Categories

7 au hasard 14 avril 2013 : Des villageois face à un géant de l’industrie mondiale - 26 juin 2013 : Le 500ème condamné à mort est une femme - 20 février 2014 : Les ouvriers étrangers mangent-ils notre « gazon d’riz » ? - 16 février 2016 : Va-t-on f... la paix aux ramasseurs de capucins-carême ? - 16 août 2016 : Paris : le pavillon oublié de La Réunion - 27 décembre 2015 : 20 décembre : c’est signé... alors soyons précis - 12 mai 2014 : Le 10 mai saint-paulois : un discret parfum de révisionnisme… - 7 mars 2013 : La journée internationale de l’infâme - 14 juin 2014 : USA-Irak : vers des « frappes aériennes »… et une alliance avec l’Iran ? - 5 avril 2014 : « Swa i fo nou lé komik, swa i fo nou dégaz ? » -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > La cantatrice, l’amant et le mari

Faits divers et littérature

La cantatrice, l’amant et le mari

5 mai 2015
Guy Martin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Une cantatrice, échouée à La Réunion, qui dévisse. Un entrepreneur chinois, féru d’opéra, qui a réussi à convoler en justes noces avec sa Diva. Un amant embobiné, pas très futé, qui ne cherche qu’à prendre du bon temps et qui se voit contraint de tuer le mari. L’assassinat qui échoue ; l’amant et la Diva-épouse traduits en Cour d’Assises ».

La cantatrice, par Pierre Alechinsky

Sommes-nous dans la réalité ou dans une pièce de théâtre ?

Dans la réalité, en partie, si on a suivi dans la presse les comptes-rendus de la Cour d’Assises. Plus précisément, celui concernant la tentative d’assassinat de l’entrepreneur tamponais par l’amant de sa femme.

Pas dans une pièce de théâtre, en tout cas pas encore. Ce pourrait être une nouvelle pièce de la « Troupe Vollard » ressuscitée. Car on retrouve tous les protagonistes de cette affaire sous la plume d’Emmanuel Genvrin.

Avec la même truculence que dans l’écriture de ses pièces de théâtre, il nous offre, dans le dernier numéro de la revue « Kanyar », une nouvelle savoureuse à partir de ce « fait-divers ».

Il en donnait d’ailleurs un dénouement délirant, avant même que la vraie affaire soit jugée. Le dernier numéro de cette revue étant paru en mars dernier.

Ça vaut donc le coup d’aller y jeter un œil et plus, car les autres nouvelles ont tout autant d’intérêt et révèlent même de véritables talents.

Si vous ne connaissez pas la revue « Kanyar », 4 numéros déjà sortis, ou si vous n’avez pas lu ce dernier numéro, comblez vite cette lacune, vous ne le regretterez pas.

G. Martin

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter