Categories

7 au hasard 14 mars 2016 : Un Mauricien échappe miraculeusement à l’attentat en Côte d’Ivoire - 20 novembre 2015 : Léon de Lépervanche, un héros populaire hissé sur un Léopard - 9 juillet 2015 : MargoZ : trésor de longévité ? - 19 août 2015 : Et si l’on changeait la fin de l’histoire des Salines ? - 26 février 2015 : Coma circulatoire : l’épicentre est à Sainte-Marie - 1er novembre 2013 : L’enfant debout derrière la mort - 27 septembre 2014 : Mickaël Dejean : prix du jury pour son bureau sans vis cachées - 16 octobre 2014 : Prisons : une deuxième vie après la mise à mort ? - 18 septembre 2013 : Le peuple, une figure manipulable en tous sens - 7 février : Lacaussade, né et mort parmi les révoltés -

Accueil > Le monde > USA : déportations expéditives d’enfants

Immigration

USA : déportations expéditives d’enfants

3 août 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La justice américaine accélère les procédures à l’encontre d’enfants migrants parfois menacés de mort, sans leur assurer un procès équitable.

Photo : Child Travel

« Dossiers-missiles » : c’est le nom attribué par l’argot des prétoires américains aux procédures qui permettent de déporter des enfants qualifiés de migrants « illégaux », rapporte le quotidien de Washington The Hill.

Un traitement qui s’applique à un nombre croissant de mineurs non accompagnés, désarmés face à un « système juridique complexe, alors que bon nombre d’entre eux auraient le droit de demeurer aux Etats-Unis  », déclare Beth Werlin, directrice du Conseil américain de l’immigration.

« Ces enfants encourent une déportation imminente, au péril de leurs vies », explique Ahilan Arulanantham, membre de l’American Civil Liberty Union (ACLU), une ONG qui attaque notamment le Procureur général des Etats-Unis Eric Holder en vue de bloquer la déportation de six enfants, dont « le droit à un procès équitable n’a pas été assuré ».

Objet de la plainte : l’empressement de la Justice à procéder aux audiences, qui, selon le juriste, oblige les mineurs « à se défendre eux-mêmes face à un Procureur expérimenté (…) alors que l’enjeu est parfois leur vie même » ajoute le juriste.

Âgés de 10 à 17 ans, les demandeurs viennent du Guatemala et du Salvador, où ils ont subi des menaces et des agressions liées à la violence des bandes criminelles.

Un enfant de 10 ans, sa sœur et son frères âgés respectivement de 15 et 13 ans ont dû fuir le Salvador, après avoir assisté à l’assassinat de leur père, directeur d’un centre de réinsertion destiné à des jeunes en rupture avec les gangs.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter