Categories

7 au hasard 27 août 2013 : Verbaliser les victimes ? - 15 avril : Stéphane Rochecouste, la « nouvelle » tête du PRMA - 19 octobre 2015 : Olivier Bancoult : Vivre libres sur la terre de notre naissance ! - 4 avril 2014 : « Nous avons assisté à la conquête du pouvoir pour le pouvoir » - 16 septembre 2015 : Instantané de l’opinion syrienne - 12 juin 2015 : SPEC-TA-CU-LAI-RE ! - 23 octobre 2015 : Facebook, ou la charité mal ordonnée - 20 août 2014 : Nassimah Dindar : « Tous les fanatismes doivent être combattus ! » - 8 avril : Le charme perdu du dernier repas créole... - 26 novembre 2013 : « Free Gandia » réclament les Rastas -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Méga-carrière : coup de gueule d’un riverain

Bois-Blanc

Méga-carrière : coup de gueule d’un riverain

31 mai 2016
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Par crainte de pressions, cet habitant de Bois-Blanc a souhaité garder l’anonymat. « 7 Lames la Mer » publie avec son accord son « coup de gueule », anticipation lucide des dégâts qu’occasionnerait la carrière géante envisagée aux Avirons, si elle venait à être réalisée.

Cette carrière située dans le Massachusetts (Etats-Unis - West Roxbury) génère d’importantes nuisances : fortes explosions en séries, nuages de poussière, rotations bruyantes des engins et camions, etc. Les habitants situés dans le périmètre combattent cette carrière à ciel ouvert. Photo : David L Ryan/Globe Staff.

« J’habite à 500 m de ce carnage annoncé. Je suis Avironnais et dans ce périmètre, il y a 4 écoles et une PMI... des milliers de personnes vont être exposées. La poussière balayera les pentes jusqu’à Piton-Saint-Leu.

Les deux ponts entourant la carrière sur la route des Tamarins n’ont pas été construits pour encaisser des tirs de mines journaliers !

Les deux voies d’insertion, qu’ils veulent maintenant construire pour accéder à la Route des Tamarins, avaient été refusées car l’espace entre les deux ponts ne permet pas une insertion correcte dans le trafic. Le risque d’accidents était trop élevé, avait-on alors relevé.

Pense-t-on vraiment que tant d’argent est investi, et que deux voies d’accès vont être créées sur un axe routier majeur pour une exploitation dont la durée de vie sera limitée à quatre ans ? Croyez-moi : il y a un autre projet là derrière. Soit l’exploitation de cette carrière sera prolongée à coups de dérogations, soit on verra, à terme, pousser un incinérateur et un centre de stockage de déchets à sa place.

On a assuré aux planteurs que les lieux feront l’objet d’une remise en l’état exemplaire, propice à la culture. Or, il faudra au bas mot 30 ans pour que la zone redevienne cultivable après l’exploitation de la carrière... Aucune agriculture n’a été développée en France sur d’anciennes carrières !

Et que dire du silence de la réserve marine, qui interdit les eaux aux pêcheurs et aux surfeurs parce qu’elles sont infestées de requins bouledogues mais ne dit rien alors même que des millions de mètres cubes de boue vont être déversés dans son périmètre ?

Bois-Blanc.

Revenons à l’extraction des 12.000.000 de tonnes de roches... Pour vous faire une idée simple : imaginez que l’on mette bout à bout chaque cube de roche extrait (mesurant 1 m par 1m) : il y aurait de quoi faire 6.000 km de route... C’est ce qui sera arraché à notre sol !

Ce projet n’est qu’une mine d’or à ciel ouvert pour les bénéficiaires du chantier. À voir l’énergie qui y est investie, le nombre de dossiers, d’études, de campagnes de publicité, de conférences, de blogs, de pages Facebook, on comprend qu’il y a un paquet de fric à la clef.

En résumé, ce qu’on nous dit, c’est : je vous pique votre terre, je me gave de plusieurs dizaines ou centaines de millions d’euros et vous, il ne vous reste que les yeux pour pleurer !

Cela s’appelle du pillage... Sommes-nous encore en République ? »

7 Lames la Mer avec X..., Les Avirons

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter