Categories

7 au hasard 7 novembre 2013 : 120.000 diabétiques à Maurice - 17 décembre 2014 : Vers un Parc national « à péage » ? - 18 décembre 2015 : Le Conseil constitutionnel lave Thierry Robert - 3 novembre 2013 : Celle qui n’était pas une femme de l’ombre - 25 mai 2014 : Le baptême marron de la Momie - 11 avril 2016 : Médiathèque Cimendef : quel gâchis M. le Président ! - 20 juin 2015 : Vivian, la femme qui faillit ne jamais exister - 27 mai 2014 : Présence sur Internet : Université de La Réunion en pâle position ! - 5 juillet 2015 : Abolition de l’esclavage : le grand plongeon - 27 juillet 2016 : Diego Garcia : impérialisme, boobs et bikini -

Accueil > Océan Indien > L’étrange secret de Frida et d’Amrita

Jeu de miroirs

L’étrange secret de Frida et d’Amrita

23 mai 2016
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Elles ne se sont jamais rencontrées. Et pourtant, rien ne ressemble plus à la Mexicaine Frida Kahlo qu’un autoportrait de l’Indienne Amrita Sher-Gil... Dans cette histoire telle un jeu de miroir, seule la mort a permis ce que la vie n’avait pas réalisé.

A gauche : autoportrait peint par Amrita Sher-Gil, 17 ans, 1930. A droite, Frida Kahlo, photographiée à 32 ans, par Nickolas Muray en 1939.

Le 6 juillet 1907, Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón — Frida Kahlo — voit le jour à Coyoacán au Mexique. Elle est la fille de Carl Wilhelm Kahlo Kauffmann, un photographe allemand, et de Matilde Calderón y González, une peintre mexicaine.

Frida Kahlo a 6 ans lorsque, le 30 janvier 1913, Amrita Sher-Gil vient au monde, à Budapest en Hongrie, d’une mère hongroise chanteuse d’opéra (Marie Antoinette Gottesmann) et d’un père indien, aristocrate sikh, érudit en sanskrit et photographe (Umarao Singh Sher-Gil Majithia).

A gauche : Frida Kahlo à 32 ans, portant des boucles d’oreilles (en forme de main) offertes par Picasso. Cette photo prise en 1939 est signée par Nickolas Muray.
A droite, 9 ans plus tôt, Amrita Sher-Gil réalise cet autoportrait (1930).
Les similitudes entre ces deux images, que 9 ans séparent, sont frappantes : même châle pourpre sur les épaules, même position de la main droite... La ressemblance des visages est notamment soulignée par l’épaisseur atypique des sourcils qui semblent se rejoindre par le milieu, dessinant comme les ailes d’un oiseau. Sur les deux visages, un petit duvet ourle le contour de la lèvre supérieure, esquissant l’ombre d’une légère moustache. Les longs cheveux noirs, séparés par une raie au milieu, sont lissés, attachés et forment comme un casque.

Frida Kahlo et Amrita Sher-Gil ont toutes les deux un père photographe et une mère artiste.

Elles vont chacune devenir des peintres de premier plan dans l’histoire de leurs pays respectifs — le Mexique et l’Inde — et au delà.

L’histoire retiendra d’elles évidemment l’immensité de leur talent, l’intensité de leurs œuvres ; mais elle retiendra à la même enseigne la singulière force de caractère de ces deux femmes.

A gauche, Frida Kahlo, photographiée par Nickolas Muray, en 1940. Frida est alors âgée de 33 ans. A droite, Amrita Sher-Gil... Indienne du Mexique pour Frida ; Indienne de l’Inde pour Amrita.

Leur influence ira grandissant après leur mort, jusqu’a les transformer en véritables icônes adulées. Amrita Sher-Gil — dont la renommée est plus récente — est d’ailleurs souvent qualifiée de « Frida Kahlo indienne ».

Leurs œuvres respectives s’immergent dans un univers à mi-chemin entre dans le pays réel et le pays rêvé. Les deux femmes arborent les attributs de leurs ancêtres, portent des bijoux typés et s’habillent en Indiennes. Indienne du Mexique pour Frida ; Indienne de l’Inde pour Amrita.

Autoportraits d’Amrita Sher-Gil marquant la ressemblance avec Frida Kahlo.

Ces atours expriment une revendication identitaire, indigéniste et féministe...

Frida et Amrita peignent le quotidien, des scènes typiques, des personnages archétypaux, les espaces traditionnels et les rituels de leurs pays. Surtout, elles réalisent de nombreux autoportraits.

Ces derniers révèlent la vie parallèle des deux artistes, qui ne se sont pourtant jamais croisées ; souvent, Amrita se dessine sous des traits qui évoquent le visage de Frida.

A gauche, Amrita Sher-Gil en 1930 ; elle a 17 ans. A droite, Frida Kahlo, photographiée par Imogen Cunningham en 1931 ; Frida a alors 24 ans. Jeu de miroirs...

Parallélisme des sentiments : Frida et Amrita ne dissimulent ni leur tendance à l’homosexualité, ni leurs histoires d’amour extra-conjugales.

Indépendantes, femmes libres, engagées, elles incarnent, en ce début de 20ème siècle, un souffle nouveau, avant-gardiste, tant d’un point de vue artistique qu’en ce qui concerne la société dans laquelle elles vivent et leurs postures révolutionnaires respectives.

A gauche, autoportrait d’Amrita Sher-Gil. A droite, autoportrait de Frida Kahlo. Elles ne se sont jamais rencontrées, ni même croisées. Amrita séjourne à Paris de 1929 à 1934. Frida découvre Paris en 1939.

Frida Kahlo a 34 ans lorsque, le 5 décembre 1941, Amrita Sher-Gil meurt à l’âge de 28 ans, à Lahore (Pakistan), dans des circonstances troubles.

Amrita a-t-elle été victime d’un empoisonnement ? D’une intoxication alimentaire ? D’une péritonite ? D’une hémorragie consécutive à un avortement clandestin réalisé par son mari ? Aujourd’hui encore, des doutes demeurent quant aux causes de son décès.

Frida Kahlo, quant à elle, meurt 13 ans plus tard, à Coyoacán (Mexique), le 13 juillet 1954, à 47 ans, après une vie marquée par la souffrance ; à 6 ans, elle contracte la poliomyélite ; à 18 ans, elle est grièvement blessée dans un accident de bus...

A gauche, autoportrait réalisé par Amrita Sher-Gil en 1931 ; Amrita a alors 18 ans. A droite, Frida Kahlo, photographiée par son père, Guillermo Kahlo, en 1932. Frida a alors 25 ans.

Frida subira trois fausses couches et de multiples interventions chirurgicales aux conséquences douloureuses et handicapantes ; à 46 ans, elle est amputée de la jambe droite...

Quelles affinités mystérieuses, quels itinéraires ont rapproché la mémoire de ces deux femmes exceptionnelles pour les réunir enfin dans l’imaginaire commun ?

Qui est qui ? Frida Kahlo (1907-1954) et Amrita Sher-Gil (1913-1941).

Est-ce un testament artistique partagé qui nous a désignés légataires d’un étrange secret ? Le secret de cet hommage réciproque. Un hommage instinctif, presque primitif... Amrita à Frida. Frida à Amrita.

Frida et Amrita ont inconsciemment semé sur leurs parcours les indices de leur miraculeuse sororité. Nous sommes les témoins fascinés des troublantes correspondances qui continuent de lier ces deux femmes.

Une intime communion qui garde intact tout son mystère.

Nathalie Valentine Legros

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter