Categories

7 au hasard 19 janvier 2015 : C’est criminel : la loi Macron facilitera les licenciements ! - 22 novembre 2014 : « Halte au communautarisme dans la vie publique ! » - 1er mars : Carnaval, mardi gras : chacun’ son bande ! - 16 février 2015 : Championne : Johanne Defay l’a fait... malgré le sexisme - 4 mars 2014 : Les Nazis ukrainiens victimes d’un faux procès, selon l’ambassadeur d’Ukraine à l’ONU - 13 janvier : « Boutique chinois », comme un rêve au bord du chemin - 1er février 2015 : Tsipras, Mélenchon et le choeur des grenouilles - 3 juillet 2015 : Qui peut lire ce message ? - 21 juin 2015 : Lucien Putz : « Le blues soigne les blessures, le séga aussi » - 3 septembre 2014 : Nouvelle route du Littoral : la piste sud-africaine -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Ce que parler veut dire (1)

Ne dites pas... mais dites

Ce que parler veut dire (1)

20 février 2014
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand on parle créole, on parle créole, quand on parle français, on parle français !

Paraphrasant la chanson de Graeme Allwright "Emmène-moi" (1), je pourrais chanter :

J’ai pris des bains de pied à Bourboule
Pour jouer au foot à Baule
J’ai pris l’avion à Bourget
Pour chanter aux franco-folies de Rochelle
J’ai passé vingt-quatre heures à Mans
Je suis entré en train dans la gare de Ciotat
J’ai vendu des scoubidous
A la foire de Lavandou
Et de la barbe à papa
A Baux de Provence
Emmène-moi
Je ne veux plus voyager

Cette version vous choque-t-elle ? C’est pourtant ce que nous entendons à longueur de journée autour de nous, à la télévision, à la radio, ou ce que nous lisons dans la presse locale. Comme dans les grammaires normatives, et bien entendu dans la mesure où nous parlons français, nous pourrions tenir une rubrique du style : « Ne dites pas, mais dites ».

Quand on parle créole, on parle créole, quand on parle français, on parle français !
(1) Il est à noter, à propos de cette chanson par ailleurs très belle, que le « Take me home » de la version originale aurait dû être traduit par « Ramène-moi » (je suis fatigué, je veux rentrer chez moi), mais « Emmène-moi » est tellement plus poétique !

(2) Le nom de la ville, en français, est « Le Tampon ». Certes on dit « Tampon » en créole, mais quand on parle créole, on parle créole, quand on parle français, on parle français.

(3) Sur la carte IGN de 1996 on peut lire « Commune d’Entre-Deux ». Sur l’édition 2003 la mention a été heureusement corrigée en « Commune de l’Entre-Deux ».

JCL

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter