Categories

7 au hasard 27 juillet 2016 : Diego Garcia : impérialisme, boobs et bikini - 20 février 2014 : Ce que parler veut dire (1) - 24 janvier 2013 : Parc National : park pa nou ! - 30 juin 2014 : Ça chauffe à la CILAM - 17 février 2014 : Les KANYAR pris aux mots - 30 mars : James Mange, le combattant du couloir de la mort - 2 juillet 2015 : Passeport mobilité : une situation absurde et inacceptable - 13 août 2013 : Ile est née... irréelle - 1er juillet 2015 : « Grèce : contre les prédateurs, avec le peuple » - 19 février 2013 : Nina Ségamour fait le mur -

Accueil > Le Blog de GGL > Quand la Région Réunion trafique la traduction (Vidéo)

Sur le Blog de GGL

Quand la Région Réunion trafique la traduction (Vidéo)

10 mai 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour faire écho aux affirmations de Didier Robert, une vidéo promotionnelle de la Région Réunion transforme grossièrement les propos tenus mercredi dernier par la Commissaire européenne Corina Creţu sur les lieux ou pourraient s’élever les piliers de la Nouvelle route littorale.

"Double Face" (Ariela Baranov. Crédit : Fine Art America)

« Traduttore traditore » — le « traducteur est un traître »— dit la tradition littéraire, qui souligne les changements inévitables que fait subir à un énoncé celui qui le fait passer d’une langue à une autre.

Ce biais ne saurait toutefois être confondu avec un procédé de propagande classique, qui consiste à distordre une traduction, à y retrancher ou à y ajouter pour faire dire au locuteur ce qu’on veut qu’il dise.

C’est pourtant la ficelle utilisée sans finesse par la Région Réunion lors de la visite déjà évoquée de Corina Creţu, Commissaire européenne chargée des politiques publiques.

Dans la vidéo mise en ligne par le site du Conseil régional, filmée lors d’un déplacement en mer à l’endroit où Didier Robert entend ériger sa gigantesque route, Mme Creţu déclare :

«  je suis très contente d’être ici, pour voir ce projet très important et majeur » (I’m very glad to be here, to see this very important major project) .

Si elle n’est pas avare de superlatifs, madame Creţu ne dit pas pour autant ce que rapporte en français l’interprète de la vidéo :

« Je suis très contente d’être ici pour voir l’aspect majeur, environnemental de ce projet ».

La traduction, ici, n’est ni interprétative ni distante : elle est tout bonnement trafiquée et mensongère. Les vertus écologiques du projet sont en revanche abordées par Didier Robert à la fin de l’enregistrement.

Une manière pour ce dernier de communiquer sur les aspects les plus polémiques d’un chantier qui a fait l’objet d’avis défavorables sur le plan environnemental — l’un d’entre eux a été émis par le Conseil national de protection de la nature (CNPN) — susceptibles d’être médiatisés dans le sillage de la Conférence environnementale qui se tiendra à Paris fin novembre et début décembre 2015.

Quitte à faire dire à la prestigieuse interviewée un peu plus que ce qu’elle dit...

À ceux qui plaideront le péché véniel et le point de détail, on proposera le sujet de réflexion suivante : pourquoi la Région éprouve-t-elle le besoin de truquer — car il s’agit bien d’un trucage — jusque dans les recoins de son plan com’ ?

L’accessoire, dit-on, suit le principal : doit-on conclure que l’ensemble de la communication de la Pyramide inversée est à l’avenant ? Le Diable, dit-on, est dans les détails…

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter