Categories

7 au hasard 21 mai 2016 : 14 ans (pour rien) à Guantanamo - 17 novembre 2015 : Séga mauricien 70 : sacré par le label londonien « Strut » - 27 juin 2014 : Révolte des femmes marocaines : « nous ne sommes pas des lustres » - 12 juillet 2016 : Ici vécut un phénomène : Célimène, ancêtre de l’esprit rap - 5 août 2015 : Manger du piment... et vivre mieux ! - 25 juin 2014 : Exécutés à 15 ans par la Police, la veille de la Coupe du Monde - 2 juin 2014 : RévEAUlution ? De la pluie... à volonté ! - 28 janvier 2015 : « Enfin la forteresse néolibérale a craqué en Europe ! » - 5 mai 2014 : Vollard, Fridom et les experts - 26 octobre 2015 : Régionales : un « contrat » Patel/Robert sur Saint-Paul ? -

Accueil > Océan Indien > Îles Vanille : refusons de payer le prix du sang

Pétition

Îles Vanille : refusons de payer le prix du sang

21 juillet 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Principal bailleur de fonds des Îles Vanille, la Région Réunion assure la promotion touristique des Maldives... où l’on s’apprête à pendre un jeune homme de 22 ans. « 7 Lames la Mer » propose à la signature une pétition exigeant le retrait de notre île et le désengagement du contribuable réunionnais de ce dispositif touristique.

La vague rouge, par Elisabeth Védrine

Hussein Humaam, condamné à mort par la justice des Maldives

Aux Maldives, l’exécution de Hussein Humaam Ahmed, âgé de 22 ans, est imminente.

Condamné à mort pour le meurtre d’un parlementaire, le jeune homme est pourtant revenu sur ses aveux, obtenus selon lui sous la torture.

Cette condamnation, la première dans l’archipel depuis 60 ans, témoigne de la radicalisation constante du pouvoir installé à Malé en 2013.

À lire aussi : « Texas : derniers mots avant la mort »

Depuis 2014, la loi maldivienne permet l’application de la peine de mort aux enfants âgés de plus de 7 ans en vertu d’une interprétation locale de la loi islamique.

Récemment, la pendaison a remplacé l’injection létale ; de plus, les autorités ont recours de manière accrue à la persécution des opposants politiques et des minorités religieuses.

Ils massent... et ils pendent. Bienvenue aux Maldives, destination vantée par les Îles Vanille.

Dans ce contexte, la participation de La Région Réunion au dispositif touristique des « Îles Vanille » et la promotion continue par ce dernier de la destination « Maldives » constitue un soutien intolérable au régime autoritaire de l’archipel.

Fait particulièrement choquant, c’est la Région Réunion, c’est à dire les contribuables réunionnais, français et européens, qui abondent la plus grande part des fonds destinés aux « îles Vanille ».

D’autre part, c’est un Réunionnais, Didier Robert, Président de la Région Réunion, qui occupait la présidence tournante des Îles Vanille lorsque les Maldives ont réintroduit la peine capitale.

Piscine pour les uns... gibet pour les autres

M. Robert avait alors fait part de son opposition « en tant qu’homme politique » à la peine capitale, mais n’en avait pas moins réitéré son refus de toute « interférence » dans les affaires internes de la République des Maldives, malgré une vaste campagne internationale visant au boycott du tourisme dans l’archipel.

Cette position est plus intenable que jamais à l’heure où les autorités maldiviennes s’apprêtent à procéder à la pendaison de Humaam Hussein et où 17 prisonniers attendent dans le couloir de la mort.

La France, La Réunion et l’Europe doivent cesser de financer la promotion du tourisme aux Maldives, qui constitue la principale source de revenus du pays.

Ainsi, nous demandons aux autorités compétentes d’ajourner immédiatement toute participation au dispositif des « îles Vanille ».

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter