Categories

7 au hasard 18 mars 2016 : Faut-il brûler le 19 mars 1946 ? - 8 février 2015 : André Brink : l’arme de l’écriture contre l’apartheid - 25 mai 2015 : État Islamique : des documents déclassifiés pointent l’étonnante incurie de l’Administration Obama - 28 novembre 2013 : Leucémie : Samsung mis en cause - 4 janvier 2016 : Maloya lé pa malad... Tir sa ! - 13 septembre 2016 : Papa Djomba et Maman Djomba, démons oubliés de La Fournaise - 12 octobre 2013 : 500 milliards de criquets affament 4 millions de Malgaches - 1er juillet 2014 : Intervention américaine en Irak : à distance et privatisée... - 14 juillet 2013 : La droite américaine ne veut plus de rappeurs... - 9 février 2014 : Séga zélèksion : les OVNI virent en tête ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « Nous n’avons pas besoin des capitalistes destructeurs »

SIB : Tribune Libre du Parti de Gauche

« Nous n’avons pas besoin des capitalistes destructeurs »

14 février 2014
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Les salariés de la SIB ont dressé leur camp depuis jeudi soir devant leur entreprise. Une délégation du Parti de Gauche à La Réunion est venue soutenir ces travailleurs qui luttent pour la sauvegarde de leur emploi et la préservation de l’outil industriel réunionnais.

PNG - 1.1 Mo

En effet, ils doivent recevoir aujourd’hui le Président de la SIB et directeur de l’usine Cotelle à Rillieux-la-Pape dans le Rhône, Yves Raynal, pour une réunion décisive durant laquelle sera dévoilé un rapport d’expertise attendu par les travailleurs. Il n’y a aucun doute que celui-ci conclura, comme l’ensemble des observateurs, que l’outil de production de la SIB demeure une activité viable et rentable.

Le Parti de Gauche dénonce l’absence coupable des députés réunionnais sur ce dossier, notamment ceux qui soutiennent la politique gouvernementale et n’ont pas bougé le moindre petit doigt pour faire remonter ce dossier auprès du Ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg. Nous affirmons également qu’au-delà des clivages partisans ce combat devrait regrouper l’ensemble de la classe politique réunionnaise et au-delà même la société réunionnaise. En effet il s’agit du premier cas de licenciement boursier que connaît notre île : une industrie rentable qui a bénéficié de subventions publiques à hauteur d’un million cinq cent mille euros et qui délocalise pour remplir encore un peu plus la poche d’actionnaires dont la cupidité n’a d’égale que le cynisme.

Le Parti de Gauche à La Réunion soutient depuis le début la lutte des travailleurs de la SIB et continuera à les soutenir jusqu’au bout. Il s’agit d’un combat pour les travailleurs mais également pour l’avenir du tissu industriel réunionnais. En accord avec nos principes et nos valeurs écosocialistes, nous rappelons que la fermeture de cette usine, qui produit pour les marchés réunionnais et mauriciens, renforcerait encore plus la dépendance de notre économie vis-à-vis des importations et augmenterait l’empreinte carbone de notre planète, qui n’en a pas besoin.

De plus nous dénonçons le double discours de députés réunionnais, à l’image du tartuffe Thierry Robert, qui soutiennent médiatiquement les salariés de la SIB et votent contre la proposition de loi déposée par le Front de Gauche à l’Assemblée Nationale visant à interdire les licenciements boursiers, ce qui n’est pas le cas d’Huguette Bello il faut le souligner. Comme souvent, ces élus disent noir ici et blanc là-bas pour mieux servir leurs intérêts personnels, nous nous disons vert et rouge ici et là-bas pour l’intérêt général.

Nous avons été frappés par la détermination des travailleurs qui ne lâcheront rien tant leur sentiment d’injustice et d’abandon est fort. Le Parti de Gauche exige le remboursement des aides publiques reçues par la multinationale Colgate-Palmolive pour permettre aux salariés de mettre sur pied une coopérative ouvrière, à l’image des salariés de FRALIB-UNILEVER en « métropole ».

Nous n’avons pas besoin des capitalistes destructeurs d’emplois pour exploiter notre force de travail. Nous encourageons les travailleurs à s’organiser par eux-mêmes et à ne rien attendre d’une multinationale qui se nourrit de la sueur des ouvriers pour mieux pouvoir les jeter comme de vieux chiffons quand bon leur semble. Les pouvoirs publics doivent soutenir ce combat, car il en va de l’avenir de l’outil industriel réunionnais, au lieu de faire l’autruche comme ils le font actuellement.

Place au peuple et aux travailleurs !
Nou tyinbo, nou larg pa !

Parti de Gauche

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter