Categories

7 au hasard 21 décembre 2015 : Dodard ou la force du Noir - 8 octobre 2013 : Cuba dénonce une « politique génocidaire » - 18 octobre 2016 : Cimendef : non à une médiathèque au rabais ! - 28 septembre 2013 : Hommage à Gandhi à Ravine Blanche - 3 décembre 2013 : Pas de liberté pour Nitin - 3 mars 2016 : Les hommes de la caverne... Exilés ou Français ? - 1er octobre 2014 : Toi aussi, fais ton cinéma 100% péï ! - 22 septembre 2015 : Elections régionales : Mon pompe vélo ousa i lé ? - 7 novembre 2015 : La guerre la pété ! La révolte dann café ! - 20 janvier 2015 : Lassana Bathily : héros... mais pas « Monsieur » ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Ce que parler veut dire (1)

Ne dites pas... mais dites

Ce que parler veut dire (1)

20 février 2014
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Quand on parle créole, on parle créole, quand on parle français, on parle français !

Paraphrasant la chanson de Graeme Allwright "Emmène-moi" (1), je pourrais chanter :

J’ai pris des bains de pied à Bourboule
Pour jouer au foot à Baule
J’ai pris l’avion à Bourget
Pour chanter aux franco-folies de Rochelle
J’ai passé vingt-quatre heures à Mans
Je suis entré en train dans la gare de Ciotat
J’ai vendu des scoubidous
A la foire de Lavandou
Et de la barbe à papa
A Baux de Provence
Emmène-moi
Je ne veux plus voyager

Cette version vous choque-t-elle ? C’est pourtant ce que nous entendons à longueur de journée autour de nous, à la télévision, à la radio, ou ce que nous lisons dans la presse locale. Comme dans les grammaires normatives, et bien entendu dans la mesure où nous parlons français, nous pourrions tenir une rubrique du style : « Ne dites pas, mais dites ».

Quand on parle créole, on parle créole, quand on parle français, on parle français !
(1) Il est à noter, à propos de cette chanson par ailleurs très belle, que le « Take me home » de la version originale aurait dû être traduit par « Ramène-moi » (je suis fatigué, je veux rentrer chez moi), mais « Emmène-moi » est tellement plus poétique !

(2) Le nom de la ville, en français, est « Le Tampon ». Certes on dit « Tampon » en créole, mais quand on parle créole, on parle créole, quand on parle français, on parle français.

(3) Sur la carte IGN de 1996 on peut lire « Commune d’Entre-Deux ». Sur l’édition 2003 la mention a été heureusement corrigée en « Commune de l’Entre-Deux ».

JCL

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter