Categories

7 au hasard 26 avril 2016 : Stéphane Fouassin, Hercule des Salazes - 16 mai 2014 : Star Wars, épisode 8 : « La Menace Barkhane » - 29 décembre 2014 : Un téléphérique pour Noël 2015 ? Chiche ! Ou alors 2016... - 13 juin 2012 : Le tout-automobile paralyse notre économie - 4 juillet 2016 : In Réyoné lé for : la pi lèr po douté ! - 13 mai 2016 : Le rhinocéros de Sumatra en voie de... conservation - 9 août 2014 : Le génie réunionnais : gout a nou ! (1) - 21 mars 2013 : Maurice : partenariat technologique avec l’Ouganda - 23 novembre 2013 : Aogashima, l’île la plus insolite de la Terre - 13 juillet 2015 : Developing Zero Gravity Tourism in Reunion Island... Why not ? -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > La guerre la pété ! La révolte dann café !

La guerre de Saint-Leu

La guerre la pété ! La révolte dann café !

7 novembre 2015
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Tambour té i donne calou, la flûte gouyave té i siffe, lansive té i sonne pou le mort »... « 7 Lames la Mer » vous livre le récit passionnant de la révolte des esclaves à Saint-Leu au 19ème siècle, publié pour la première fois en 1969 dans le supplément N°4 de « Réalités et perspectives réunionnaises ». La guerre Saint-Leu, sa in zistoire vrai même sa. Sa té l’année 1811, dann temps l’esclavage, quand bann Zanglais té i commann la Réunion...

Lithographie d’Antoine Roussin

In zesclave té i appelle Paulin la raconte sa M. de Châteauvieux. Dans son live « Histoire de Saint-Leu », M. de Châteauvieux la raconte la guerre Saint-Leu, seulement ni connaît pas si toute sa que li la dit té vrai, ni connaît pas non pli si li la dit toute. Quand même sa, le live i resse in moyen pou nou découve zistoire nout pays. Dann temps-là, la Réunion, navé bann gros propriétaire, té i possède la terre. Navé bann ti blanc, té plutôt pauve, et navé zesclave.

Zesclave té i sorte côté de nous là-même en Afrique, Madagascar, in peu en Inde. Sa queté sar rode zesclave noir en Afrique o-sinon Madagascar, té i appelle « négrier ». Zot té i arrive dans in village sanm zot fusil, zot té i fait le tri rente le zomme ec le fanm pou oir quel té en bonne santé, quel té costaud. Zist té i regarde si le dent té en bon état. Après-là zot té i sépare le boug ec son fanm, le manman ec son zenfant. Té i anmarre zot pied ec zot main sanm la chaine, té i pousse azot dann bateau coup de chabouk, té i entasse azot dann fond la cale par coup de deux-cent, trois-cent. Té i emmène azot la Réunion, Maurice, o-sinon l’ote côté-là-bas, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Haïti, Saint-Domingue, toute sa là, jusqu’à en Amérique.

"Entassement de captifs à l’intérieur d’un navire négrier" (Bibliothèque de l’Arsenal, Paris)

In bon peu de zesclave té i arrive pas au boute, zot té i mort là-même dann bateau. In peu té i rode révolté, mais bann négrier té i tué le peu. In coup, su in bateau té i sorte Madagascar, Malgache la révolté. Bann négrier la tué cent quarante. Quand zesclave té i arrive la Réunion, navé inn loi pou zot, té i appelle « Code Noir ». Code noir té i dit comme sa :

Zesclave sa in meube sa, mais seulement in meube vivant, li na le corps mais li n’a l’âme aussi. I faut baptise ali dans la religion chrétienne.
Le noir n’a point le droit marié sanm blanc.
Li possède pas rien.
Li doit obéir son maite, salué bann blanc, donne azot chemin, resse en place si la dit ali.
Si de moune i oit ali marche sanm in gros bâton, i faut donne ali coup de chabouk.
Si i oit ali cause ec deux-trois zot zesclave, coup de chabouk, o-sinon i marque ali sanm in fer i sorte dann feu, i poique bien même, i appelle « fleur-de-lys ».
Si li arcommence, la mort pou li.
Si li vole brède, songe, patate, manioc, volaille : coup de chabouk ec fleur-de-lys.
Si li vole in cabri, in bœuf : la mort.
Si li rode tape in blanc : la mort.
Si li vole chemin pou allé marron dann bois : i coupe son deux zoreille et i marque ali sanm fleur-de-lys.
Si li arcommence : fleur-de-lys et i coupe son pied.
Troisième coup : la mort.

"La chasse aux nègres" par Castelli

Zesclave té i vive comme zanimaux, té i donne ali brède pou mangé, vieux linge déchiré pou li mette, son case té pareil in parc cochon, son meube té deux-trois calebasse. Li té travaille toute la journée, depuis que soleil i lève jusqu’à temps la nuite l’arrivé. Pou le moinn ti zaffaire li té fait, li té gaingne vingt coup de chabouk. Leconte de Lisle la dit comme sa, quand li té jeune, toute la journée li té entann zesclave après gaingne coup de chabouk, té i criye, té i criye, té i criye depuis matin jusqu’au soir.

En 1775 Parny i raconte li la vu in zesclave, navé sept mois bann négrier lavé tire ali dans son pays. Li té mange pu rien, li té sar mort. Bonna la dit Parny baptise ali. Le bougue la guette in coup Parny, la demann ali pou kosa li t’après verse de l’eau su son tête. Quand Parny la esplique ali la mort, Bon Dieu, la résurrection, le zesclave la vire son tête l’aute côté, li la dit comme sa :

— Anou le noir, quand nou lé mort, na pu rien. Mi veut pas revive encore in coup, comme ou dit : semanqué l’aute côté-là-bas mi artonm encore oute zesclave.

Navé bon peu zesclave té i rode chappé pou allé marron dans la montagne. In peu té i vole canote bord de mer pou essaye artourne dans zot pays, Madagascar. In peu té i révolte : comme sa même la pète la guerre Saint-Leu.

Séance de la Convention Nationale du 16 pluviose, An II, abolissant l’esclavage. (Dessin de Monsiau, musée Carnavalet, imprimé par Océan Editions en 1989)

En France là-bas, depuis 1789, té fine fait la Révolution. Bann révolutionnaire lavé dit comme sa : « Toute de moune lé pareil, toute de moune na le même droit, zot lé égaux ». En 1794 bann révolutionnaire la aboli l’esclavage, l’esclavage té interdit par la loi : « Toute de moune lé libe ». La envoye deux bougue té i appelle Baco ec Burnel, sanm 2.200 soldats pou allé abolir l’esclavage l’île Maurice ec la Réunion.

Mais bann gros blanc propriétaire té pas d’accord pou libère zot zesclave. Quand Baco ec Burnel l’arrive Maurice en 1796, bann blanc l’armette azot de force dann bateau et l’esclavage la pas été aboli. Zesclave la Réunion navé encore cinquante-deux-an pou attann. Dann temps-là, Saint-Leu navé in prête, Père Lafosse, té i prend la défense bann zesclave. Li té dit partout :
— Le noir ec le blanc lé pareil, zot toute sé zenfant Bon Dieu.
Zesclave té i acoute ali.

"Noirs marrons dans la forêt" (Source ADR)

L’année 1810, la Réunion navé 15.000 blanc pou 52.000 zesclave et navé la guerre rente la France ec l’Angleterre. Zanglais la envoye 82 bateau ec 6.000 soldat pou débarque la Réunion. La France navé seulement quate cent soldat pou défann la Réunion. Zanglais la gaingne la bataille la Redoute, côté Saint-Denis, et zot la commann la Réunion pendant cinq-an, jusqu’en 1815. Zot la confisqué toute fusil la guerre, la laisse rien que fusil de chasse pou bann chasseur.

Zesclave la magine in coup le mouvement té bon-même pou zot. Bann blanc lavé perde la guerre, et zot navé pu de fusil. En plus Saint-Leu navé point bon peu de blanc, toute la bann té i resse Saint-Paul. Saint-Leu navé par là 500 blanc pou 5.000 zesclave.

Inn bann zesclave le Gol sanm inn bann zesclave Saint-Leu la magine in tic-tac pou vole fusil de chasse ec pistolet bann blanc. Après-là, zot té pou rale toute bann zesclave sanm zot, pou fait la révolte et pou libère toute la Réunion. Dans la bann, le chef té appelle Jean, li té « kouloumbé », sa té veut dire commandeur, la case Maillot. Li té connaît lire et écrire. Navé Elie, forgeron la case Célestin Hibon. Elie navé deux frère : Jules, zesclave Henri Hibon, ec Prudent, zesclave Benoit Hibon. Navé encore Martyr, Hercule, Vincent ec Romain.

Sa té début novanm 1811. Mais navé in bougue, té i appelle Figaro, zesclave Madame Legrand, la connu kosa bonna té i sar fait. Figaro la magine in coup :
— Semanqué bann blanc va donne amoin in bonn ti monnaie.

Lundi 4 novanm, Figaro la parti oir Commissaire le Gol, té i appelle La Gironde, pou raconte ali toute le zistoire. Commissaire La Gironde la trappe Jean tout-de-suite là-même, mais Jean la pas dit le nom son bann dalon.

Propriétaire de zesclave té étonné : in peu lavé peur, la parti prépare zot fusil, in peu té i croit pas, té i comprend pas comment in noir la fine arrive kouloumbé, rien que soulier té i manque ali, lavé ose révolté conte son maite. Commissaire le Gol la mette Jean la geôle et la envoye in bougue, té i appelle Sauvage, pou prévenir Commissaire Saint-Leu.

Lannmain soir, mardi 5 novanm, Adam Maricourt té i sorte son case, au Gol, pou allé la case Prosper Hibon. Li navé son fusil deux-coup ec son deux pistolet. Son zesclave Sabin té i amène son cheval. Quand li la passe dann chemin Madame Legrand, Maricourt la bute su inn bann zesclave t’après causé. Li la dit azot « dégage », mais bonna la saute dessus li, la rode tué ali. Le zesclave Sabin lavé peur, li la chappé. Reusement pou Maricourt, inn patrouille l’arrivé pou sauve ali. Sa té mardi 5 novanm au soir, mais bann zesclave la attann encore deux jour pou levé. Et bann propriétaire, inn fois que té fine mette Jean la geôle, la magine le zistoire té fini.

Lansive té i sonne pou le mort.

Jeudi 8, Elie la remplace Jean, té li té i commann asteure. Li la dit toute bann zesclave suive ali jusqu’à dann fond la Ravine Le Trou, dans les hauts de Saint-Leu. Grand-matin, vendredi 9, navé par-là dans les cent zesclave té fine rassemblé. Zot lavé amène la musique : tambour, flûte-gouyave, l’ansive, toute-sa-là.

Elie té le chef, li té sanm son deux frère, Jules ec Prudent. Elie té encore jeune, li té plutôt petit, mais son zépaule té carré. Dans son main li té tient-beau son bâton pou commandé, inn règue en fer. Elie té forgeron la case Célestin Hibon. Jules té plus grand, li navé in gros bâton. Toute la bann té là : Prudent, Hercule, Vincent, Romain ec Martyr té i marche sanm in bel kalou. Elie la dit : « Allons nou » et zot la tsann la case Jean Macé.

Grand-matin, Jean Macé té fine levé, li t’après fumé dehors, devant la porte. Dans la case, navé sa femme, sonn ti fille deux-an ec son zesclave Adélaïde. Là-même Elie ec son bann la déboulé : tambour té i résonne, flûte-gouyave té i siffe, lansive té i sonne. Jean Macé té coincé, li té gaingne pu fait rien. Zanglais té fine ramasse son fusil de guerre et son fusil de chasse té pas là, lavé resse la case Désiré Macé, depuis mois d’août, quand zot té parti la chasse merle.

Li la gaingne jusse le temps rente dans son case, ferme la porte, mette le taquet. Li la criye sa femme ec son zesclave : « Prépare azot pou sauvé ». Dehors bann zesclave t’après casse la porte. Jean Macé té i tient-beau le taquet, mais bonna la fait passe inn pince rente la porte ec le battant, zot la fait saute le taquet. Zot la passe zot main par anndans pou arrache la porte.

Alors Jean Macé la rouve la porte, li la fait tonm deux bougue à-terre. Li té sar rale bann zesclave derrière li, pou laisse son famille le temps de sauvé. Jean Macé la sorte dehors, li la ramasse in bâton lavé tonm à-terre et li la crié :
— Spèce brigand, m’aprann azot attaque le blanc !

Prudent té côté de li là-même, Jean Macé la fait pète la figure de Prudent in coup de bâton, et li la court dans la pente. Bonna la court derrière, Jules premier pou arrive su li. Jean Macé la envoye ali in coup de bâton navé encore le sang Prudent dessus. Jules la gaingne emparé, le deux bougue la commence bataille. Jean Macé la essaye soulève Jules, li la pas ni à-bout. Le deux bougue la roule à-terre. Toute bann zesclave l’arrivé, zot la saute su Jean Macé. In coup de kalou, Martyr la crase la tête Jean Macé.

Jean Macé té mort. Bann zesclave la sépare en deux : in peu la parti su la propriété de Pierre Hibon, in peu su sa de Benoit Hibon. Sa que la parti la case Pierre Hibon la bute su le bougue. Pierre Hibon té sanm son zesclave ec son kouloumbé té i appelle José. Le trois bougue la ni à-bout arfoule bann zesclave. Sa que té parti la case Benoit Hibon, le maite Prudent, l’arrive dans la plantation de café, côté son case : tambour té i donne calou, flûte gouyave té i siffe, l’ansive té i résonne.

L’ote côté par là-bas, navé la case Armel Macé, le frère Jean Macé. Armel Macé té fine levé, li t’après songne son cheval. Li la entann son zesclave, in jeune marmaille té i appelle Paulin, la déboule dans la pente, li té criye :
— La guerre ! La guerre la pété ! La révolte dann café !

Armel Macé la court son case, li la trape son fusil deux coup ec in sac rempli de balle ec la poude. Li la anmarre le sac dann cou Paulin, li la dit :
— Pas besoin ou la peur, mounoir, resse côté de moin, pou donne amoin le balle ec la poude, quand moin nora besoin. Ma monte aou comment mi sar régale ce tas de brigand.

Jusse là-même, inn bann zesclave l’arrivé dans l’allée de vacoa té i amène son case, Martyr en tête. Armel la vise ali, li la tiré, Martyr la tonm à-terre, li té mort. Zesclave la entoure le cadave Martyr. Armel Macé la profité pou batte arrière et recharge son fusil. Bann zesclave la court dessus li, zot té veut venge Martyr, mais quand zot la avancé, Armel la vise azot ec son fusil et bonna la cale en place. A force reculé, Armel Macé ec Paulin l’arrive su la terrasse jusse par en-haut la plantation de café. Seulement zot la pas tonm en face l’escalier, zot té obligé de saute dann fond. Armel Macé la criye Paulin « saute » et li la mette in genou à-terre pou visé. Li la tire son deuxième coup de fusil, in zesclave la tonm à terre, mort.

Paulin la saute dann fond, Armel Macé la suive ali. Le deux bougue la coupe dann carreau de café, zesclave derrière zot, Elie té en tête. Armel Macé la cale in coup pou vise ali, li la tiré, mais la balle la jusse grafine le bras Elie, et la parti en plein dann coeur in ote bougue par-derrière. Le bougue la tonm à terre, li té mort. Asteure fusil Armel Macé té pu chargé, alors li la trape le canon ec son deux main pou assomme Elie coup de crosse. Elie la fonce su li sanm son hache. Terre-là même le deux bougue té i joué ensanm, Armel ec Elie, quand zot té marmaille. Armel la criye Paulin « sauve aou », Elie la lève son hache en-l’air, li la rouve la tête Armel Macé en deux. Paulin la file dans la pente côté la case Arsène Dennemont.

Arsène Dennemont té i connait zistoire le Gol, li té sar tsann Saint-Leu, pou oir kosa la fait. Quand Paulin té fine raconte ali toute le zistoire, Dennemont la envoye in zesclave, té i appelle Monpremier, la case Duportail jusse côté-là-même. Monpremier ec Paulin la parti prévenit la famille Duportail. Té pencore huit heure dematin. Arsène Dennemont la parti oir toute bann zabitant chemin de ligne, pou dit azot tsann Saint-Leu vitement, « la guerre la pété ! ».

Saint-Leu, place de l’hôtel de ville. Lithographie d’Antoine Roussin

Huit-heure de matin, de moune Saint-Leu té i sorte levé, zot té sar l’Hôtel-de-Ville. Commissaire de Saint Leu la convoque toute bann propriétaire pou raconte azot kosa Commissaire le Gol lavé dit. Zot t’après discuté pou oir kosa i fallait faire pou le cas que bann zesclave noré révolté pou-de-bon. Tout-d’in-coup, zot la entann in gros désorde. Zot la sorte dehors pou oir kosa la fait. Comme sa-même zot la tonm su Duportail, Arsène Dennemont, Monpremier ec Paulin.

Arsène Dennemont la esplique azot sa que Paulin lavé raconte ali. Li la dit comme sa :
— I faut ni empêche bann zesclave révolté rale sanm zot toute zesclave la Réunion. Si bann Zanglais la fine ramasse zot fusil-de guerre, prend zot fusil-de-chasse.
Personne té i gaingne pu dit rien. Premier pou causé té Henri Ricquebourg. Bonna té i criye ali « Désert », à cause li-même té premier blanc té né dann désert « Boucan Laleu ». Désert té d’accord sanm Dennemont :
— I faut ni crase toute ce bann zesclave révolté !
Vingt-trois bougue la levé pou suive ali.

Té pencore neuve-heure dematin, vingt-cinq bougue té i monte dann sentier « gros prunier », dann fond la Ravine du Pou. Bonna lavé mette Fougeroux pou commandé, malgré té i manque ali in bras. In bras li lavé perde dann temps li té soldat. Quand-même-sa, li navé son fusil, son deux pistolet ec son sabe. Derrière, navé Paulin, Monpremier, sanm deux-trois zesclave. Dann chemin de ligne, Fougeroux la casse contour par en-bas, côté Pas-de-Bellecombe, dann fond la Ravine le Trou. Quand zot l’arrive su la propriété Lossandier, pas loin la case Dennemont ec Macé, zot la entann bann zesclave révolté t’après crié, tambour té i donne calou, la flûte gouyave té i siffe, lansive té i sonne pou le mort.

Quand zot té fine tué Armel Macé, Elie ec son bann la passe dann toute la case su le chemin de ligne pou rale zesclave sanm zot. In peu lavé peur, té i préfère resse ec zot maite. In peu té i suive, à la fin navé in bon paquet. Navé in bougue té i appelle Caprice, zesclave De Villèle. Elie la magine in coup :
— I faut ni tsann Saint-Leu, là-même la guerre na pou pété !
Mais zot té in peu tard. Quand Fougeroux la entann azot, li la compris bonna té i sar tsann en ville. Fougeroux la dit :
— I faut barre azot chemin terre-là même ! Pas question laisse azot arrive Saint-Leu.
Li navé in tic-tac. Comme zot té su inn plantation de café, li la sépare son l’équipe en deux, in peu par en-haut, in peu par en-bas et bann zesclave dann fond :
— Comme sa, quand Elie ec son bann v’arrivé, nous va laisse azot rente dann carreau de café et nou va commence tire coup de fusil. Quand nou sera fine tire coup de fusil, nou va trappe noute sabe pou achève sa qui resse.

Zesclave rebelle l’arrivé, toujours Elie en tête, sanm son frère Jules, ec Hercule, Vincent, toute la bann. Loin là-bas dann fond, zot la vu deux zesclave, zot la calculé té ni rejoinn azot. Allé oir, té Monpremier ec Paulin. Fougeroux lavé mette azot terre-là exprès pou fait le piège. La bann Elie la rente dann champ de café, in coup de fusil la pété, Vincent la tonm à terre, mort. Bann révolté té pris dann piège, coup de fusil la pète par en-haut, par en-bas, toute côté. Té le tour Hercule pou tombé, su le cadave Vincent.

Zesclave té i tonm à-terre inn après l’ote, té i relève pu. Inn instant, trente zesclave té fine mort. Sa que té encore vivant té i rode kosa la fait, zot té i oit pas quel côté coup de fusil té i sorte. Quand zot la compris zot lavé tonm dans in piège, té trop tard ! Zot la rode sauvé toute côté, mais vitement zot té fait prisonnier. Elie la gaingne chappé, coup de fusil té i siffe côté son zoreille mais la pas touche ali.

Dans l’allée Lossandier, Caprice, zesclave De Villèle, la tonm à terre, li té fine gaingne deux-trois coup de fusil, son sang té i coule partout, mais li té pencore mort. Joseph Dérand la court dessus li, li la lève son pistolet pou achève le bougue. Caprice té pencore baptisé, li la suppliye Dérand baptise ali avant li mort. Alors, ec in coco sec, Dérand la prend in peu de l’eau dans in trou de roche, li la verse su la tête Caprice, li la baptise le bougue. Quand té fini, Joseph Dérand la fait pète la tête Caprice in coup de fusil.

Quartier de Saint-Leu. Lithographie d’Antoine Roussin

La guerre Saint-Leu té fini : par-là dans le trente zesclave té mort. 21 novanm 1811, bann Zanglais la dresse in tribunal dans l’église Sainnis. Trente zesclave té condamné à mort. La coupe zot tête partout dann quartier pou fait peur bann zesclave. Zot la jette le resse en prison. Bonna la jamais ressorti, zot lé mort dans la prison. Elie la présente ali li-même devant tribunal, bann Zanglais la envoy ali en déportation.

30 novanm, i dit bann Zanglais la récompense Figaro pou la peine li lavé dénonce son camarade. Zot la rann ali son liberté, la donne ali inn pension 250 piasse par an, inn concession Saint-Joseph ec inn concession Cilaos. Li lé mort en 1860, cinquante ans après-là.

Jeune marmaille Paulin, bann Macé la donne ali zot nom viré en-l’envers, la appelle ali Céma. Céma la gaingne in boute la terre pou fait inn case. Li aussi la vive vieux. Ali même en 1860 la raconte toute le zistoire M. de Châteauvieux, sa que la écrit le live : « Histoire de Saint-Leu ».
Seulement 37 ans après la guerre Saint-Leu, l’esclavage té aboli la Réunion. En 1848, navé la Réunion 43.000 « blanc » ou « zomme libe » pou 60.000 zesclave.

Jean-Claude Legros
1969, article publié à l’origine dans le supplément N°4 de « Réalités et perspectives réunionnaises »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter