Categories

7 au hasard 30 décembre 2016 : Boogaloo : le « Ritmo Moderno » a 50 ans - 28 juin 2014 : Conseils pour découvrir une île... qui n’existe pas - 29 janvier : Amrita Sher-Gil, l’étrange vie de la Frida Kahlo indienne - 1er février 2015 : Tsipras, Mélenchon et le choeur des grenouilles - 19 janvier 2016 : Saint-Denis by night, il y a 30 ans - 12 novembre 2013 : Un nouveau décret pour des « marges raisonnables » - 18 juillet 2014 : Crash : « deux chasseurs ukrainiens » derrière l’avion abattu ? - 4 mars 2015 : Paul Vergès : 90 ans... « Somin granbwa sa lé long ! » - 27 juin 2015 : Amal Clooney solidaire de la cause chagossienne - 12 septembre 2013 : Deux routes comme vous ne les verrez plus ! -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > Massavana, la révolte des esclaves en mer

Il y a 251 ans

Massavana, la révolte des esclaves en mer

18 février 2017
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 18 février 1766, il y a 251 ans, les esclaves malgaches embarqués sur le navire « Meermin » se révoltent. Parmi eux, Massavana joue un rôle de premier plan, résistant jusqu’au bout. Il termine ses jours dans une prison qui deviendra par la suite célèbre : « Robben Island ». Oubli pa zistoir Massavana. Zistoir-là i ramasse pas menteur !

"Combattant de la liberté", Deviant art, by Choklitdaddy

Navé in bateau, té i appelle « Meermin »


Mi ramasse pas menteur, sa in zistoire lé vrai pou vraiment. In bougue i appelle Tristan Hoareau la raconté, dans la revue « Généalogie réunionnaise ». Le zistoire i commence Madagascar, dans la ville Tuléar (Toliara i dit en Malgache) en janvier 1766, dann temps l’esclavage.

Navé in bateau, té i appelle « Meermin », in nom hollandais pou dit « sirène », bann femme-poisson i vive dans la mer. Le « Meermin » té i appartient la « Compagnie Hollandaise des Indes Orientales ». Li té fine embarque cent-cinquante zesclave malgache à fond-de-cale, pou vann en Afrique-du-sud.

Le capitaine, Gerrit Muller, té i commann in l’équipage soixante matelot, sanm in « subrécargue », in l’espèce l’intendant, té i appelle Krause, ec son l’assistant, Olaf Leij.

Source : theispot.blogspot

Le roi de Tuléar lavé peur Massavana i prend sa place


Sak i faut connaîte, souvent-des-fois bann capitaine bateau négrier té i rajoute en missouque inn deuxième cargaison de zesclave que zot té i déclare pas la Compagnie. L’argent de la vente té i rente directement dans zot poche.

Comme sa-même Gerrit Muller ec Krause lavé fait rente cent-cinquante zesclave en plus dans sak i appelle « l’entrepont ». L’entrepont sé inn ti lespace rente le pont ec la cale : navé même point la place pou deboute, bann zesclave té i resse assise ou allongé tout-le-temps.

Là-même i commence le zistoire Massavana.

Le roi de Tuléar lavé envoye Massavana ec son dalon Koséi en mission pou inspecté le bateau. Avant qu’in bateau té i quitte le port, té i vérifie si la cargaison té bien sak lavé déclaré, par rapport la taxe navé pou payé. En réalité té in piège : le roi de Tuléar lavé peur Massavana i prend sa place.

By John Lautermilch

Alala bann matelot la saute su le deux bougue


Quand Massavana ec Koséi l’arrive su le bateau, zot té bien reçu. Comment la fait l’inspection, kosa bonna la vu, personne i connaît pas. Mais quand té l’heure pou artsann à-terre, alala bann matelot la saute su le deux bougue, la arrache zot linge, la mette la chaîne dans zot pied et la fait rente azot dans l’entrepont.

Le bateau la lève-lanc le 20 janvier 1766. Normalement le voyage jusqu’à le Cap Bonne-Espérance té i dure quate semaine. Ec la chaleur, bann zesclave entassé dans l’entrepont la tonm malade : typhus ec la dysenterie la commence tué deux-trois. Pou Capitaine Muller ec son l’assistant Olaf, zot té perde l’argent.

Alors zot la décide fait monte zesclave su le pont, pou laisse azot respire in coup et fait l’exercice. Bann zesclave té i lave le pont, zot té i donne la main pou manoeuve bann voile, zot té rale su la corde, zot té oriente bann voile.

Révolte d’esclaves, sur le bateau "La Amistad" en route pour les Etats-Unis, en 1839. By Hale Woodruff.

Bann malgache té fine choisi in chef


Le 18 février té le jour i nettoye bateau. Subrécargue Krause la donne zesclave té su le pont inn dizaine pique rouillé pou nettoyé et pou aiguisé. Sak Krause ec Olaf té i connaît pas, sé que bann malgache té fine choisi in chef, Massavana. Zot navé in plan : prann le bateau pou zot et artourne dans zot pays, Madagascar.

Dès que bonna té fine bien aiguisé le bann pique, zot la attaque l’équipage. Zot la tué le subrécargue Krause, zot la blesse le capitaine Mûller. Zot la arrache fusil dans la main bann matelot, zot la tué in bon peu de matelot coup de fusil, zot la jette in peu dans la mer. Et zot la libère zot camarade té enchaîné dans l’entrepont ec la cale.

Capitaine Muller, l’assistant Olaf Leij ec inn vingtaine matelot la ni à-bout chappé, zot la court dans l’armurerie et zot la barricade la porte. Zot navé de fusil ec la poude, mais zot navé point de réserve : zot navé point de l’eau, zot navé point de nourriture.

"Slave rebellion", by Edouard Antoine Renard

Sa la pas Madagascar, sa !


Trois jour la passé. Navé pu rien pou mangé, navé pu rien pou boire. Capitaine Muller té blessé, alors Olaf Leij la sorte dehors ec inn barrique la poude. Li té tient-beau inn mêche allumé dans son main :

Arrête là-même, Olaf la crié, sinon-sa mi fait pète le bateau ! Kosa zot i veut ?
— Ramène anous dans noute pays, Madagascar, la dit Massavana, et ni tué pas zot !
— Lé bon, la dit Olaf, na fait comme sa-même.

Pendant trois-quate jour, Olaf la roule bann zesclave dans la farine : le bateau té i armonte pas nord-est, li té tsann sud-ouest. Quand zot la vu la terre, Massavana la crié :

Sa la pas Madagascar, sa ! D’après le soleil, la côte lé à l’ouest, alors qui devrait ête à l’est ! En plus le bann zoiseau la pas de zoiseau de Madagascar, sa sé de zoiseau nous la jamais vu !

Deviant art, by Latuff2

Zot la parti trape zot fusil


Non, sa Madagascar même, sa ! Olaf la réponn, simplement le bateau la dérivé : sak ou oit là, sa la pas la côte ouest côté Tuléar, sa la côte est, côté Fort-Dauphin, « Tolagnaro » i dit en malgache. Akoz sa-même ou reconnaît pas.

Pou dit la vérité le bateau té fine arrive en face le Cap-Zaiguille, en Afrique du Sud, où sak l’océan Indien i vient maillé sanm l’océan Atlantique.

Olaf la jette-lanc au large. A-terre bann colon hollandais lavé remarqué le bateau navé point de pavillon, navé point de drapeau.

Sa té i veut dire le bateau té en détresse. Zot la parti trape zot fusil et zot la envoye in bougue pou prévenir le gouvernement.

Le "Meermin", navire négrier de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Compagnie, ou VOC) construit à Amsterdam sur un chantier naval de la Compagnie et lancé en 1760. Source : academic.ru

Zot la attann sept jour


Massavana té pas sûr zot té fine arrive Madagascar. Li la tourné-viré pendant trois jour. Quatrième jour li la envoye inn trentaine de bougue dans inn chaloupe :

Bonna, la dit Massavana, zot i débarque su la plage, zot i essaye oir si nous lé bien dans note pays. Si zot i reconnaît Madagascar, zot i allume trois feux su la plage.

Quand bann colon hollandais la vu débarqué inn troupe malgache, zot la compris té de zesclave lavé révolté. Zot la tiré : inn quinzaine malgache la resse à-terre, le resse la essaye chappé, mais bann colon la rattrape azot.

A bord de bateau, personne lavé pas vu rien, la côte té trop loin. Té i resse environ trente matelot ec inn cinquantaine malgache. Bonna té i attann la chaloupe i revient. Zot la attann sept jour.

Le "Meermin". Source : academic.ru

Sa noute pays ! Madagascar !


En missouque Olaf la mette inn lette dans inn bouteille, li la bouché ec la cire, et li la jette à la mer. La bouteille l’arrive su la plage. Le commandant la lire : « Bann zesclave malgache la révolté. Allume trois feux su la plage pou fait croire nous la fine arrive Madagascar ».

La lette l’arrive ec commandant Le Sueur. Le 7 mars 1766, commandant Le Sueur la fait allume trois feux su la plage. A bord de bateau, quand bann malgache la vu le trois feux, zot la crié :
— Sa noute pays ! Madagascar ! Allons débarqué !

Massavana la donne l’orde pou débarqué, mais li-même ec son dalon Koséi, sanm inn dizaine zesclave la resse su le bateau, pou veille bann matelot prisonnier. Dès que bann canote l’arrive su la plage, la troupe colon la tire coup de fusil. La plupart de malgache lé mort là-même en place, le resse té fait prisonnier.

Massavana ec Koséi la attann encore deux jour avant de tsann à-terre. Zot té fait prisonnier. La envoye azot au Cap pou passe tribunal.

"Robben Island". Source : academic.ru

Massavana lé mort en prison


Pou commencé, le cas de capitaine Muller ec son l’adjoint Leij té pas clair : zot lavé violé le réglement de la Compagnie, zot lavé mette sagaie dans la main bann zesclave et zot lavé transporte cent-cinquante zesclave sans déclaré et sans paye la taxe ! Zot té condamné à paye inn amende, zot té renvoyé de la Compagnie, et zot té interdit de séjour au Cap.

Tant qu’à Massavana ec Koséi, normalement zot noré dû ête condamné à mort. Mais té bann matelot zot-même lavé mette sagaie dans zot main : zot révolte té pas prémédité ! Comme lavé point de preuve conte zot, le 25 août 1766 zot té envoyé « provisoirement » dans la prison de « Robben Island ».

Le provisoire té finalement définitif. Massavana lé mort en prison le 2 dessanm 1769. Son camarade Koséi la vive encore vingt-an. Li aussi lé mort en prison en 1789.

Deux-cents-an après-là, inn ote prisonnier la rente dans la prison de « Robben Island », li té i appelle Nelson Mandela.

Jean-Claude Legros

Mandela, Robben Island, by Alan Levine

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter