Categories

7 au hasard 18 mars 2013 : Chypre : l’austérité, arme de guerre ? - 24 mars 2016 : L’étrange destin de Zoreille - 3 juin 2014 : Australie : vraie austérité pour déficit virtuel - 8 octobre 2015 : Le séga débarque à Londres - 17 mai 2014 : Les particules élémentaires - 1er novembre 2013 : Laurence, tu nous manques - 6 août 2015 : Jeux des Iles : France hors-jeu - 22 juillet 2013 : Sauvons l’opéra Fridom - 15 juillet 2016 : Les amants maudits traqués dans la ravine - 28 novembre 2015 : Urgence pour quel cap politique ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > 7 écrit ici > La galerie éphémère des âmes errantes

Art urbain

La galerie éphémère des âmes errantes

15 mars 2015
GML
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

En attendant « Le Grand Plaza », les bâtiments abandonnés d’un ancien dispensaire ont été transformés par des artistes en galerie populaire et éphémère. Visite guidée sur les traces d’un Saint-Denis disparu. Tous les lieux ont une âme. Certains abritent même plusieurs âmes errantes...

On reconnaît le talent de Kid kréol (Jean-Sébastien Clain) et Boogie (Yannis Nanguet).

C’est une bâtisse délaissée dans le bas de la ville. Autrefois dispensaire, les lieux ont été désertés comme après un cataclysme : des papiers, des débris, des déchets jonchent le sol. Des tables et des poubelles sont renversées. Les chaises, les ordinateurs sont encore là, comme pour suggérer que les occupants ont évacué le bâtiment dans la précipitation.

Des chaussures éparpillées — qu’une main anonyme a rassemblées en tas — semblent indiquer que leurs propriétaires se sont enfuis dans une panique générale...

Depuis, c’est le grand silence, la grande solitude avant « Le Grand Plaza » ! Complexe moderne qui réunira des cinémas, des restaurants, des commerces et un parking... Mais que deviendront les œuvres qui hantent désormais les lieux ? Car des artistes ont investi les murs pour les transformer en galerie d’art populaire. Et éphémère.

Ils invitent les spectateurs qui bravent les interdits (CHANTIER INTERDIT AU PUBLIC) à un parcours de rêveries fantomatiques et fantasmagoriques.

GML a bravé le panneau d’interdiction pour nous faire partager la magie de cette galerie d’art éphémère. Laissez-vous guider.

Tous les lieux ont une âme. Certains abritent même plusieurs âmes errantes...

7 Lames la Mer

Un complexe de plusieurs salles est à venir sur ce terrain, au bas de la ville. Pourtant des « représentations événementielles » semblent déjà avoir lieu dans cette enceinte délaissée. Espace « cosmique » où un Dieu païen nous accueille et nous invite à la création du moment...

Avant de passer « la porte » : porte du rêve, de l’imagination, de la folie créatrice… La porte dessinée par Kid kréol & Boogie...

S’acquitter du droit d’entrée si l’on n’est pas un invité privilégié : ombres de la nuit, vampires, dandys ou autres spectres charmants…

Le site est bien équipé. Totalement climatisé. Et informatisé...

Le prix à payer est particulier : se délester de ses souliers, se rendre léger.

Quel public fantomatique hante cette scène fantastique ? Les âmes des anciens cinéphiles du Casino, du Rio, du Montreuil ? Ou les spectateurs errants du théâtre Vollard en quête de salle perdue… Ce n’est plus le moment de soliloquer, le spectacle va commencer.

Des places assises sont proposées le long du parcours scénique. En intérieur... comme en extérieur.

Les dernières retouches devant « le miroir »

Le « rideau rouge » se lève, le spectacle peut commencer...

« Le hall » se vide...

La « troupe » apparaît et nous entraîne dans son sillage.

Les pérégrinations se poursuivent sur tout le site...

Jusqu’au final...

Le spectacle est terminé. Même les Dieux sont fatigués ; il est temps de se retirer sur la pointe de pieds... Kid kréol & Boogie.

Rendez-vous à la prochaine création.

MGL
Février 2015

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter