Categories

7 au hasard 13 novembre 2013 : En 1988 : « face au squale, pas de panique » - 5 octobre 2013 : Dédé Lansor, Réyoné si la tèr La Rényon - 25 décembre 2014 : « Sa pa nout monde sa, allons artourne dans nout ghetto ! » - 26 novembre 2013 : « Free Gandia » réclament les Rastas - 2 août 2013 : « Zones mortes » dans l’océan Indien - 21 novembre 2013 : Science-po : La Réunion à la traîne - 24 juillet 2016 : « Clinton a fait un énorme doigt d’honneur à l’aile progressiste du parti » - 30 septembre 2013 : Envoyez votre message aux extraterrestres ! - 17 janvier 2015 : Et si les créoles (re)colonisaient les oreilles ? - 22 avril 2015 : Le Port : une jeune ville de 120 ans -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Lamoukate... Totoche... Kouniche... Languette !

Ce que parler veut dire (5)

Lamoukate... Totoche... Kouniche... Languette !

22 mars 2014
Marcel Lenormand
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Sollicités il y a quelques années de cela par un quotidien local pour apporter des mots nouveaux issus du vocabulaire créole réunionnais au dictionnaire Larousse de la langue française, l’un de nos meilleurs humoristes et l’un de nos meilleurs linguistes n’ont rien trouvé de mieux que de proposer les mots « moucater » et « totocher » : ont-ils bien pris conscience de la charge étymologique de ces vocables ?

PNG - 627.8 ko

« Moucater » vient du substantif « lamoucate » (ou « lamoukate ») qui désigne à l’origine d’une part les matières placentaires accompagnant le vêlage de la vache lorsqu’elle met au monde ses petits et d’autre part les sécrétions blanchâtres et malodorantes qui apparaissent entre le gland et le prépuce chez l’homme.

Quant au verbe « totocher », il vient du substantif « totoche », variante redoublée de « toche », qui désigne le sexe féminin. Il est d’ailleurs significatif de relever que les trois verbes dérivés de mots désignant le sexe féminin, « toche », « couniche » (ou « kouniche ») et « languette » (ce dernier désignant plus particulièrement le clitoris) ont fini par être synonymes de frapper, de donner des coups : est-ce à l’honneur de la gent masculine ?

Dans le même ordre d’idées, les mots « baise », « baisé », « baisement » qui à l’origine font référence à l’acte d’amour, ont fini eux aussi par recouvrir la notion de coups et de raclées (ce glissement sémantique étant par ailleurs très voisin de celui que l’on peut également observer en français).

Enfin pour la bonne bouche, faisons un sort au faux verbes « quitte » que l’on croit trouver dans les expressions « quitte ton manman », « quitte ta mère » (ou ton marraine ou ton « nénenne ») et qui ne décrit nullement le comportement ingrat de celui qui abandonne tout derrière lui, mais qui procède en réalité de la contraction de l’expression « cul de » (prononcé "kit") : cul de ta mère, de ta marraine, de ta « nénenne », etc... (les mauriciens disent « Ki manman ou »).

Et c’est hélas le point commun que l’on peut trouver entre toutes ces expressions où l’indélicatesse le dispute à la négation du sentiment de respect : il s’agit dans chaque cas de ramener au niveau le plus bas ce qui a trait aux femmes, surtout celles de l’entourage familial le plus immédiat, la mère, la marraine, la tante (la « tantine ») ou la « nénenne ».

Certes c’est le principe même de l’injure que de frapper là où cela fait le plus mal, mais y a-t-il lieu d’en être fier ? Au point de vouloir glorifier ce vocabulaire ordurier en le faisant entrer dans le Larousse de la langue française ? Est-ce que ce sont là les morceaux de bravoure de notre langue créole réunionnaise ?

Marcel Lenormand

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter