Categories

7 au hasard 13 février 2016 : L’image qui a éveillé la conscience noire - 3 mars 2013 : Femenisme et féminisme - 26 janvier : MOIN LÉ KANYAR - JE SUIS KANYAR... - 14 février 2014 : « Nous n’avons pas besoin des capitalistes destructeurs » - 11 juillet 2014 : « Stop the war against Palestinian people ! » - 15 octobre 2014 : Prison Juliette Dodu : la mémoire des pierres ou le béton ? - 7 décembre 2014 : Mexique : un paysan de 21 ans s’immole par le feu - 7 octobre 2015 : Nouvelle route du Littoral : le graphique qui accuse - 6 juin 2014 : USA : Lawless photographie les temples abandonnés de la consommation - 27 février 2016 : Si tu savais ce qu’ils pensent des filles des îles... -

Accueil > Indian Ocean Viewpoint > Developing Zero Gravity Tourism in Reunion Island... Why not (...)

Zero Gravity

Developing Zero Gravity Tourism in Reunion Island... Why not ?

13 juillet 2015
Guy Pignolet, Willy Lameyer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Reunion Island is a unique place like no other island anywhere, with the very best of what the world has to offer, all concentrated in one place. The island’s southern airport at Pierrefonds may become the nucleus for new space-oriented public operations and develop as a commercial « spaceport » in the South of the Indian Ocean, beginning with the Zero-G offer. (Bilingue : Anglais/Français)

JPEG - 52.5 ko
Zero gravity, by Jonhrubesch ont deviant art

Pour lire cet article en français : [1]

Reunion Island is a unique place like no other island anywhere, with the very best of what the world has to offer, all concentrated in one place. Reunion Island, close to well-known Mauritius and Seychelles, is a great place for high level tourism, including awesome helicopter rides over a stunning untamed landscape.

Next step in upper class extreme experience is boosting the development of Zero-Gravity touristic flights using small business jet aircraft, extending from the Japanese know-how in the field.

The island’s southern airport at Pierrefonds may become the nucleus for new space-oriented public operations and develop as a commercial « spaceport » in the South of the Indian Ocean, beginning with the Zero-G offer.

The small Gulfstream aircraft seems to be a well-adapted high performance platform to serve tourism as well as educational Zero-G flights that might be supported by the regional government and institutions.

JPEG - 47.7 ko
Fig. 1. Many “New Space” activities building up in Reunion Island, from Cubesat development, a NASA secret tracking station, Wireless Power Transportation, Air-launching to orbit, Astrobiology, Moon Mars Analogues, Space Culture Center and Zero-G Flights

Zero Gravity touristic flights appear to be the most effective embryonic activity for planning the emergence of this new branch of space tourism, with many challenges in terms of management.

A « business plan » is currently under consideration in order to :

  • introduce the potential of flying « high level tourism » in Reunion Island,
  • evaluate business planning and efforts to sustain programs for commercial Zero-G flight facilities,
  • provide a template to help socio-economic organizations launch a development process that addresses an encompassing and sustainable project for Pierrefonds airport/spaceport with the Zero G touristic initiative, possibly opening to even further space perspectives...

A unique place for space activities • For many years, Reunion Island has been developing small scale active regional space projects, such as designing and building the first high-school satellite in the world, putting a symbolic lychee fruit in orbit, or hosting a secret NASA tracking station for the exploration of Pluto. Reunion Island is now at the threshold of growing progressively a full new local economic sector connected with the emerging « New Space » and second generation activities (Fig. 1.), taking advantage of the technological and logistical background brought to the world by the first generation of « big » national and multinational space achievements first led by Americans and Russians, later by Europeans, Chinese, Indians and Japanese.

JPEG - 67.7 ko
Fig. 2a & 2b. Located in the Southern part of Reunion at the opposite of the main Roland Garros RUN airport in Saint-Denis, the smaller Pierrefonds Airport, near the city of Saint-Pierre and several 5-star hotels.

In this large spectrum of regional-sized activities, most interesting for the sector of tourism, is the emerging possibility of offering soon to a number of high-class tourists the overview experience of suborbital flight, and very soon to a large number of tourist explorers, the excitement and sensations of tasting the disappearance of gravity : the experience of Zero-G during parabolic flights (Fig. 2.).

Pierrefonds : from Airport to Spaceport • The secondary Reunionese airport at Pierrefonds has economically suffered from a too limited number of passengers. Options are being taken to open the activities with eventually the creation of a small regional airline to connect the South of Reunion with nearby Indian Ocean islands.

The crisis is also a good opportunity to open up to activities that are favored by a free unencumbered airspace, such as parabolic flights, suborbital tourism, ram-jet testing and eventually air launching of small satellites.

Zero-G tourism appears as a good starter activity, simple enough to implement, with the potential of a sustainable activity. Beside upper class tourism, it has the possibility to attract other regular customers for educational, technological and research activities, both public and private.

JPEG - 56.2 ko
Fig. 2. Presentation of the Pierrefonds Spaceport project for Zero-G flights and suborbital space tourism at a HASTIC meeting in Hokkaido.

The keys are safety, low cost, flexibility, fast turnaround, and fun experience. This is achievable. Formerly an exclusive activity of big national organizations, parabolic flights are now opening to the general public all around the world.

The Gulfstream-II business jet • With this in mind, we have looked at the current Zero-G offer in different countries and especially in Europe with the activities by Novespace in France and S3 in Switzerland. But our attention has eventually been directed to the Diamond Air Services company who operates a Gulfstream-II business aircraft (Fig. 3.) to entertain parabolic flights in Japan.

We have met the team at DAS and we have appreciated their expertise and good advice. We enjoyed their attitude open to innovation, the harmonious vision carried by the leaders of this Mitsubishi daughter company, and all this has comforted our idea that the DAS way of doing things was appropriate for our own development in Reunion Island and that a partnership was possible.

The Gulfstream-II (Fig. 4.) may fly at a maximum speed of 933 km/h and an altitude of 13.7 km. It has an operational range of 4 800 km. It takes about 3 hours to switch the aircraft from the Zero-G configuration to the commercial passenger configuration to operate private or regular passenger flights.

JPEG - 39.8 ko
Fig. 3. The Gulfstream-II by Grumman American Aviation Inc. – as a business jet, it can offer 12 passenger seats. Photo : Alan Radecki

JPEG - 39.7 ko
Fig. 4. The cabin of the Gulfstream-II offers a space that is 12 m long, 2.2 m wide and 1.9 m high.

A business plan for Zero-G • Parabolic flights produce authentic, real microgravity, not a simulation. The parabolic manoeuvres, executed by jet aircraft, give the opportunity to obtain short periods of free fall. All along the parabolic arc, the pitch and thrust of the airplane are adjusted so that there is no lift and no drag : the plane is in free fall like in vacuum since nothing interferes with the pure effects of gravity.

Microgravity is obtained for periods of 15 to 20 seconds, in which it is possible to conduct experiments. By free floating experiments, very low g-levels can be achieved for durations of 5 to 8 seconds.

Developing synergies with existing touristic helicopter flights over the island appears to be a great « plus » with the implementation of a touristic Zero-G offer. A partnership may be envisioned with Corail Helicopters, the most prestigious and expert company in the field in Reunion Island. Corail have a broad range of activities that extend beyond the original tourist flights to transport activities. It has capacities in general maintenance, counselling and training, and already features international partnerships.

JPEG - 29.6 ko
Guy Pignolet. International Congress ISTS-2015, Japan.

Further synergies may be implemented with a dual operation of a Gulfstream-II business jet, both as a Zero-G aircraft and as a passenger aircraft for regional business and tourist flights to the nearby islands of Madagascar, Seychelles, Mayotte, Mauritius and possibly Rodrigues.

While the core activity for Zero-G development in Reunion Island will be the touristic experience, science and education will also be important objectives, and with the help of the regional authorities and of the National Education board, experimental scientific campaigns may be regularly scheduled.

This offer could easily be extended to neighboring countries in the Indian Ocean, but also to many science teams in the world, especially in Europe, who would find in La Reunion a flexible alternative to major national Zero-G campaigns.

JPEG - 38.2 ko
Fig. 5. Playing with shaving foam pressure cans in Zero-G for an advertising campaign.

The preparation of this new aeronautical « ecosystem » could be developed by a cluster of companies, in coordination with regional tourist organizations, possibly in cooperation with partners from other world regions, first of all in Japan.

Marketing of Zero-G could extend to special outstanding events such as inventing innovative sport games like Zero-G football or squash, preferably with guest stars. All kinds of arts may be performed in Zero-G. Miss Zero-G peagant contests can take place, or even wedding ceremonies, as this was the case in Japan, organized by space tourism leader Misuzu Onuki. Marketing agencies could play a role in developing such activities (Fig. 5.), including designing awesome flight suits with the colors of Reunion.

In all these fields, the demonstrated know-how and experience of Diamond Air Services with their Gulfstream-II has proved that the possibilities are real. It has been done in Japan, this is an encouragement that it can now also be done in Reunion Island, which is the Japan of France.

Willy Lameyer and Guy Pignolet
Reunion Island Space Initiative

Notes

[1Version française : Le développement du tourisme Zéro-G à La Réunion • La Réunion est un endroit unique, comme aucune autre île, avec le meilleur de ce que le monde peut offrir, le tout concentré en un même lieu. La Réunion, près de l’île Maurice et des Seychelles, est un endroit formidable pour le tourisme haut de gamme, avec des excursions en hélicoptère absolument stupéfiantes dans des paysages sauvages à couper le souffle. La prochaine étape dans les expériences haut de gamme est le développement des vols touristiques en impesanteur, en utilisant des jets d’affaires et en s’appuyant sur le savoir-faire japonais dans ce domaine.

L’aéroport de Pierrefonds, au sud de l’île, peut devenir le coeur de nouvelles activités ouvertes vers le spatial, et se développer économiquement en tant que cosmodrome pour le Sud de l’océan Indien, en commençant par une offre Zéro-G.

Le jet d’affaires Gulfstream-II semble être une plate-forme performante et bien adaptée pour les vols Zéro-G, autant pour le tourisme que pour des vols éducatifs qui pourraient être proposés par les institutions et les collectivités régionales.

Les vols touristiques en impesanteur semblent être l’activité embryonnaire la plus pertinente pour planifier l’émergence de cette nouvelle branche qu’est le tourisme spatial, avec tous ses défis en termes de gestion.
Un « business model » est actuellement à l’étude pour :

  • introduire les vols touristiques « haut de gamme » à La Réunion,
  • planifier les activités et les programmes pour la mise en place de vols Zéro-G commerciaux,
  • fournir un modèle pour aider les organismes socio-économiques à lancer un processus durable de développement pour l’aéroport/cosmodrome de Pierrrefonds avec l’initiative touristique Zéro-G, et plus tard, l’ouverture vers de nouvelles perspectives spatiales...

Un berceau pour les activités spatiales • Depuis des années, La Réunion a développé à petite échelle des projets spatiaux régionaux comme la conception et la construction du premier satellite collégien du monde, la mise en orbite d’un letchi symbolique, ou l’accueil d’une station secrète de la NASA pour l’exploration de Pluton. La Réunion est maintenant au seuil de l’émergence d’un nouveau secteur économique régional dans le "New Space" des activités spatiales de deuxième génération (Fig. 1.), grâce au contexte technologique et logistique apporté par la première génération des « grandes » réalisations spatiales nationales et multinationales faites par les Américains et les Russes, puis par les Européens, les Chinois, les Indiens et les Japonais.

Dans ce large éventail d’activités spatiales régionales, le plus intéressant pour le secteur du tourisme, c’est la possibilité émergente d’offrir à un certain nombre de touristes haut de gamme l’expérience « overview » des vols sub-orbitaux, et très bientôt, pour un grand nombre de touristes explorateurs, l’excitation et les sensations de la disparition de la gravité avec l’expérience du Zéro-G pendant les vols paraboliques.

Pierrefonds : de l’aéroport au cosmodrome • L’aéroport de Pierrefonds (Fig. 2.) souffre économiquement d’un nombre de passagers trop limité. Des options sont en cours pour élargir les activités avec la création d’une compagnie aérienne régionale secondaire pour connecter le Sud de La Réunion avec les îles voisines de l’océan Indien. La crise est aussi une bonne occasion de s’ouvrir à des activités favorisées par un espace aérien peu encombré, comme les vols paraboliques, le tourisme sub-orbital, les tests de statoréacteurs et le lancement aéroporté de petits satellites.

Le tourisme Zéro-G est une bonne activité d’entrée, assez simple à mettre en oeuvre, et potentiellement durable. À côté du tourisme haut de gamme, il y a la possibilité d’attirer d’autres clients réguliers, pour des activités éducatives, technologiques, ou de recherche, publique et privée.

Les notions clés sont : sécurité, faible coût, flexibilité, rapidité de reconfiguration et plaisir de l’expérience. C’est réalisable. Autrefois réservés aux organisations nationales, les vols paraboliques s’ouvrent aujourd’hui au grand public.

Le jet d’affaires Gulfstream-II • Dans cet esprit, nous avons regardé les offres Zéro-G actuelles dans différents pays, tout d’abord en Europe avec les activités de Novespace en France et de S3 en Suisse. Mais notre attention a finalement été retenue par l’entreprise DAS - Diamond Air Services - qui réalise des vols paraboliques au Japon avec un jet d’affaires Gulfstream-II (Fig. 3.).

Nous avons rencontré l’équipe de DAS et nous avons apprécié leur expertise et leurs bons conseils. Nous avons aimé l’attitude ouverte à l’innovation et la vision harmonieuse des leaders de cette filiale de Mitsubishi. Cela a conforté notre sentiment que la manière dont DAS fait les choses était tout à fait appropriée pour notre propre développement à La Réunion, et qu’un partenariat était possible.

Le Gulfstream-II (Fig. 4.) peut voler à une vitesse maximale de 933 km/h et une altitude de 13,7 km. Il a un rayon opérationnel de 4 800 km. Il faut environ 3 heures pour passer l’avion de la configuration Zéro-G à la configuration transport de passagers pour des vols commerciaux, privés ou réguliers.

Les vols paraboliques fournissent une microgravité réelle, pas une simulation. Les trajectoires paraboliques exécutées par l’avion créent des courtes périodes de chute libre. Tout au long de l’arc de parabole, tangage et poussée sont ajustés pour qu’il n’y ait aucune portance et aucune traînée : l’avion est en chute libre comme dans le vide interplanétaire.

La microgravité dure de 15 à 20 secondes, pendant lesquelles il est possible de faire des expériences. En laissant flotter librement les expériences, des niveaux de G très faibles peuvent être réalisés sur des durées de 5 à 8 secondes.

La mise en place de synergies avec des vols touristisques en hélicoptère semble pouvoir être un grand « plus » pour l’offre du Zéro-G touristique. Un partenariat devrait être envisagé avec Corail Hélicoptères, l’entreprise réunionnaise la plus prestigieuse et la plus experte dans ce domaine. Corail a un large éventail d’activités qui au-delà des vols touristiques spectaculaires s’étend aux activités de transport. La compagnie a des compétences de maintenance générale, de conseil et de formation, et dispose déjà de partenariats internationaux.

D’autres synergies peuvent être implémentées par une utilisation duale du Gulfstream-II, comme avion pour le Zéro-G et comme transporteur de passagers pour des vols d’affaires ou touristiques régionaux vers Madagascar, les Seychelles, Mayotte, Maurice et éventuellement Rodrigues.

La première activité pour le développement du Zéro-G régional sera le tourisme, mais la science et l’enseignement sont aussi des objectifs importants. Avec l’aide des collectivités et de l’Education Nationale, des campagnes scientifiques expérimentales pourront être organisées de manière régulière. Cette offre pourrait être étendue aux pays voisins de l’océan Indien, et aussi à d’autres équipes scientifiques dans le monde, particulièrement en Europe, qui trouveraient à La Réunion une alternative flexible aux grandes campagnes Zéro-G nationales.

La construction de ce nouvel « écosystème » aéronautique pourrait être développée par un groupement d’entreprises, avec les organisations touristiques régionales, et en coopération avec d’autres partenaires mondiaux, en particulier du Japon.

La commercialisation du Zéro-G pourrait passer par des événements spéciaux comme des jeux sportifs novateurs tels que du football ou du squash Zéro-G, de préférence avec des invités-vedettes. Des créations artistiques peuvent avoir lieu en Zéro-G, ou des concours Miss Zéro-G, voire des cérémonies de noces, comme celles organisées au Japon par la spécialiste du tourisme spatial Misuzu Onuki. Des agences de marketing pourraient lancer ces activités (Fig. 5.), et afficher les couleurs de La Réunion sur des combinaisons de vol...

Dans tous ces domaines, l’expérience et le savoir-faire démontré de Diamond Air Services avec leur Gulfstream-II ont prouvé que les possibilités sont réelles. Ce qui a été fait au Japon est un encouragement pour faire maintenant de même à La Réunion, qui est un peu le Japon de la France.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter