Categories

7 au hasard 13 septembre 2014 : Dabor-inn, la fête otour le liv kréol ! - 2 mars 2015 : Do fé dann « Lonbraz Kann » - 14 novembre 2014 : Sakay : sur les traces d’une ville fantôme - 22 août 2013 : La couleur retrouvée - 19 février 2014 : La nécessité du deuil de ce monde - 16 février 2016 : Assassinat de Gandhi : le tableau prophétique - 22 octobre 2012 : Grand raid : retrouver le sens commun - 11 octobre 2015 : Le mystère Adèle Ferrand, identification d’une artiste réunionnaise - 27 février 2016 : Si tu savais ce qu’ils pensent des filles des îles... - 16 octobre 2013 : Les requins ont eu son chapeau ! -

Accueil > Le monde > Oui, la rue a vaincu le nazisme

Résistance

Oui, la rue a vaincu le nazisme

25 septembre 2017
7 Lames la Mer, Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

19 août 1944 : le bataille pour libérer Paris commence. La population se mobilise : hommes, femmes et enfants dressent des barricades dans les rues et prennent les armes. Le 25 août, Paris est libéré. Plus de 500 civils trouvent la mort au cours de ces évènements ainsi qu’un millier de membres des Forces françaises de l’intérieur (FFI) et une centaine de soldats de la 2ème Division Blindée du général Leclerc. La rue a libéré Paris !

Manifestation à Belgrade, 27 mars 1941.

Oui, la Rue a vaincu le nazisme


Le 27 mars 1941... des officiers royalistes, appuyés dans la rue par le Parti communiste de Yougoslavie soulèvent le peuple de Belgrade contre la politique collaborationniste du prince Paul, de Branislav « Branko » Stankovic et de Ivo Perovic. Une rébellion qui entraîne l’invasion de la Yougoslavie par la Wehrmacht et retarde décisivement l’opération « Barbarossa ».

Les Partisans ont opéré aussi bien dans les villes que dans les campagnes en Yougoslavie, en Grèce — où des manifestations de masse défiaient les Nazis — et surtout en Union soviétique, comme en témoigne le martyre des partisans de Krasnodon.

Sans les Partisans des villes, qu’il n’y a pas lieu de distinguer de ceux des campagnes, l’Allemagne n’aurait pas été vaincue. Oui, la Rue a vaincu le nazisme.

Geoffroy Géraud Legros


« Paris libéré par son peuple »


Août 1944 : la population civile participe à la libération de Paris. Quartier des Martyrs.

« Étant donné la température du pays, on peut dire qu’il y a un million d’hommes prêts à agir et à se battre ». Pascal Copeau, alias Corton, COMAC [1], 3 juillet 1944.

« Parisiens,
L’insurrection de Paris a déjà libéré de nombreux édifices publics de la capitale. Une première grande victoire est remportée. La lutte continue. Elle doit se poursuivre jusqu’à ce que l’ennemi soit chassé de la région parisienne. Plus que jamais, tous au combat ! Abattez les arbres, creusez les fossés antichars, dressez des barricades. C’est un peuple vainqueur qui recevra les Alliés
 ». Affiche placardée, 21 août 1944.

Août 1944, rue des Martyrs. Photo : Henri Cartier-Bresson.


« Des hommes s’activent à déchausser les pavés. Des femmes, des enfants font la chaîne vers les jeunes gars qui entassent ces pavés en travers des rues ». Jacques Duclos, 21 août 1944.

« On se bat partout aujourd’hui et au canon. On signale de vives bagarres au quartier Latin, au bois de Boulogne, place Clichy, à la gare de Belleville, à Ménilmontant, boulevard de Courcelles, carrefour Montmartre, aux Gobelins, à la Poste rue du Louvre, près des bains de Seine Deligny, à la mairie du IIIe, etc. ». André Auvinet, 24 août 1944.

Août 1944, barricade quartier de la cité.


« Je ne t’ai pas dit que j’avais vu aujourd’hui les barricades, rue Mouton-Duvernet, rue Froidevaux, au débouché de l’avenue du Maine, rue de Vanves, rue de l’Ouest, une énorme à laquelle travaillaient femmes, vieux et gosses au carrefour Sèvres-Montparnasse où l’on arrachait les pavés, abattait les arbres, semait des tessons de bouteilles sur la chaussée – un mélange touchant d’enfantillages et de résolution. En tout cas, ces barricades étaient le moyen efficace de gêner les déplacements des patrouilles motorisées allemandes ». Robert Blancherie, écrivant à sa femme, 24 août 1944.

Août 1944. Barricade quartier des Batignolles.

« ... Paris, Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré !... libéré par lui-même, libéré par son peuple, avec le concours des armées de la France... » Charles de Gaulle, 25 août 1944.

« Le peuple de Paris tout entier s’est levé, magnifique d’enthousiasme ; le sol de la capitale s’est hérissé de barricades ». Jacques Duclos.

« Paris Paris soi-même libéré ». Louis Aragon, 1944.

19 août 1944, Paris. Simone Segouin, 18 ans, originaire de Chartres, dont le surnom de guerre était Nicole Minet, résistante, participe à la libération de Paris.

Août 1944, barricade rue du renard.

La barricade du Fortin de la Huchette, quartier Latin.

Boulevard Saint-Michel. Photo : Robert Doisneau.

Robert Doisneau.

Robert Doisneau.

Robert Doisneau.

26 août 1944. Paris libéré, les Parisiens se retrouvent en masse dans les rues, et ici, place de la Concorde. Le général de Gaulle est acclamé.


Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Comité d’action militaire, un organe de la Résistance française créé en 1944.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter