutan de Sitarane - 1er juin 2013 : Turquie : au moins 120 blessés, peut-être 4 morts - 11 mai 2017 : Mais où donc est passée La Réunion ? - 20 octobre 2014 : Les geeks réunionnais sont sollicités ! - 4 juin 2016 : Azéma, la tête sur un plateau -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Mi ansouvyin... Graeme

Matin du lundi 17 février

Mi ansouvyin... Graeme

20 février 2020
Alain Gili
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un collage de Madeleine Prévost sur la couverture d’un roman de Daniel-Rolland Roche... et la radio qui annonce laconiquement la mort de Graeme Allwright. « Les immensités du quotidien distendues par nos routines »... Une chronique d’Alain Gili.


Graeme Allwright, citoyen du Port un an durant


Petit texte qui me vient d’une photo que je fis dans un dossier auquel je travaille en ce moment sur la dessinatrice peintre Madeleine Prévost, et qui me vient de la nouvelle si brève de ce matin : le décès à 93 ans du merveilleux Graeme Allwright — citoyen du Port un an durant. Paris ne sait pas cela, évidemment. Graeme faisant à La Réunion un grand pèlerinage chanté avec tous les artistes de l’île, fraternel, grâce à Alain Gaba !

J’ai suivi autant que possible cette tournée de Graeme et l’ai soutenue par des articles, évidemment. Je me demande si Graeme n’a pas chanté aussi avec Alain Peters et les Caméléons — dont le grand René Lacaille, Joël Gonthier, Bernard Brancard, etc. — dans ce bouillant gala de soutien au Quotidien menacé. C’était en 1977 [3 juin], au Ritz d’autrefois, la grande salle de la rue Juliette Dodu.

Graeme que bann kouyon des media parisiens croient ricain !

En haut : René Lacaille et Joël Gonthier. Debout : Alain Peters, Loy Ehrlich, Elise Miniac. Assis : Hervé Imare et Bernard Brancard. Photo illustrant le mythique 45 tours du groupe Caméléon, sorti en 1977. Face A : La Rosée Si Feuille Songe / Face B : Na Voir Demain.

Graeme tomba amoureux de l’île et de ses plantes


Zoun Toquet, Henri-Claude et Marie-Armande Moutou, le grand René Lacaille, mes amis Claude Teulié, Elise et ses Cocotiers Bleus — et le regretté Marco Polot — Louis-Gonzague Hubert, Mastane et tant d’autres...

Tous s’en souviennent et savent que Graeme vécut chez nous, Graeme qui tomba amoureux de l’île et de ses plantes, et qui, vivant face au cimetière marin du Port où repose le jeune Rico Carpaye [1], tenta avec un ami prof de fac de construire un catamaran, ce qui s’avéra... impossible [2].

C’est grâce à Alain Gaba qu’il vint dans l’île Haute, dans cette petite soeur australe de sa Nouvelle Zélande natale, l’île de basalte et de galets avec un peu de corail menacé...

Jean-Claude Legros, Gora Patel, Henri Madoré.

« Les immensités du quotidien distendues par nos routines »


Alain Gaba, militant laïque, animateur passionné et généreux, et même chanteur avec guirate, qui eut même un accident, un soir, après l’une des séances au Tampon, de cette tournée mythique ! Mi ansouvyin...

Le si attachant André Maurice s’en rappelle ! Monsieur le directeur de Réunion Première [Gora Patel], qui fut militant culturel, s’en souvient lui aussi, qui participa à l’enregistrement Madoré, un soir chez le papa poète de Nathalie Valentine Legros [Jean-Claude Legros] [3] !

« Il existe une échelle de la vie qui faisant STOP, tout d’un coup, contracte brusquement devant nous les immensités du quotidien distendues par nos routines ». [4] Cité de mémoire.


« L’Homme n’y avait jamais mis les pieds »


Ile, pays créole, n’oublie pas que l’une des plus belles chansons [et déjà écolo !] dont le titre est « La Réunion », se trouve sur un livre-disque trop méconnu de Graeme Allwright. Tout simplement oublié.

L’histoire d’une petite île
Je m’en vais vous raconter
La nature n’était pas hostile
L’Homme n’y avait jamais mis les pieds
Que la nature était belle...
 [5]

Ce livre-disque commence ainsi. Magnifique ! Il fut très peu distribué dans l’île, hélas. Et le mien ? Oh, on me le piqua.


Le passage d’amour...


J’aimerais que Davy Sicard, Baster, Danyel Waro, Ziskakan, Jean-Michel Salmacis et son groupe « Les insulaires »... chantent cela !

Que Françoise Guimbert, Michou, Christine Salem, et les enfants de Ziskakan et ceux de Danyèl Waro, le fils de Hervé Imare... chantent cela !

Que toute l’île n’oublie pas le passage d’amour en elle — si long, durant un an et plus — de Graeme, même si les îles tropicales oublient, comme la nature les y pousse. Mais on n’oublie pas Fourcade, oté ! Or la chanson — récit du non respect de la nature insulaire —, cette chanson méconnue de Graeme, mérite de devenir une autre « Ti flèr fané ».


Roche et Prévost : la couverture d’un livre


Je ne suis pas seulement « attaché à l’ADER » [6] comme on me l’écrivit récemment : je m’intéresse aux traces artistiques et culturelles parce que j’ai milité et travaillé professionnellement dans l’action culturelle. Et dans le journalisme qui lui fut lié : Le Quotidien de La Réunion de Maximin Chane Ki Chune, et Visu des frères Ah Yan ! Assez longtemps [de 1976... à 1997], avec quelques absences non-voulues...

On me dira qu’on ne parle plus de l’Education Populaire que pratiquaient la FOL [7], les Francas [8] [Julien Soulès], les CEMEA [9], l’OMJ [10] de Saint-Denis [cher à René-Paul Victoria et à Eric Boyer], et ce bouillant et universel « Village Titan » d’Alain Séraphine [Village Titan que je complète de mots « à la Peters » : promyé manir...], la MDA [11] du Port, avec Brigitte Croisier, Dominique Blanc, et puis Kalbas-Sèk aussi, etc.

Le PCR [12], puis les socialistes réunionnais [exemple : Jean-Claude Fruteau à Saint-Benoit] ont beaucoup oeuvré et innové dans ces domaines, en rivalité ouverte avec ce que faisait le camp gaulliste, et avec Jeunesse et Sports au milieu, créant les C.A.S.E. de M. Hess, et l’ardent OMJ créé à St Denis par Eric Boyer où militèrent Paul Mazaka, René Paul Victoria, etc.

Oeuvre de Madeleine Prévost illustrant le roman de Daniel Rolland-Roche [Ader, 1994].

Il n’y a plus de peuple : il y a des consommateurs


En décalage-retard par rapport à de nombreuses novations gaullistes [Maisons de la Culture, Centres d’Action Culturelle...] et à une foule de novations sous Mitterrand avec les socialistes [liste trop longue à faire !], La Réunion s’est vu très vite opposer la privatisation effrénée des loisirs.

A ce propos : les Réunionnais(ses) doivent savoir qu’is habitent non plus une île, mais un... « produit » ! Sic. Y’a plus de classes sociales, y’a des communalismes à l’essai et parfois pire : les clans de couleurs, les procès des origines. Si vain. Et il n’y a plus de peuple : il y a des consommateurs.

Seule l’approche des Hauts semble avoir quitté les mensonges et comportements fallacieux du système-tourisme dans l’île, et travaillé en innovant avec intelligence, car la montagne autant que les gens des Hauts, ça ne ment pas. Et l’île est une énorme montagne avec, en bas, le plus crétin des embouteillages circuminsulaires !

L’île ne manque certes pas de cirques, mais elle manque franchement de chevaux, de mulets... [Extrait de l’œuvre de Madeleine Prévost].

Ils se réveillent tout VERTS avant une élection


Les militants du tourisme ne devraient-ils pas être depuis longtemps les plus ardents écolos ? Ils se réveillent tout VERTS avant une élection, tiens-tiens. Savaient-ils que le Paul Vergès du temps de la Région était écolo ?

Alors une personne sincère, honnête et effacée, solidaire, comme Daniel-Rolland Roche, compagnon de route de l’Ader et de la Fédération Abel Gance, qui créa CINE CAMPUS à l’Université de La Réunion, quand je fais un dossier en hommage à la dessinatrice-peintre Madeleine Prévost qui a une oeuvre réunionnaise, eh bien ! je l’évoque.

La photo — couverture du seul roman de Daniel-Rolland Roche paru : « Barthélémi Dugriel ou les moyens de vivre d’un insulaire moyen » [Ader] qu’il écrivait quand il résidait avec sa famille au Port — est l’interprétation d’un collage inédit de Madeleine Prévost. Ce collage ? L’île ne manque certes pas de cirques, mais elle manque franchement de chevaux, de mulets !

Alain Gili

Notes

[1Lire à ce sujet : Qui a tué Rico Carpaye ?

[2Lire à ce sujet : Graeme Allwright, les yeux fermés...

[4Ici in kalité de variation d’une phrase du passionnant Julien Gracq, je crois : « Il existe une échelle des actes qui contracte brusquement devant nous les espaces préalablement distendus par le songe ». Cité de mémoire.

[5La Réunion

L’histoire d’une petite île
Je m’en vais vous raconter
La nature n’était pas hostile
L’Homme n’y avait jamais mis les pieds
Que la nature était belle
En ces temps reculés
Avant le péché originel,
Le travail et les soucis.
Les tortues dormaient
À l’ombre des cocotiers,
Dans le ciel les oiseaux y chantaient
Et sur les flancs des montagnes, là haut
Les eaux vives ruisselaient.
Mais un jour sur cette petite île,
L’Homme a débarqué
Avec son esprit mercantile,
Il a commencé à tout saccager
Les arbres tombaient,
Blessés à mort,
Pour faire des maisons en bois dur.
L’homme mangeait les tortues, les oiseaux,
Et bientôt les rivières n’étaient plus pures.
Ils sont venus du monde entier,
Toutes les races et les couleurs.
Comme des bêtes ils travaillaient
Pour rendre la terre meilleure.
Deux siècles à peine, et c’est pas fini
L’homme travaille toujours
Il a même presque réussi
À mettre une autoroute tout autour.
Pour baptiser cette petite île,
Il fallait choisir un nom
Ils ont essayé quelques uns
Avant de trouver la Réunion
Maintenant c’est une base stratégique
Qui coûte très cher à la mère patrie
Toujours la même histoire pathétique,
Encore perdu le paradis.
Entre le cimetière et la décharge
Dans ma petite case en béton
Entre la montagne et le large,
Je rêve toujours de ma réunion
La Réunion de toutes les races,
La Réunion de toutes les couleurs
La Réunion qui efface le passé et ses pleurs.

[6Association des écrivains réunionnais.

[7Fédération des œuvres Laïques.

[8Mouvement des Francs et Franches Camarades.

[9Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active.

[10Office municipal de la jeunesse.

[11Maison des associations.

[12Parti communiste réunionnais.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter