Categories

7 au hasard 1er janvier : Café... pour Issambe, ancien esclave, qui pleure à petit bruit - 18 avril 2013 : Ravines réunionnaises : la fin d’un monde - 16 juin 2014 : « Alternance politique : avancer en arrière » - 3 mai : Cette petite case au toit pointu a disparu ! - 4 décembre 2017 : « Oté Commandeur » : maloya-dalon rue du Dragon - 27 août 2012 : Festivals : de la déco... sur un grand vide ? - 19 août 2014 : Menace sur les sirènes de l’océan Indien - 20 novembre 2016 : Minuit : la reine Ranavalona III pleure dans son palais Rova (1) - 28 janvier 2015 : « Enfin la forteresse néolibérale a craqué en Europe ! » - 30 septembre 2016 : NRL : grande pagaille chez les carriers -

Accueil > La Réunion > Politique réunionnaise > La Possession : vers une mandature d’austérité ?

Après les municipales

La Possession : vers une mandature d’austérité ?

14 avril 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Hausse des impôts et dégradation de la politique sociale se profilent dans le sillage de la politique du sourire menée par la nouvelle maire de La Possession.


EELV, divers-droite, divers-gauche, associatif : en d’autres temps, l’électeur aurait été dérouté par la diversité des labels utilisés par Vanessa Miranville ces trois dernières années. Signe de la confusion croissante des sentiments et des identités politiques, ce caméléonisme a, à l’inverse, servi une stratégie « attrape-tout », permettant à la jeune femme d’emporter la mairie face au communiste Roland Robert.

Impôts et cantines en hausse ?

Étiquette ou pas, l’austérité pourrait bien être au rendez-vous de cette mandature 2014-2020. En témoignent, les annonces de Mme Miranville, qui évoque une hausse d’impôts de 10% et la hausse du tarif des cantines scolaires. Deux déclarations qui demeurent dans un flou que n’a pas permis de dissiper la tenue du premier conseil municipal.

« Le coût de la cantine est indexé sur le quotient familial », explique un élu, « il va de 20 centimes à trois euros ». Comment comprendre l’annonce, lancée à la cantonade, selon laquelle les tarifs pourraient être rehaussés ? Un questionnement qui n’avait toujours pas reçu de réponse claire à l’issue du premier Conseil municipal...

« Il en va de même pour les impôts », nous confie Jean-Hugues Savigny, ancien adjoint délégué aux finances « On se demande à quoi riment ces déclarations », poursuit notre interlocuteur, qui s’inscrit en faux contre les déclarations, « alarmistes » selon lui, de la nouvelle maire, qui a affirmé avoir « découvert » un « déficit »pour le moins abyssal dans le budget de la commune.

« 10 millions de déficit : une pure invention »

«  Il s’agit là d’une mauvaise lecture, ou au pire, d’une manipulation du langage comptable. En réalité, les finances possessionnaises sont très légèrement excédentaires. On ne peut pas dire que les caisses débordent, mais il est mensonger d’affirmer qu’elles sont vides. Ce prétendu déficit de 10 millions d’euros est une pure invention  », complète l’ancien adjoint de Roland Robert, en écho aux récentes déclarations de Mme Miranville.

Si le mot n’est jamais prononcé du côté de cette dernière, la rigueur semble être à l’ordre du jour à La Possession. Une orientation à laquelle le style très personnel de l’intéressée fait pour l’heure écran. «  La nouvelle maire a tenu à conserver son écharpe pendant tout le conseil municipal. Cela prête à sourire », commente un élu. Des photos dédicacées de l’intéressée circuleraient, selon d’autres sources. L’angle très « com », adopté d’entrée de jeu par l’édile suffira-t-il à maintenir cet état de grâce ?

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter